vendredi 30 novembre 2007

Chronique du chat : la leçon de Paï Maï


- Maître, dit le jeune novice, si Ségolène voulait du Béarnais comme premier ministre, ça veut dire que si le Modem et le PS s'unissaient, ils seraient forts ensemble contre le méchant Sarkozy ?

Maître Paï Maï dans sa grande sagesse, lustra sa fine barbe blanche et inspira profondément : l'air parfumé d'une fragrance de jasmin parcouru lentement chacune de ses alvéoles pulmonaires, pour assainir son esprit des miasmes de l'ego.
- Infâme petit pourceau, ignoble fiente de mollusque ! comment oses tu troubler ma méditation par tes éructations immondes ? Répondit-il vivement en frappant sèchement le novice de sa branche de micocoulier bien souple. Puis il se figea et transperça le novice de son regard de dragon de feu.

Il désigna 3 bols de grès posés sur un petit autel de pierre, qui servait de latrines aux novices de première année, maudits soient ces petits paysans mal dégrossis.
Le grand jardin de graviers était ratissé et reflétait le soleil d'une blancheur aveuglante.
-Vois-tu ces bols ? Dit-il d'un ton péremptoire. Apporte les, nous allons boire.

Dans le premier bol il versa une eau claire.
Le deuxième bol il le remplit de l'eau des latrines.
Il disposa le bol souillé sur sa droite.
Il posa le bol d'eau claire à sa gauche.
Au centre il posa un bol vide.

- Le centre de deux principes opposés de quoi est-il composé ? dit Le Maître dans son éblouissante sagacité.
- d'un peu de chacun des principes, Maître, répondit le novice si tremblant d'émotion devant la majesté de Paï Maï que sa voix était mal assurée.
-Verse un peu de chacun de ces bols extrêmes dans le bol du milieu, dit le vieil homme très doucement, en rapprochant ses deux mains bien à plat le long de sa barbe blanche, d'un geste ample et mesuré.

Tu vois, tu me proposes de mélanger l'eau de notre source, celle que nous buvons depuis toujours dans ce monastère, cette eau d'une pureté étincelante avec l'eau douteuse et teintée d'urine du bol de droite. N'as tu donc rien appris, rien compris, petit fainéant lubrique, après ces années de labeur et de méditation dans l'enceinte sacré de notre temple ?

Moi je vais rester fidèle à la tradition du monastère, je boirai de l'eau claire et ferai ma méditation à l'ombre des cerisiers en fleur. Mais toi, misérable ignorant, imposteur qui ne cherche que la perversion et veut profiter de la prospérité de notre communauté, toi que j'ai battu avec ardeur pour t'enseigner l'humilité et l'abnégation, toi qui n'a rien retenu ni rien entendu, je te laisse une chance de t'éveiller : tu resteras en méditation ici même tout ce jour et pour toute boisson tu te serviras de l'eau corrompue qui est au centre. Le soleil qui monte dans le ciel te fera comprendre le vrai sens de la voie du milieu.

Le novice avait compris la leçon de son maître et une clarté soudaine purifia son esprit. Il s'agenouilla plein de gratitude devant Paï Maï, illuminé de sagesse, et murmura dans un sourire béat,"merci, Maître".

L'athéisme en question


Dans la seconde encyclique de son pontificat, publiée aujourd'hui et consacrée à l'espérance chrétienne, le pape Benoît XVI critique vigoureusement l'athéisme, qui a selon lui conduit à certaines des "plus grandes cruautés et plus grandes violations de la justice" dans le monde.

Puisque ce monsieur se permet de critiquer mes convictions et mes croyances, cela me permet de lui répondre franchement, puisqu'il me tend la perche, que personnellement, les divagations d'un petit évêque italien sénile me touchent assez peu, et sont significatives d'une intolérance scandaleuse.
Ce monsieur prétend que je suis le descendant d'une lignée incestueuse, dans laquelle les fils et les filles d'Adam et Eve ont procréés, et je conteste cette vision qui est en contradiction avec la génétique et les conclusions de la science moderne.
- Je me permet de rappeler à l'évêque de Rome, qu'il ne doit son pouvoir qu'à la bienveillance de Charlemagne, et que sous sa directive, le régime de l'inquisition a pratiqué la torture et les exécutions sommaires en masse.
- Je voudrais qu'il se souvienne que les évêques de Rome ont asservis et pratiqués un holocauste sur les natifs américains, et que leur odieux prosélytisme a ensanglanté une grande partie du monde sous couvert d'une soi-disant mission civilisatrice et évangélique de la colonisation.
- Je voudrais avoir une pensée pour ces sages réformateurs protestants qui ont été massacrés par centaines de milliers par ce despote romain, ou, en remontant le temps, ces massacres de cathares méridionaux aux cris de "tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens".

Sang, guerres, massacres, corruption, manipulations financières, mille vices qui jalonnent l'histoire des papes, princes temporels sans légitimité, chefs de guerre à l'occasion, qui se permettent de donner périodiquement des leçons de morale aux âmes simples pour mieux les asservir.

Enfin puisqu'on a décidé de se dire tout, je voudrait te dire, Benoît Seize, espèce de vieille baderne, que ta condamnation de la contraception et des préservatifs est criminelle, et que je considère ta fonction comme une anomalie dans notre monde moderne.

Je vais encore citer Voltaire (dont l'image du buste illustre cette note) :
"La religion existe depuis que le premier hypocrite a rencontré le premier imbécile !"
(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778)

Merci François-Marie pour ta sagacité et ton sens de la formule.

jeudi 29 novembre 2007

Villiers-le-bel : témoignage


Un témoignage direct d'un habitant de Villiers-le-bel. Il est à prendre pour ce qu'il est, une vision d'un habitant. Je crois qu'il est intéressant de donner une audience à ce document.
Le problème reste entier, le calme est revenu à cause du déploiement de 1000 policiers, contre 200 émeutiers. Rien n'est réglé, et cette histoire est un parfait argument pour déployer un arsenal répressif bien visible. Comme s'il fallait conforter un électorat porté aux extrêmismes.
La cause de la colère urbaine n'est pas traitée, et déjà des soupçons de manipulation apparaissent.
Personnellement j'attends des conclusions précises sur le nombre d'émeutiers armés de fusils, le nombre de policiers blessés par balle et le degré de leur blessures. Le seul témoignage précis et alarmiste que j'ai trouvé hier soir était le témoignage anonyme d'un gardien de la paix, François, par le biais de l'AFP.
Sur les journaux TV on voit MAM qui parle avec des policiers blessés, mais qui sont debout et en uniforme, ce qui laisse imaginer des blessures relativement légères. Le commissaire hospitalisé n'a pas été blessé par balles.
Tout cela reste flou et semble une manœuvre pour en rajouter à la psychose.

Une sale affaire bien représentative de la Sarkofrance.

mercredi 28 novembre 2007

La deuxième mort de Fred Chichin


J'avais 20 ans en 1984.
Je me souviens que j'étais amoureux d'une belle blonde et qu'on dansait sur Marcia Baila des Rita Mitsouko... Les Ritas c'est la référence de ma jeunesse parisienne, une période assez beatnick et underground... On fait des idoles de sa jeunesse des mythes, Catherine Ringer, Fred Chichin.

Et puis le mythe disparait un jour.
Il est mort pour moi le 16 novembre 2007. Ce jour là, j'ai lu l'article de Marianne qui faisait référence à une interview de Frédéric Chichin dans Télérama.

J'y apprends avec étonnement que les Rita Mitsouko étaient ouvertement "ralliés à Sarkozy", crachant sur Manu Chao ou Renaud (qualifiés de dangereux gauchistes), anti-musulmans et partageant l'idéologie d'extrême droite de Maurice Dantec, selon les dires du propre frère de Fred.
Effectivement, Chichin est une référence sur le blog Occidentalis. Voilà ce qu'on y lit :
Interviewé par Télérama, Fred Chinchin ne prend pas de gants : « Je suis resté deux mois avec une quarantaine de rappeurs. C'est édifiant sur le niveau et la mentalité… Le rap a fait énormément de mal à la scène musicale française. C'est une véritable catastrophe, un gouffre culturel. La pauvreté de l'idéologie que ça véhicule : la violence, le racisme anti-Blancs, antioccidental, antifemmes… C'est affreux. » etc.

Bon un mythe s'écroule.
Cet article de Marianne a tué l'image de Fred Chichin, et la cruauté de ce portrait apparaît plus encore aujourd'hui. Moi, je suis d'accord avec les rita Mitsouko quand ils s'élèvent contre l'intégrisme musulman. Je suis d'accord qu'une certaine forme de rap est abjecte et sans aucune morale. Mais je suis fan de Keny Arkana.
Heureusement, un contre-article opportun modère ma déception, mais confirme la violence de Dantec, et c'est vrai que je n'aime pas la violence de sa pensée.

Ok ils sont conservateurs et sarkozystes, mais c'est leur droit après tout ? Oui c'est vrai, au fond c'est moi qui pensait qu'ils pensaient que... Mais qu'est ce que j'en sais de leur vie ?
Et puis leurs chansons, aux Rita, elle parlent d'amour et de mort, et pas de politique.
Alors aujourd'hui le guitariste est parti pour de bon, avec sa vision du monde, ses idées bonnes ou mauvaises. C'est bien dommage que sa mémoire fut salie de cette manière.

Salut Fred Chichin, bise à Catherine Ringer...

Les histoires d'amour finissent mal... en général.

Un peu d'amour dans ce monde de brutes



Tata Lochet nous donne l'exemple : contre le malaise des banlieues, faites des bisous et du gâteau de riz !

mardi 27 novembre 2007

Jours de colère


La colère. Désespérée. Colère du corps judiciaire, des marins pêcheurs, des étudiants, des fonctionnaires ou des employés de la SNCF comme des internes en médecine. Colère de jeunes d'une citée de banlieue.
Trop de rancœur.
Cette colère nous interpelle tous. Cette colère qui revient, qui ondule, d'un groupe à l'autre, d'une corporation à l'autre. Cette colère pour des causes parfois indéfendables, égoïstes : privilèges acquis pour les uns, accident de la circulation pour d'autres... Comme si il fallait absolument un exutoire à cette colère, une étincelle, une excuse pour qu'elle s'embrase, se déploie incontrôlable...

Comment ne pas percevoir ces frustrations ?
Et comme cette colère est dévastatrice... Ces petits feux disséminés, ces colères qui en attisent d'autres, usagers contre grévistes, commerçants contre jeunes, policiers contre contestataires... ces colères sans coordination, sans encadrement.
Les syndicats sont discrédités par les malversations corruptrices du Medef, par le morcellement des revendications diverses, par leur incapacité à fédérer les mécontents sur un avenir positif.

Corporatiste ou spontanée, sans encadrement véritable et sans adhésion commune, c'est une colère triste.
L'opposition est amorphe, divisée, laminée. Pas de message fédérateur, pas d'unité. Que des querelles personnelles, des luttes de pouvoir, des trahisons et des chausses-trappes. De temps en temps elle s'offusque, avant de revenir à ses frasques.

Chacun en France aujourd'hui, s'agrippe à la couverture pour la tirer à soi.

La grande crise mondiale qui se profile, avec la chute imminente de la puissance financière américaine, la crise pétrolière et la dégradation catastrophique de l'environnement, va secouer la France. C'est un fait. Il faudra bien accepter de changer nos mentalités, nos habitudes, nos petits privilèges. La colère ne sera d'aucun secours. Pas cette colère là.

Voilà ce que devient une population aigrie et inquiète, qui doit subir une idéologique unique, sans alternative constructive, sans opposition crédible, sans espoir. Triste spectacle.

Triste bilan de 6 mois de sarkozysme.

samedi 24 novembre 2007

Une tribune pour nos amis de droite



Dans ce contexte pré-électoral, les tensions sont perceptibles, et il était juste que ce blog ouvre son espace à nos amis de la majorité présidentielle.
Messieurs François Morel et Olivier Saladin, de la compagnie Deschiens s'expriment sur la gauche et le socialisme. Une rumeur affirme qu'ils sont maintenant consultants sur Panaf tivi, elle est a prendre avec toutes les réserves qui s'imposent.

vendredi 23 novembre 2007

Arnaud Montebourg ou le parler vrai



J'adore Arnaud Montebourg, et son opinion sur Rachida Dati est délectable.
Je n'ai rien à redire à ses propos et sans hésiter j'en fais immédiatement la publicité.
Merci à Rue 89, encore une fois. Ce webjournal est décidement un des meilleurs.

Un excès laïc


Je suis embêté.
Je suis laïc, agnostique, admirateur de Clemenceau et de Voltaire... mais je ne cautionne pas la pétition "Halte au voile".

Interdire est contraire à mes convictions, et pour moi la laïcité c'est la liberté de croire ou ne pas croire. Cette pétition serait valable si elle interdisait TOUS les signe religieux : crucifix, kippa, colombe protestante, signe du yin yang... que sais-je encore ? A ce compte là nous serions dans une société liberticide. Pourquoi ne pas interdire les T-shirts "Che Guevara" ? Les signes du zodiaque ?

Bien sûr on me répondra un mensonge, que le voile est un signe de soumission de la femme, sans savoir que la grande majorité des femmes qui se voilent le font de façon volontaire. Et souvent absurde (je vois chaque jour des femmes voilées en pantalon serré dont le galbe du fessier est tout à fait séduisant). C'est leur liberté. D'autres femmes sont très religieuses, sans être voilées, chacun fait comme il veut.

Stigmatiser une religion plutôt qu'une autre n'est pas une démarche laïque, et c'est le meilleur moyen de renforcer les convictions de celui qui subit cette offense, le meilleur moyen de le pousser vers un extrémisme, par réaction de défense.

Le meilleur moyen de défendre les valeurs laïques et tolérantes, c'est plutôt de donner une large audience à ceux qui démontrent que l'islam peut être envisagé autrement, comme le fait Rue 89, avec un très bel article sur Gamal al-Banna. "L’islam d’aujourd’hui est arriéré de quatre siècles" dit-il et ce vieil érudit egyptien a une vraie légitimité pour parler du Coran, plus que les laïcards plus ou moins ignorants.
Aider les musulmans à se retrouver en harmonie avec le monde moderne et les autres courants de pensée est la seule démarche positive qui soit, plutôt que de les contraindre et de les montrer du doigt.

Laissons aux gens la liberté de croire comme bon leur semble, dans la limite de leur sphère privée, de la manière qu'ils le souhaitent.

Je vous propose de relire Saint Paul, pour comprendre que ce que l'on reproche aux musulmans fait partie de la doctrine chrétienne :

Première épître aux Corinthiens, 11 : 2-16.

2 Je vous félicite de vous souvenir de moi en toute occasion, et de conserver les traditions telles que je vous les ai transmises.
3 Je veux pourtant que vous sachiez ceci : le chef de tout homme, c'est le Christ ;
le chef de la femme, c'est l'homme ; le chef du Christ, c'est Dieu.
4 Tout homme qui prie ou prophétise la tête couverte fait affront à son chef.
5 Mais toute femme qui prie ou prophétise tête nue fait affront à son chef ; car c'est exactement comme si elle était rasée.
6
Si la femme ne porte pas de voile, qu'elle se fasse tondre! Mais si c'est une honte pour une femme d'être tondue ou rasée, qu'elle porte un voile !
7 L'homme, lui, ne doit pas se voiler la tête : il est l'image et la gloire de Dieu ; mais la femme est la gloire de l'homme.
8 Car ce n'est pas l'homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l'homme,
9 Et l'homme n'a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l'homme.
10
Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance, à cause des anges.
11 Pourtant, la femme est inséparable de l'homme et l'homme de la femme, devant le Seigneur.
12 Car si la femme a été tirée de l'homme, l'homme naît de la femme et tout vient de Dieu.
13 Jugez par vous-mêmes :
est-il convenable qu'une femme prie Dieu sans être voilée ?
14 La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas qu'il est déshonorant pour l'homme de porter les cheveux longs ?
15 Tandis que c'est une gloire pour la femme, car la chevelure lui a été donnée en guise de voile.
16 Et si quelqu'un se plaît à contester, nous n'avons pas cette habitude et les églises de Dieu non plus.


A ce stade, j'ai du mal à différencier le bien-fondé d'une religion par rapport à une autre...
Encore une fois, et à titre tout à fait personnel, je mets dans le même sac ces doctrines archaïques, sexistes, et je préfère la lecture de Voltaire :

• "La religion existe depuis que le premier hypocrite a rencontré le premier imbécile !"
• "C’est le propre des censures violentes d’accréditer les opinions qu’elles attaquent."
• "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire."
(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778)

jeudi 22 novembre 2007

Hasui Kawase

Hasui Kawase : Matin à Takamatsu

Encore une merveilleuse estampe de Hasui Kawase (cliquez sur l'image pour la voir en grand) dont vous pouvez retrouver les œuvres dans des reproductions grand format sur ce site.
Hasui Kawase est un des meilleurs représentants du shin-hanga (nouvelle école), le style moderne de l'estampe japonaise.

Je ne m'en lasse pas.

mardi 20 novembre 2007

Sarkozy, l'homme de Dieu


Lorsque Nicolas Sarkozy évoque le trop grand nombre de musulmans en Europe, le possible choc de civilisation, comme le rapporte Jean Quatremer, je ne me peux m'empêcher de me poser certaines questions.

- Si il évoque une radicalisation de l'Islam, et une vision rigoriste du coran, en effet il y a un risque que le prosélytisme entre en contradiction avec les valeurs républicaines. Mais englober tous les musulmans dans un même sac est une vision perverse dont l'amalgame, des plus modérés aux plus extrémistes, est un mensonge. C'est comme si on mettait sur le même plan la majorité catholique, peu pratiquante avec l'extrémisme des membres de l'Opus Dei.
Cette réflexion est d'autant plus étonnante qu'elle est en totale contradiction avec ses déclarations passées :
"la religion ne se réduit pas à l'extrémisme. Tout musulman n'est pas un islamiste et tout l'islam ne se réduit pas à Ben Laden et aux Twin Towers. A mon tour de vous appeler à la mesure et à la tolérance."
Je remarque que dans sa citation, l'extrémisme est musulman, alors que cette déviance existe dans toutes les religions. Nicolas Sarkozy ferait-il des déclarations officielles de complaisance, contraires à ses convictions ?

- Si dans un esprit laïc, il défend les valeurs républicaines en restreignant l'influence religieuse, cela ne peut que me convenir. Hélas, il propose le contraire, c'est à dire de faire rentrer plus de religion dans la république :
"Ce que je veux dire, c'est que l'éducation religieuse qui prêche le bien n'est pas contraire à l'Education nationale. La religion peut aider la République".
Il semble que si Nicolas Sarkozy attaque l'Islam, ce n'est que pour soutenir discrètement le catholicisme à son détriment. Je me souviens que Nicolas Sarkozy fait le signe de la croix de manière ostensible. Je me souviens que son livre sur les religions a été écrit par un proche de l'Opus Dei et de l'activisme chrétien, Thibault Collin. Son ex-épouse, Cecilia, serait la petite nièce de Balaguer, le fondateur de l'Opus Dei, récemment canonisé. Sa ministre de la ville, Christine Boutin est une proche du Vatican et de l'Opus Dei. Il se choisi un entourage qui laisse supposer une connivence intellectuelle.

Alors que la plus juste des attitude serait de considérer chaque religion avec bienveillance, tout en veillant à ce qu'elle reste dans la sphère privée, il semble que Nicolas Sarkozy, comme Georges Bush, cherche plutôt à privilégier un renouveau de la foi :
"La religion, c'est la vie. Le politique, c'est la vie. Votre différence entre espace public et espace privé est très théorique." disait-il en 2004 à Denis Jeambar dans l'Express.
Pire encore :
"La dimension morale est plus solide, plus enracinée lorsqu'elle procède d'une démarche spirituelle, religieuse, plutôt que lorsqu'elle cherche sa source dans le débat politique ou dans le modèle républicain" écrivait-il dans son livre "La religion, la République, l'espérance". Difficile d'être plus clair... et plus inquiétant !

J'ai bien peur que l'influence des intégristes catholiques soit importante sur le président de la République et cette volonté de réintroduire le religieux dans la société, me semble contraire à la tradition républicaine française, et cache un retour au pire des catholicismes. Concernant Nicolas Sarkozy, mieux vaut observer son entourage et ses actions que de trop croire à ses encourageantes promesses. La contradiction courante entre ses différents discours montre peut-être la sordide démagogie du politique.

Donc si l'islam gêne Nicolas Sarkozy, c'est qu'il lui préfère la religion catholique romaine, et ça c'est très inquiétant. Sa proximité idéologique avec G. Bush fait craindre qu'il soit lui même partisan d'un choc idéologique, et qu'au fanatisme des uns il cherche à opposer les valeurs intégristes de l'autre. Il y aurait selon lui une "bonne manière de croire" et une "mauvaise". Les valeurs ultra-catholiques de Christine Boutin sont pour lui acceptables (homophobie, lutte contre l'IVG) mais les valeurs musulmanes parce qu'elles ont aussi leur part d'extémisme sont dangereuses à ses yeux. Donc contrairement à ses déclarations, il n'y a pas à ses yeux une égalité entre les religions. Et si son but est de faire entrer plus de spiritualité dans la vie publique, cette spiritualité semble plus venir du Vatican que de La Mecque.

C'est le droit privé absolu du citoyen Sarkozy, mais c'est une grande faute pour le président de tous les français.

Une de plus.

lundi 19 novembre 2007

Une pub qui se fait mousser



Encore une pub dans un pub... Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour se faire mousser.
Moi j'ai éclaté de rire à la fin, j'espère que cette merveille publicitaire vous fera le même effet !

Une publicité pour Guiness qui vient de Californie.
Advertising Agency: Ringleader Productions, Venice, California USA
Art Director: Camellia Cox
Copywriter / Director: Max Gutierrez
Director of Photography: Bobby Eras
Producers: Eli Craig, David Harb, John Burgess
Aired: July 2007

samedi 17 novembre 2007

Une pub qui a les pieds sur terre


PS_Shame
envoyé par Rimbus


C'est du premier degré mais j'aime beaucoup.

Advertising Agency: Dieste Harmel, San Francisco, United States
Executive Creative Director: Carlos Tourne
Senior Creative Director: Raymundo Valdez
Senior Copywriter: Alex Toedtli
Art Director: Eduardo Cintron
Executive Agency Producer: John Costello
Production Company: Landia
Director: Andy Fogwill
Editor: Red Car
Music/Sound Design: The Listening Chair, Dallas
Composer: Brian Flores
Aired: October, 2007

Une pub qui nous mène en bateau





Une série publicitaire assez étrange qui me laisse avec un sentiment équivoque.
Ce qui m'a intéressé c'est le making of, pour ceux qui n'ont pas assisté à un tournage, et ben voilà comment ça se passe :



Merci à ulfablabla qui anime un chouette blog sur la pub.

Restons zen


Hasui Kawase 1883-1957

"Seicheon no yuki"
Le parc Seicheon (Kyozumi ) sous la neige.


Comme la nature se fige dans sa gangue de froid, il me faut ralentir mes pensées et endormir mes émotions. Mieux vaut oublier ce vilain message d'hier, témoin malheureux de mon excès colérique. Voilà, il restera là, et moi aussi j'en resterai là, un peu honteux de cet emportement.

Je préfère contempler ce soir le parc Seicheon sous la neige.

jeudi 15 novembre 2007

J'ai envie de vomir


Voilà je travaille avec des négationnistes.
Combien de temps je vais supporter de bosser avec ces marocains là ? Je crois que je vais quitter ce boulot, et ce pays qui me dégoute parfois par certains aspects.

Je discutais avec mon pote Mohamed, on en est venu à parler d'Israel et de la propagande du Hamas... Je sais j'aurais pas dû en parler.
Pour pas choquer mes collègues, que je sais anti-sionistes violents, comme presque tous les marocains, j'ai modulé mes propos, en disant qu'on parlait toujours de la déportation des juifs mais qu'il ne fallait pas non plus oublier les homosexuels, les communistes et les tziganes.
"On" m'a répondu que les fours crématoires ça n'avait pas existé et que c'était de la propagande sioniste.
Mohamed, lui, a vécu en Allemagne, alors il m'a regardé et il a fermé sa gueule. Il sait qu'il vaut mieux se taire. Il a raison.
Que dire... que répondre ?

Voilà c'est aussi ça le Maroc et les marocains, dans leur majorité.
Pauvre pays, pauvres gens.

mardi 13 novembre 2007

Je suis crevé


FlatTyres
envoyé par Bob_UK


Je suis vraiment crevé en ce moment... Je sais pourtant que c'est dangereux !

dimanche 11 novembre 2007

Moi Rimbus


Voilà c'est moi Rimbus.
Je suis flemmard, pas fréquentable, désabusé et décervellé. Des fois je me dis que c'est bien prétentieux d'écrire tant de bêtises sur internet. C'est vrai je n'ai de leçon à donner à personne, et des leçons j'en reçois tout les jours. Comme disait Talleyrand : Si je m’ausculte je m’inquiète, mais quand je me compare je me rassure. Bon, je suis un peu rassuré, mais c'est pas terrible quand même. J'aurais préféré être con, j'aurai moins d'états d'âmes.

mardi 6 novembre 2007

Djouhri, la position du commissionnaire


En lisant la presse, et en dédaignant les gros titres, ou les annonces d'actualité, un nom apparaît et mérite qu'on s'y intéresse.
Ahmed Djouhri, dit M. Alexandre, est un curieux homme d'affaire, actionnaire important de Véolia. En effet, il n'est pas donné à tout le monde de côtoyer les principaux dirigeants français, tout en restant dans l'ombre et anonyme.

Encore une fois, c'est le webzine Bakchich qui apporte le plus d'informations sur ce monsieur au passé trouble. La presse la plus sérieuse mentionne aussi les petites mésaventures de Ahmed Djouri.
Ainsi Libération s'y intéresse il y a un an: "Un homme du milieu ayant ses entrées à l'Elysée ? La trajectoire singulière d'Alexandre Djouhri ne cesse d'intriguer. Natif de Seine-Saint-Denis, il fréquente aujourd'hui, après avoir encaissé quelques coups de feu dans les années 80, le gratin du patronat : Henri Proglio (Veolia), Arnaud Lagardère (EADS), après s'être glissé dans le sillage d'André Tarallo (Elf). Surtout, Alexandre Djouhri est proche de Maurice Gourdault-Montagne, conseiller diplomatique de Jacques Chirac, qui lui a confié la maîtrise des contrats d'armements dans les pays arabes."

Djouhri, nous apprend R. Lecadre, le journaliste de Libération, bénéficie da la protection de Bernard Squarcini, premier flic de france, qui lui délivré un certificat de moralité en 2005. Sans doute pour étouffer les rumeurs concernant sa jeunesse sulfureuse détaillées par le quotidien. Il poursuit en mettant en évidence les contacts entre Sarkozy et Djouhri :
"Installé en Suisse depuis 1995, il a entretemps monté une société spécialisée dans le pétrole, puis l'eau et les déchets. «Il est ultrarelationné», dit de lui un ancien dirigeant de Vivendi. Le loustic fait désormais dans le big business. Cela se pratique théoriquement dans la discrétion. Le naturel revenant parfois au galop, Alexandre Djouhri vient d'être renvoyé devant le tribunal de police pour coups et blessures, à l'occasion d'une négociation ­ portant sur le Moyen-Orient ­ dans une suite de l'hôtel George-V, qui a viré au pugilat.
Malgré ce regrettable incident, on se l'arrache en haut lieu. En avril, Bernard Squarcini, grand flic d'obédience sarkozyste, a organisé un rendez-vous entre Alexandre Djouhri et Nicolas Sarkozy, en présence de son directeur de cabinet Claude Guéant. Selon Intelligence Online, qui avait révélé cet entretien «secret» dans un palace parisien..."

Mais Ahmed-Alexandre Djouhri, comme l'explique Bakchich, a été formé a bonne école : l'école Pasqua, réputée pour son sens aigu de l'honnêteté. Sans doute les rencontres avec andré tarallo et Alfred Sirven lui ont fait comprendre l'intérêt pécunier de jouer les intermédiaires dans les affaires d'état.
Et puis ces messieurs de première moralité lui auront rapidement fait apprécier les charmes de la Confédération Hélvétique. Il y crée une société (DIM) en 1987 (dissoute en 2000), et se lie au baron de l'eau, Bernard Forterre de Vivendi. Ce monsieur aux méthodes irréprochables* l'introduit dans la maison, avant d'être éjecté par Messier. Djouhri se lie très vite avec le député UMP Alain Marsaud, le monsieur sécurité de Messier, et s'attire les bonnes grâces de Henri Proglio qui utilise ses reseaux et ses méthodes musclées. Djouhri possèderait 8 % de Véolia, et on dit que sans lui, Henri Proglio, l'ami de Rachida Dati, ne serait rien.

Alexandre Djouhri est partout, chez EADS, dans les déjeuners de direction en 2005 avec Arnaud Lagardère, Noël Forgeard, président d'Airbus, et Maurice Gourdault-Montagne, conseiller de Jacques Chirac ; dans les salons de l'hôtel Georges V en 2004 où il fait le coup de poing avec son ami Marsaud contre Mohamed Ajroudi au sujet d'une filiale au Moyen-Orient, appelée Veolia Middle East (VEM) et qui les accuse d'avoir exigé 20 % du capital de la société sans contrepartie aucune...

Voici que la justice ouvre le mois dernier une enquête sur Véolia, et que l'ombre de Djouhri plane à nouveau :
D'après le journal L'Express, Le 4 octobre, la police a saisi des documents au siège de Veolia pour tenter de trouver la trace de commissions occultes qu'aurait versées le groupe pour obtenir un contrat à Abou Dhabi. selon Emmanuel Petit, ex-administrateur de la Sidem, une filiale du groupe spécialisée dans le dessalement de l’eau de mer, 18 millions de dollars (sur un contrat de 200 millions) ont fini dans la poche d’intermédiaires.
L’homme est en conflit avec Veolia depuis l’altercation qui a opposé un milliardaire d’origine algérienne à un gestionnaire de fortune moyen-oriental, à l’hôtel George-V, à Paris, en décembre 2004. Cette bagarre avait pour origine la constitution d’une société de dessalement d’eau au Moyen-Orient. C'est à l'issue de cette sombre histoire que Veolia a remercié Emmanuel Petit.

Voilà donc ce que la lecture attentive de la presse permet de découvrir sur un parfait inconnu du grand public, mais qui mérite amplement de faire parler de lui. Tout n'est pas transparent dans la république sarkoziste, et un petit éclairage est parfois nécessaire. A travers Veolia et Henri Proglio, l'ami de Rachida Dati, il a ses pistons au ministère de la justice, il se prévaut de la protection du premier flic de france et connait personnellement les affairistes les plus puissants. Il a juste la sagesse d'éviter de trop faire parler de lui. Qu'il veuille bien m'excuser de froisser sa modestie et de le mettre en lumière, les humanistes de ce genre sont assez rares !

La position de Djouhri est confortable, c'est celle du commissionnaire.

*Bernard Forterre est mis en examen avec Charles Ceccaldi-Raynaud (ex-suppléant de Sarkozy à l’Assemblée) dans l'enquête sur le versement d'une commission de 750 000 euros au Luxembourg, à l’occasion du renouvellement du contrat de chauffage de La Défense.

Mise à jour en février 2011 : de nouveaux éléments sur M. Djouhri


samedi 3 novembre 2007

LA RAGE


Kunz sur Bellaciao appelle à une grande manifestation pour réclamer des augmentations de salaire, comme le petit président qui a des frais dans sa nouvelle maison de l'Elysée :
“Je demande au PC, à la LCR et à tous ceux (même de droite !) qui ont encore un peu de dignité dans ce pays, d’organiser une MANIFESTATION pour dénoncer le mépris et la suffisance avec lesquels ce gouvernement de dégénérés se moque de nous.”

Il illustre son article avec ce clip, la rage, de Keny Arkana, jeune marseillaise de grand talent qui a compris beaucoup de choses et est associée au collectif La Rage Du Peuple.
Moi je vous rajoute celui-ci :



Comme eux je crois que la contestation appartient au peuple, au delà des partis politiques dont les cadres professionnels, corrompus par les honneurs et l'ambition personnelle sont des marionnettes dont il ne faut plus rien attendre. La lutte est comme un cercle. On peut le commencer à n'importe quel point, mais il ne finit jamais, disait le sous-commandant Marcos.

Comme Alain Badiou, je ne suis pas un inconditionnel de la démocratie, parce qu'un peuple abusé et conditionné peut plébisciter un tyran. Les nazis sont arrivés au pouvoir de manière légitime. Nous sommes tous concernés, sage, marginal, humaniste ou révolté, ne nous laissons pas faire ni abuser par les discours démagogiques des nouveaux privilégiés dont la quête de la fortune mal gagnée est à nos yeux la seule morale affichée.

Ne comptez plus sur les partis politiques, les différents acteurs de tout bord ont montré leur incompétence et leur médiocrité et c'est au peuple maintenant d'agir. Soyons révolutionnaires dans notre contestation et solidaires dans nos actions parcequ'aujourd'hui la rage est énorme. La marmite bouillonne déjà et quand la pression sera trop forte, elle explosera, comme par le passé : 1789 - 1830 - 1848 - 1871 - 1936 - 1968 - 1995.

vendredi 2 novembre 2007

Une pub qui fait le poids



Voilà pour terminer la semaine sur une touche de bonne humeur. Un peu de légèreté qui nous change de la lourde ambiance actuelle.

jeudi 1 novembre 2007

En me regardant le nombril

Comment booster son blog
ou comment rabattre vers soi un lectorat d'intellectuels.

Excusez par avance l'extrême trivialité de l'image qui précède.
Mais quelle ne fût pas ma surprise, en regardant la provenance de mes récents visiteurs (visiteur ami des arts, salutations et bonne visite), de constater que la recherche “meuf à poil” me classe dans la première page de référencement des blogs de Google.
Dans un sens, c'est une démonstration de l'efficacité de la technique des mots clés biens distillés... (voir le deuxième paragraphe de la note du 8 octobre) et de la pertinence des titres.
Les meubles brault et martineau me précèdent, avec un message surréaliste d'une inquiétante étrangeté, aboutissant vers un accès réservé. (j'ai essayé)
Mystère.
Mais je précède celle qui suit (et qui est innommable, ô démon qui ensorcelle nos corps...).

Pour tout vous dire, je trouve ça bien drôle. Je vais juste me retaper encore meuf à poil, et encore meuf à poil, parceque j'aimerais bien devenir le number one des blogs de meufs à poil, ou des meufs à poils. Surtout en écoutant “Marilou Reggae” de Serge Gainsbourg, dans une super version remixée, que je ne vous fait pas partager comme la plupart des bloggers, qui violent les copyrights et défient chaque jour la Sacem. Après on s'étonne que nos artristes de la chanson aillent se planquer en suisse ! (et encore une meuf à poil).


Et le pire c'est que ça marche !

Une pub qui fait aimer les enfants



Voilà une excellente histoire belge, avec Boris Becker qui fait ses courses au supermarché avec son rejeton.
Une publicité pour les préservatifs Zazoo de 2003. Elle me rappelle des souvenirs avec mon fils quand il avait 2 ans...

Ad location : Brussels
Creative : Stef Selleslaghs
Production : Lovo Films
Director : Frank Devos

Une pub mortelle !



En Inde, les bracelets, le médaillon et une marque rouge sur le front sont les symboles de la femme mariée.
Chaque jour, le mari applique la marque rouge sur le front de sa femme pour être en phase avec elle.
Quand le mari décède, les pleureuses professionnelles viennent et lui retirent ces symboles.

Voici le prélude d'une publicité étonnante où la vie joue avec la mort, et la joie se moque du chagrin.

Une publicité indienne pour Camlin Permanent markers.

Agency: Lowe, Mumbai (India)
Creative Director: Priti Nair
Copywriter: Priti Nair