mercredi 26 décembre 2007

Aux frontières du Maroc



Un très bon résumé de l'histoire du Maroc moderne.
Parfaite transition pour annoncer mon arrivée en Sarkofrance dès demain, inch'allah.

mardi 25 décembre 2007

Afghanistan : de nobles mots dans une vilaine Bush


M. Sarkozy a estimé nécessaire de "serrer les coudes avec nos alliés". Insistant à ce sujet sur l'importance d'un "front uni", il a ajouté : "Il se joue ici une guerre, une guerre contre le terrorisme que nous ne pouvons pas et ne devons pas perdre." Le président Français était samedi à Kaboul, alors que la résistance des talibans au gouvernement afghan ne faiblit pas.

Difficile de contredire ces paroles. La loyauté envers ses alliés est une vertu républicaine, c'est entendu.
Néanmoins, on peut s'interroger sur cette "guerre au terrorisme" sur fond d'Afghanistan.
En fait, l'Afghanistan n'est plus le siège du terrorisme international, c'est juste une formule simple pour nos esprits puérils.

“Il y a un sanctuaire dans le Nord-Ouest du Pakistan, qui a remplacé l’Afghanistan” dit Richard Clarke, l’ex-responsable du contre-terrorisme à la Maison Blanche et aujourd’hui consultant chez ABC News. (source)

Tout le monde sait depuis longtemps que les bases d'Al Qaeda sont au Waziristan, dans les provinces tribales du Pakistan :
"Al Qaeda s'est étendue et développée grâce à la publicité faite par des attentats spectaculaires, tels que ceux du World Trade Center. Cette hydre n'a pas vraiment de centre névralgique, mais seulement un refuge pour ses maîtres à penser, dans les montagnes jouxtant le Pakistan et l'Afghanistan, auprès des tribus pachtounes du Waziristan." (source)

Alors il y a cette question des Talibans. Ceux-ci semblent mal s'accomoder de cette brigade internationale islamiste. Les 30 ans de guerres afghane commencent à peser, et le président Hamid Karzaï est prêt à négocier avec les fondamentalistes, qui prennent leurs distances avec Al Qaeda : "Au Waziristan sud, une zone tribale du Pakistan située à la frontière afghane, des talibans locaux ont perpétré en mars 2007 un massacre de combattants étrangers du Mouvement islamique d’Ouzbékistan, affilié à Al-Qaida..." (source)
Les talibans ne sont que des opportunistes pachtounes du sud qui ont bénéficiés de l'appui de l'ISI, les services secrets du Pakistan pour contrer Massoud et l'alliance du nord, dont les sympathies allaient plutôt au gouvernement indien. Comme souvent, la créature monstrueuse s'est affranchi de son maître. (source)

Donc cette guerre afghane n'est plus vraiment une guerre contre le terrorisme. Après la lutte contre les russes, la résistance se réorganise contre Karzaï, l'homme des américains.
La vraie guerre contre le terrorisme se joue sur un autre terrain : Le nerf de cette guerre n'a pas été tranché, et les capitaux, surtout saoudiens continuent de circuler : " “Si je pouvais d’une baguette magique couper les vivres à un pays, je le ferais à l’Arabie” dit Stuart Levey, le Sous Secrétaire d’état au Trésor, chargé de repérer le financement du terrorisme, à ABC News.
Comme allié des Etats-Unis, en dépit de quelques efforts dans la guerre contre la terreur, Levey dit que l’Arabie saoudite a laissé tomber. Aucun des Saoudiens identifiés comme financiers de la terreur n’a été poursuivi. “Alors que la preuve est évidente, ces gens qui financent des organisations terroristes devraient être arrêtés et poursuivis comme terroristes” poursuit-il. D’après des sources officielles, aussi bien la liste des Etats-Unis que celle de l’Onu comprend Yasin al Qadi, un riche homme d’affaires, qui nie les faits et reste libre comme personnalité en vue dans son pays. Son avocat de Londres Guy Martin du cabinet Carter-Ruck dit que les Etats-Unis n’ont jamais produit de preuves à leurs allégations. Martin dit “Il n’a jamais été jugé, ni même inculpé dans aucune juridiction dans le monde. Malgré les allégations, il n’y a jamais eu de poursuite criminelle. C’est un Guantanamo financier pour mon client qui est victime d’une grosse manipulation juridique qui se poursuit, situation à la Kafka, où des gens sont mis sur une liste sans raison”
(source)
Cela me fait penser aux ennuis de Guillaume Dasquié avec le saoudien Bin Mahfouz.

Cette volonté pour l'Otan de contrôler l'Afghanistan équivaut à contrôler le pipeline initialement prévu par l'entreprise américaine Unocal (dont Hamid Karzaï, le président afghan, a été le salarié durant son exil aux USA) : "S'agissant de la compétition entre les Etats-Unis et l'Europe, il a rappelé que les Etats-Unis avaient, déjà sous le règne des Talibans, signé des accords avec ces derniers, notamment dans le secteur énergétique, à l'instar de l'accord signé par la compagnie américaine UNOCAL prévoyant la réalisation d'un oléoduc entre la Caspienne et l'Océan Indien via le Pakistan pour contourner l'Iran." (source)



Encore une fois le dessous des cartes résume parfaitement la situation.

Donc la France s'engage auprès des américains pour les aider à contrôler "le grand jeu" géostratégique de cette région, où s'affrontent depuis 150 ans les influences occidentales, russes et iraniennes. L'allié pakistanais est de plus en plus incontrôlable, et, alors que la diplomatie américaine est opposée au chiisme totalitaire d'Iran depuis 30 ans, le fanatisme pachtoune, peuple guerrier réparti entre afghanistan du sud et pakistan occidental, semble être la source de bien des démons. La future bombe iranienne est un danger lointain à côté de l'islamisme pakistanais.
"L’immense frayeur, à Washington et dans d’autres chancelleries, c’est que les islamistes pakistanais, alliés aux talibans, finissent par s’emparer des rênes de l’Etat et mettent la main sur l’arme atomique." (source)

Tout cela n'a pas grand chose à voir avec la guerre contre le terrorisme, et le discours de Nicolas Sarkozy ce week-end à Kaboul reprenant les arguments de G.W. Bush, est un mensonge inutile qui entretient une confusion dans l'opinion publique.

Quant à ceux qui s'offusquent des femmes en burqa, Joseph Kessel en parlait dans ses premiers reportages afghans de 1956, et je conseille dont 2 extraits d'un reportage de 1967 qui sont disponibles sur le site de l'INA :
Kessel raconte l'histoire d'une femme qui préfère la prison plutôt que d'être filmée
Kessel raconte une révolution de 1927 qui préfigure celle des talibans

Peut-on changer les traditions afghanes avec des Rafales ?

lundi 24 décembre 2007

Président c'est pas de la tarte !



Petit cadeau pour le réveillon de Noël, une bonne tarte dans la gueule, ça fait du bien.

jeudi 20 décembre 2007

Le droit de retrait

"Le salarié confronté à un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, a le droit d'arrêter son travail et, si nécessaire, de quitter les lieux pour se mettre en sécurité. L'employeur ou les représentants du personnel doivent en être informés. Ce droit de retrait est un droit protégé. La décision du salarié ne doit cependant pas créer pour d'autres personnes une nouvelle situation de danger grave et imminent."

Le droit de retrait sur le site du ministère du travail des relations sociales et de la solidarité.


Un excellent détournement de Mozinor.

mercredi 19 décembre 2007

charité bien ordonnée...



Rendons grâce à la morale très chrétienne de madame Boutin !
Depuis Saint François d'Assise, Saint Vincent de Paul ou plus simplement l'abbé Pierre, l'altruisme et l'esprit de renoncement est la gloire de la chrétienté.
Le bras droit de madame la ministre Christine Boutin (la pleureuse de l'hémicycle) Jean-Paul Bolufer, qui anime la fondation de service politique (avec son amie Christine De chefdebien, conseillère technique au ministère), donne un exemple très catholique de la charité. Son appartement de luxe à prix d'ami va lui coûter cher.
Il devrait se souvenir de son collègue très catholique Hervé Gaymard !

Ce spécialiste de la lutte contre l'avortement est aussi un amateur de l'entrisme, et a été formé par la "cité catholique" et l'ICTUS, une autre association qui a pour objectif de construire une élite constituée en petites « cellules bien dressées » susceptibles d'agir par capillarité dans la classe dirigeante, son slogan: « Dans le peuple ; comme un poisson dans l'eau » traduit toute sa volonté d'infiltration du monde associatif. (source)
Martin Hirsch, demande sa démission. Voilà un noble appel de la part de l'amateur des voyages en Falcon jet, le Kouchner Boy désintéressé : Martin-la morale. Un enfant de bourgeois parisiens, enarque au parcours classique qui vit en prenant des fonctions dites "honorifiques" dans telle ou telle association publique est qui est devenu "l'ami des plus pauvres".

C'est l'hôpital qui se fout de la charité !

Petit lien sur le rimbusblog à propos du lobby catho chez Sarkozy et de M. Hirsch.

mardi 18 décembre 2007

Déclaration de Nicolas Sarkozy



M. le président de la république Nicolas Sarkozy s'explique sur sa relation avec Carla Bruni.

Histoires de bouddhisme



Voici ci-dessus très clairement expliqué, l'histoire géographique et temporelle du bouddhisme.
Ci dessous vous trouverez la même clarté d'explication concernant la pratique du bouddhisme.
Fils du philosophe Jean-François Revel, moine bouddhiste depuis plus de trente ans et véritable ambassadeur de la culture tibétaine en France, Matthieu Ricard a bien voulu évoquer dans ce reportage sa vision quotidienne du bouddhisme.



"Il faut savoir se diriger dans une direction en savourant chaque difficulté qui rapproche du but recherché". Le bouddhisme apporte souvent une réponse aux tourments humains.



Une histoire, un témoignage... Sans doute un grand enseignement pour l'occident obligé à un changement de comportement devant le désastre écologique, économique et spirituel auquel il est confronté.

lundi 17 décembre 2007

Le Grand Secret


L'histoire commence à l'université de Yale en 1887. Ce jour là, les Skull & Bones, société secrète américaine, décident de fonder l'"Empire" et d'asservir le monde.
C'est une réaction à la création du 1er Mai un an auparavant (les meneurs seront lynchés peu après cette réunion), grave avancée socialiste qui menace l'Amérique.
C'est au siège secret de l'organisation, situé sur le campus de l’université de Yale, dénommé "la tombe", que Asa Griggs Candler est convoqué en tant que membre influent. C'est le président Cleveland lui même qui lui annonce sa mission : s'emparer de la formule du Coca Cola et asservir les enfants du monde. Les Skull & Bones lui offrent la ville d'Atlanta, et l'appui de leur réseau et de leur influence.

Atlanta, est la ville sacrée des confédérés, le berceau du Ku Klux Klan (armée secrète des S&B). Atlanta est la deuxième capitale secrète des états-unis, et l'intérieur de la Stone Mountain abrite le SCC (strategic command center). L'idée des Skull & Bones est de créer une boisson contenant une certaine drogue, associée à un personnage d'essence divine, représentant l'homme occidental. Le dieu celte Gargan, associé à diverses légendes germaniques fut utilisé pour créer le père noël. Le travail de préparation dura 30 ans. Dans les années 20 Coca Cola a conquit le marché américain. Le père Noël aussi.

La deuxième mission fut de noyauter le comité olympique. En parallèle, Coca Cola diffuse l'image du père Noël buvant la mystérieuse boisson. Le premier acte à lieu en 1928 aux jeux olympiques d'Amsterdam.
Dopés au Coca, les athlètes américains se classent premiers devant l'allemagne.
La conspiration atteint son apogée en 1936 au cours de jeux olympiques nazis de Berlin, puis avec la réaction de Franco en espagne qui attaque la république. Enfin, la deuxième guerre mondiale est le résultat de leur manipulation. L'histoire du monde est depuis entre les mains des Skull & Bones. La grande consécration de la conspiration fut les Jeux Olympique d'Atlanta en 1996.
Cette année là, beaucoup de leurs opposants furent éxécutés (Mitterrand en France, Timothy Leary aux Etats-Unis)
Aujourd'hui les Skull & Bones gouvernent le monde et intoxiquent les petits enfants. A Noël, la grande messe annuelle de la consommation est à leur profit. Et le père noël n'a jamais été aussi présent.

Mais je dois prévenir les petits enfants : il n'est pas celui que vous croyez.

Peu importe ce qu'il va arriver maintenant. Il fallait que je le dise. Il fallait que vous aussi vous connaissiez le grand secret. Si je suis assassiné, sachez que ma mort est dédiée à la Liberté !

Chronique du chat : le sarkoflirt


C'est donc officiel ?
Verrons-nous Laurence Ferrari l'annoncer à la tévé ? Nicolas Sarkozy sort avec Carla Bruni ! Dans une escapade culturelle à Disneyland nous révèle la presse (et gloire à la presse d'investigation française, cette fois-ci elle ne se fait pas doubler par les pisses-copie de la perfide albion).
L'indépendance des agences de mannequins est en cause ! Encore un coup de Sarko !
D'autres seraient tombés dans la légende romantique : "ils se sont rencontré devant l'origine du monde à l'expo Courbet et le coup de foudre a été immédiat"...
Lui non, le président de la rupture veut une france de demain, qui en termine pour toujours avec mai 68 et ces philosophes au strabisme inquiétant. C'est devant Mickey et Dingo qu'il vit son histoire d'amour sur fond d'une bannière étoilée de strass et de flash, avant de se faire bénir dans quelques jours par l'évêque de Rome. C'est écrit sur les billets verts : in god we trust !

Néocon d'un jour, néocon toujours.

J'ai décidé d'arrêter les croquettes, Rimbus tu seras gentil de me servir des sashimi de maguro a partir de demain.

samedi 15 décembre 2007

L'antisarkodroite



Incroyable Thierry Meyssan. Au cours d'une promenade dans l'enfer des extrémistes et des manipulateurs, je suis tombé sur cette jolie promotion du dernier livre de Thierry Meyssan, par son auteur : "l'effroyable imposture 2"
Où l'on apprend d'un coup, entre autres perles, que MAM a fait évacuer les dirigeants du Hezbollah de Beyrouth, que Jacques Chirac gravement malade a laissé Nicolas Sarkozy diriger la France depuis 2005 et pour finir, devant la vassalisation de la France face aux USA, l'annonce que le réseau Voltaire va quitter la zone "OTAN"... Pour se réfugier à Téhéran, ou dans le Waziristan ? mystère...

L'interviewer n'est qu'autre que l'agitateur Alain Soral, ex-marxiste passé au Front National, 108e membre du comité central du Front National. Voici donc les ennemis de ceux dont je parlais dans la note précédente, la sarkodroite atlantiste, dénommée "l'empire" par Soral.

Cette nouvelle extrême droite, dont la figure la plus médiatique est Dieudonné, s'exporte et se fait connaître, voici une chronique québécoise :
Dans le numéro du 19 novembre du magazine The New Yorker, on trouve un reportage sur Dieudonné.
On apprend que l'humoriste «préfère le charisme de Ben Laden à celui de George Bush», qu'il a participé à un «week-end de Résistance au complot sioniste» qui s'est tenu àTéhéran et qu'il appuie le programme nucléaire du président iranien de même que celui de Kim Il-sung, le coucou qui dirige la Corée du Nord.
Parmi ses compagnons de route, on compte Jean-Marie Le Pen, le leader du Front national, qui a déjà dit que les chambres à gaz étaient un «détail de l'Histoire»,Thierry Meyssan , un illuminé qui s'est enrichi en véhiculant des théories du complot farfelues, et Alain Soral, un penseur clé de l'extrême droite française.

(source)

Ces théories sont des sandwiches où l'information représente le pain, la désinformation le jambon (ou la kefta), et la moutarde le mensonge. La force du mensonge corrompt hélas ce qu'il y a de bon.
Ce livre est bien une double imposture.

vendredi 14 décembre 2007

La sarkodroite



Complexité de la propagande et de la liberté d'expression...
J'ai retrouvé, dans les archives de Dailymotion, cette très intéressante analyse de Maurice Dantec sur les émeutes de 2005. Pour la télévision québecquoise, Dantec dépeint un sombre tableau de la France et de ses banlieues.
Partisan de la nouvelle droite, l'ami de Fred Chichin joue le jeu du choc des civilisations. Dans la même ligne que Rioufol, il raconte des territoires autonomes gouvernés par les imams, et annonce la guerre civile imminente.
Deux ans avant les heurts de Villiers-le-Bel, Dantec parle des armes à feux.

Le combat pour la laïcité a aussi ses extrémistes. Rachid Kaci, Alexandre del Valle, engagés contre l'intégrisme et pour la laïcité et qui basculent vers l'islamophobie. Un peu des Thierry Meyssan en négatif. Leur parcours s'est fait à la droite de la droite. Sous leur air affable ce sont de réels représentants de la nouvelle extrême droite. Bon chic, bon genre. Avec la carte qui faut.

Leur vision du monde semble manichéenne : d'un côté les méchants islamo-gauchistes et négationnistes derrière le drapeau palestinien, et de l'autre les gentils neoconservateurs américains derriere le drapeau israélien.

Bien entendu, ces propagandes reposent sur beaucoup de points vrais et vérifiables, c'est toute leur force. Ils se parent de la respectabilité du premiers des traîtres socialistes, Yves Roucaute, le néoconservateur français en chef.

Ce débat qui suit en vidéo, entre Tareq Ramadan et Del Valle est très intéressant. C'est l'affrontement de deux extrémistes "propres" chacun partisan de la suprématie finale de son idéologie. Ramadan est connu pour avoir deux discours, l'un en arabe et l'autre en français.
Ces gens savent parler et de quoi ils parlent : de leur livre.



La guerre civile espagnole a été causé par les massacres de religieux organisés par les républicains laïcards trop zélés. La laïcité n'est pas contre les religions, mais elle les accepte toutes.

Le totalitarisme athée ne détruit les religions existantes que pour instaurer un culte de la personnalité, qui n'est qu'une forme de religion.

Crier au choc des civilisations ne résoudra pas le problème, ni vilipender l'Islam parce qu'il y a des extrémistes. Comme en aïkido, il faut suivre le mouvement de l'adversaire et l'amener à son déséquilibre.

Il y a des intellectuels progressistes dans le monde musulman, leur donner une large audience est la meilleure des réponses à donner aux extrémistes.

Maroc, islamisme et soufisme



Une interview de Nicolas Beau, ancien journaliste au Canard Enchainé et directeur de publication de Bakchich, auteur avec Catherine Graciet de « Quand le Maroc sera islamiste » aux éditions La Découverte. Un ouvrage parsemé de révélations explosives sur le Maroc, et les relations que ce pays entretient avec la France et son élite. Un livre à lire d’urgence ! « Le Maroc est la dernière colonie française », tels sont les termes utilisés par l’ancien ministre marocain de l’Intérieur Driss Basri pour décrire le Maroc à Nicolas Beau.

Les élections législatives récentes n'ont pas subit le raz-de-marée du PJD attendu. Neanmoins les commentaires de Nicolas Beau sont intéressants, même un an après, et sa vision du Maroc d'aujourd'hui est toujours juste et réaliste.

Le Roi Mohammed VI tente de remodeler le champ religieux pour imposer un islam modéré et tolérant empreint de soufisme. Il s'agit de réhabiliter le rite malékite en usage depuis des siècles dans le royaume mais mis à mal ces dernières années par la poussée de l'intégrisme. (source)

La religion traditionnelle du Maroc est assez éloignée du rigorisme islamique, et elle est pleine de superstition et de magie populaire. Les "saints", reconnus par le soufisme, sont nombreux et leur mausolées (marabouts) très fréquentés. Intercesseurs entre les jnoun et les mortels ils rassemblent de nombreux pélerins dans de grands moussems. Certains sont révérés depuis la nuit des temps et rassemblent juifs et musulmans berbères.
Cette magie est présente dans la vie quotidienne, par exemple on verse du lait dans les eviers en arrivant dans une nouvelle maison pour se concilier les esprits malins. Chaque quartier a son fqeh, un peu sorcier et apothicaire, vendeur d'herbes médicinales diverses.
Toutes les femmes connaissent une voyante "chouafate".

Le soufisme est un mouvement mystique de l'islam, né en Perse, qui se développa principalement du IX au XIIe siècle. Il a été influencé par le néoplatonisme et les religions indiennes et s'appuie sur deux versets coraniques : "Si vous aimez Dieu, suivez-moi, Il vous aimera et vous pardonnera vos fautes." (III, 31) et "Dieu amènera un peuple qu'Il aimera et qui L'aimera." (V, 54). L'islam orthodoxe, qui était ennemi des excès, s'est opposé à l'ascèse (piété, privation, mortification) du soufisme.
Le soufisme recherche l'amour de Dieu et l'union mystique avec lui au moyen de la contemplation, la méditation, la pureté, l'ascèse et finalement l'extase. Il tient son originalité dans la poésie et l'imagerie qu'il inspira. Ses excès et la croyance en des saints entraînèrent une persécution des soufis pendant plusieurs siècles. Les plus spectaculaires soufi sont les Derviches Tourneurs de turquie. D'autres comme les Mourides du sénégal, sont des forces politiques.
Sous couvert de soufisme de nombreuses sectes et courants apparurent dont la terrible secte des assassins (Nizarites), ou d'autres confréries qui s'expriment par la musique comme les Gnawa marocains au rite plus proche du vaudou que de l'islam, ou encore les Baye fall dissidents des mourides du Sénégal.

Pour développer cette question du soufisme, on pourra se référer à diverses interprétations :
- vision "islamique"
- vision "oecuménique"
- vision "pratique"

jeudi 13 décembre 2007

La racaille



Bravo Mémona Hintermann pour votre témoignage poignant et courageux.
Nicolas Sarkozy n'a aucun scrupule. Une tache de plus sur le drapeau français.

Pour consoler les moutons

Bientôt l'Aïd el Kebir.
Consolez-vous, millions de moutons qui allez y passer, les cochons y passent aussi par millions, à la moulinette !
J'ai vécu cette même scène il y a 30 ans, et le chaudron est toujours le même, comme l'entonoir pour faire le boudin... Quand même... tout est bon dans le cochon.
Comme dirait le charcutier avec sa verve poétique toute rustique : ah ben c'est pas industriel ... Allez santé les copains !

Faisons une croix sur la croisade


L'extrême droite dans sa définition large et mondiale, englobe bien des courants. Elle fonctionne sur des fantasmes, des croyances dogmatiques, des superstitions.

La France participe à ce mouvement néoconservateur, et différentes personnalités illustrent la grande idée du choc des civilisations. Cet intégrisme religieux occidental, est motivé, disent certains, par le mythe de l'apocalypse, selon lequel le Messie reviendrait à Jesusalem pour convertir les juifs et réunir le peuple élu. D'où la nécessité de préserver Israël sous contrôle juif et justification de l'union Israel-USA.

Cette thèse est étudiée sur le site tunisien réalitéonline, Le Monde Diplomatique , que j'avais lue aussi dans le journal Marianne et que Meyssan évoquait lui aussi. On pourra se référer à un livre allemand, Krieg der Religionen, ou à un livre français, L'Amérique méssianique. On pourra aussi consulter ce blog ou cet autre blog qui illustrent cette alliance idéologique entre ultra-sionisme et intégrisme chrétien en France (on y parle de Murawiec et Rioufol). Le sulfureux Meyssan qui à consacré une étude au "choc des civilisations", dit en prélude à celle ci :
"La théorie du complot islamique mondial et du clash des civilisations a été progressivement élaborée, depuis 1990, pour fournir une idéologie de remplacement au complexe militaro-industriel états-unien après l’effondrement de l’URSS. L’orientaliste britannique Bernard Lewis, le stratège états-unien Samuel Huntington et le consultant français Laurent Murawiec en ont été les principaux inventeurs. Elle permet de justifier, de manière pas toujours rationnelle, la croisade états-unienne pour le pétrole."

Encore une fois Meyssan joue sur plusieurs tableaux puisque ses thèses sur le 11 septembre semblent renforcer la montée de l'intégrisme et qu'il est une référence dans le monde musulman le plus strict. C'est le serpent qui se mord la queue.

Il me semble que c'est la grande manipulation de notre siècle, un désastreux rapport aux valeurs spirituelles qui interfèrent de manière négative avec notre vie sociale et politique.
Je parlais il y a peu de Sarkozy l'homme de Dieu. "La dimension morale est plus solide, plus enracinée lorsqu'elle procède d'une démarche spirituelle, religieuse, plutôt que lorsqu'elle cherche sa source dans le débat politique ou dans le modèle républicain" écrivait-il dans son livre "La religion, la République, l'espérance", livre écrit avec un proche de l'Opus Dei et de l'activisme chrétien, Thibault Collin. Connaissant la proximité de Nicolas Sarkozy avec Bush et les faucons américains, les armées françaises qu'il est prêt à mobiliser pour complaire à son allié très cher, je m'inquiète. Complot ou pas, la propagande guerrière est bien là.
C'est en cela que l'idéologie de Sarkozy est néfaste.

Le temps des croisades est terminé. Il faut croire au temps du changement. A ceux qui brandissent un Coran agressif, la pire des réponses est de lever une Bible offensive. Ne tolérons dans la société que des citoyens qui respectent les valeurs républicaine comme les lois communes, et laissons la religion dans la sphère privée et intime de chacun.

Il faut donner une audience aux réformateurs des religions, promouvoir les valeurs laïques et oublier la realpolitique, traduction anglaise du cynisme. Le pape fustige l'athéisme, Bush entre en prière avant de faire ses choix, Sarkozy veut plus de religion dans la société. Ces montées d'excès religieux renforcent les antagonismes entre les peuples et les nations. Cette sale idéologie du choc des civilisations veut la mort de la démocratie laïque et progressiste. Ne nous laissons pas corrompre par sa propagande.

mercredi 12 décembre 2007

Hommage aux blondes



No comment

mardi 11 décembre 2007

Or noir et argent sale




Alors qu'Al Qaeda ensanglante l'Algérie, au lendemain de la journée des droits de l'homme, et que le terrorisme redouble de violence, comment ne pas resonger aux dossiers secrets de la DGSE concernant Ben Laden, et à la mésaventure de Guillaume Dasquié la semaine dernière ?

Il est évident que les documents sur le Onze Septembre sont encore délicats. L'ami du président Sarkozy, Georges Walker Bush, est trop respectable pour qu'on mette son intégrité en doute, surtout si les pièces compromettantes sont issues des archives secrètes du renseignement français.

Pourtant... pourtant... Ce document, apparu il y a peu sur Dailymotion, et qui date de la campagne électorale de Bush il y a un peu plus de 4 ans, sème le trouble. Il faut le regarder avec objectivité : c'est un document à charge, mais les différents interlocuteurs n'y sont ni anonymes ni anodins. Il faut le regarder dans son intégralité. Effectivement les liens étroits entre le clan Bush et les princes saoudiens sont connus. Mais les précisions sur ces liens en font des révélations.
Difficile de ne pas faire le rapprochement avec les documents de Dasquié dont je parlais hier.

Un témoin français, Laurent Murawiec, qui a navigué de l'extrême droite américaine aux neoconservateurs (court trajet, il faut le reconnaître) dénonce carrément un complot saoudien pour asservir le monde, une théorie du choc des civilisation très en vogue chez les neoconservateurs américains et recommande de se débarrasser des saoudiens. Gênant pour Bush. Murawiec a perdu sa place.

Robert Baer, ancien agent de la CIA pendant 20 ans au moyen orient expliquait aussi les liaisons dangereuse entre Washington et Ryad dans une interview à RFI en 2003 (source) et recommandait lui aussi d'envahir l'Arabie Saoudite.

Meyssan évoque aussi ce choc des civilisations comme une théorie américaine fortement teinté de mystique évangélique et une manipulation idéologique...
La grande théorie de Meyssant est que l'attentat du 9-11 est un coup monté de toutes pièces par la CIA.
Mais là aussi l'intégrité du Réseau Volaire est douteuse... comme le laisse entendre un article intitulé La fin du Réseau Voltaire et signé de Michel Sitbon, Gilles Alfonsi, et Jean-Luc Guilhem. Les signataires étaient jusqu'au 26 février 2005 membres du Conseil d'administration du Réseau Voltaire. Ils expliquent comment le Réseau Voltaire a été infiltré puis retourné :
" Il apparaît évident, avec ce que l'on sait maintenant, que la publication des thèses de Thierry Meyssan aura été, dès le départ, instrumentalisée par la diplomatie française pour déployer une "ligne" diplomatique de type "gauchiste" aussi bien dans le monde arabe qu'en Amérique latine. (...) Le naufrage du Réseau Voltaire sera probablement son dernier service rendu à la connaissance du monde qui nous environne: on sait maintenant comment une association se fait infiltrer et retourner. On voit même comment un individu peut se faire instrumentaliser, comment un travail peut changer d'orientation, par les subtils leviers de la manipulation étatique."

Difficile de se faire une opinion. Chaque théorie s'appuie sur des bribes de vérité mais leurs conclusions ne sont pas forcément les mêmes...
On ne compte plus les voix discordantes avec le discours officiel. Des organisations se créent (reopen911) et une nouvelle propagande se met en place (un lien vers un film de 30 mn à voir):

La thèse de Meyssan selon laquelle l'attentat du 9-11 est une manipulation de la CIA est de plus en plus reprise, par Webster Tarpley, journaliste américain, par exemple, qui semble très intéressé par vendre son livre :



Thèse considérée comme possible par Christine Bouttin, notre ministre très catholique :



Aujourd'hui encore, la traque de Ben Laden suscite polémiques et interrogations. Des soldats français affirment, d'après 2 journalistes, que l'état major américain a empêché la capture de Ben Laden (source), une information cohérente avec le discours de Webster Tarpley dans la vidéo ci-dessus.

Information et désinformation de toutes parts. L'affaire du 11 septembre n'est pas terminée et les dossiers de Dasquié sont peut-être un élément pour comprendre ce qui c'est vraiment passé. L'effervescence agite aussi les Etats-Unis où la CIA détruit des enregistrements vidéo d'interrogatoires musclés menés en 2002 entre autres sur deux membres importants d'Al-Qaida, emprisonnés depuis à Guantanamo. Les américains ont des choses à cacher visiblement...

Alors que Nicolas Sarkozy s'affirme dans le bellicisme aux côtés de Bush, on peut se demander si cette posture ne participe pas à soutenir les mensonges de Bush et Cheney. Tout cela est particulièrement inquiétant.

Pour en revenir aux saoudiens, ils jouent leur jeu géopolitique et sont surtout de gros acheteurs à ne pas froisser. Areva serait tout disposer à construire une centrale nucléaire pour le dessalement d'eau de mer. (source) EADS se positionne sur le marché de la sécurité intérieure (source) ou peut-être est-ce la construction pour 5 milliards de dollars d'un monorail à la mecque (source), un marché qui pourrait intéresser Veolia transport, qui est visée... Beaucoup d'affaires prometteuses en vue, donc, encore une fois les intermédiaires et les commissionnaires risquent d'intervenir.

Enfin voilà... L'Arabie est un énorme marché, ses liens sont intimes avec le clan Bush. Autant de raisons pour ne rien dire contre les saoudiens. Pour ne pas fâcher l'ami Bush : Le Pentagone a informé cette semaine le Congrès américain de son intention de vendre pour plus de 10 milliards de dollars d'armes et d'équipements militaires à plusieurs pays de la région: Emirats arabes unis, Koweit et Arabie Saoudite. (source)

Les rapports de Guillaume Dasquié pèsent peut-être des milliards d'euros.

On pourra se divertir en regardant 2 films qui mettent bien dans l'ambiance : Le Royaume, de Peter Berg, et Syriana de stephen Gaghan.

lundi 10 décembre 2007

Si t'as les nerfs, ya Gotainer !


Pour le plaisir de réécouter Gotainer, avec un petit montage parodique un peu orienté ;)

Une trouvaille piquée chez Skalpa.

dimanche 9 décembre 2007

Lettre de Villiers-le-Bel


Collectif des Jeunes de Sarcelles et Villiers-le-bel

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Quand en Corse cela explose quasiment chaque soir et que des gendarmeries sont mitraillés régulièrement, vous n’osez pas parler de voyoucratie.

Quand, des dizaines d’hommes et de femmes encagoulés et équipés d’armes de guerre, défient l’Etat tout entier, vous vous gardez bien de faire le moindre commentaire, et mieux encore, vous négociez avec eux.

Quand les marins-pecheurs brûlent dans leur région des bateaux et des pneus, quand les pompiers chargent les CRS pendant une manifestation, quand les chasseurs saccagent un ministère de la République, il n’est question ni de voyou, ni de bande, ni d’intégration.

Nous avons condamné sans ambiguïté l’usage de la violence sur les personnes comme sur les biens.

OUI nous avons voulu, au-delà de la douleur des familles et de la perte tragique des enfants, faire entendre nos voix une fois de plus pour vous alarmer sur les conditions de vie dans nos quartiers.

Et comment faire autrement ? Puisque les promesses électorales et les centaines de forums qui ont suivi la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-bois n’auront même pas suffit à vous faire bouger.

Mais s’il vous est toujours plus commode de vouloir monter nos concitoyens entre eux en nous faisant passer pour les sauvageons de la République, sachez que vous prenez le risque de jeter le discrédit sur tous les habitants de ces quartiers et de renforcer par vos déclarations les discriminations dont nous sommes victimes.

Les voyous monsieur le Président, sont celles et ceux qui ont géré les banlieues avec le succès que l’on constate. Les voyous, monsieur le président, sont celles et ceux qui ont toujours refusé de nous considérer comme des enfants de France, de faire venir dans nos quartiers les meilleurs professeurs, de mettre plus de policiers dans nos villes qu’à Paris.

Puisque le durcissement des peines est à la mode, nous vous suggérons de vous pencher sur les entreprises, les bailleurs ou les partis politiques qui ne respectent pas le principe d’égalité de notre République.

Quant à nous, nous assumerons désormais nos choix en construisant nous même l’avenir de nos quartiers sans plus rien attendre de plans de banlieues jusque là tous imaginaires."

Cette lettre est une réponse à Nicolas Sarkozy qui avait affirmé que les violences urbaines ayant éclaté à Villiers-le-Bel (Val d'Oise) après la mort de deux adolescents dans une collision avec une voiture de police n'avaient "rien à voir avec une crise sociale" mais "tout à voir avec la voyoucratie".
Source : AFP

Guillaume Dasquié, journaliste proctologue

Photo originale : © Gerard Willing

Guillaume Dasquié en garde à vue

Guillaume Dasquié, journaliste et écrivain, co-fondateur du site Geopolitique.com, ancien rédacteur en chef du site "Intelligence online" a été placé en garde à vue et son domicile perquisitionné par le DST suite à la parution d'un article dans Le Monde du 16 avril dernier. La divulgation dans son article de notes estampillées « confidentiel défense » avaient chatouillé les narines de la ministre de la Défense d’alors, Michèle Alliot Marie, qui avait porté plainte pour divulgation de secret défense. Enquête dont est chargée la DST. Dans ce dossier, le chef de cabinet d’un ancien directeur du renseignement a également été arrêté et entendu. Guillaume Dasquié a été relâché en fin de soirée jeudi 6 décembre et mis en examen pour « compromission du secret défense » par un juge anti-terroriste. Saine ambiance.



Guillaume Dasquié s'explique aussi sur Geopolitique dans un édito titré Combattre !
Il s'exprime aussi sur Reporters sans Frontières.

Les journaux de grandes audience comme l'Obs , ou la télé, avec Paul Amar, évoquent plutôt l'affaire de l'information des services secrets français à propos de possibles détournement d'avions donnée aux services secrets américains en 2001, information qu'interprete ainsi le journaliste dans le JDD :
"J'ai le sentiment que mon article démontrant que l'on connaissait le danger d'attaque terroriste aux Etats-Unis dès janvier 2001 a gêné les décideurs américains. A Washington, on a pensé qu'il s'agissait non d'une véritable enquête journalistique mais d'une fuite organisée par un cabinet ministériel, comme c'est souvent le cas. Pour réparer cet incident, la solution est toute trouvée: casser les reins du journaliste et de ses sources."

RSF évoque plutôt le rapport sur les financements d'Al Qaeda, ainsi que Geopolique.com. Et les financiers saoudiens, visiblement on ne veut pas les froisser.
Je crois que c'est aussi ça l'information embarrassante.
A moins que ce soit des informations sur l'affaire Borrel... Guillaume Dasquié fait très bien son travail, et la raison d'état couvre de nombreux secrets...
Le webzine De Source Sûre a mis en ligne un dossier complet ICI.

voici la fameuse note, qui est sur le site de Dasquié, et que je copie ici, sait-on jamais... parfois certains document disparaissent...

La note de la DGSE sur les ressources d’Oussama bin Laden

Le 28.06.07 www.geopolitique.com a obtenu la note de la DGSE du 13 septembre 2001 qui présente les « ressources financières d’Oussama bin Laden ». Titrée « note de renseignement », et rédigée le surlendemain des attentats contre le World Trade Center et le Pentagone, elle dresse un état des lieux précis du réseau financier grâce auquel Oussama bin Laden a pérennisé ses activités...

Selon les services secrets français, trois sources de financement doivent être pris en compte : certains des demi-frères travaillant au sein du groupe de BTP familial, le Saudi Bin Laden Group ; des organisations non gouvernementales islamistes ; et des hommes d’affaires saoudiens.

Au sujet de ces derniers, la note de la DGSE mentionne deux noms, Mohamed Hussein al-Amoudi et Khaled bin Mahfouz, en les citant comme les artisans historiques d’un système bancaire qui a profité à Oussama bin Laden.

Les deux hommes ont en outre été associés dans divers projets industriels en Arabie Saoudite.

Selon une autre note de la DGSE, Khaled bin Mahfouz, ex-président de la National Commercial Bank, a été assigné à résidence en 1999 par le prince héritier de l’époque, l’actuel roi Abdallah bin Abdelaziz al-Saud, après avoir été reconnu responsable du détournement de 400 millions de rials saoudiens.

Les avocats de Khaled bin Mahfouz et ceux de Mohammed Hussein al-Amoudi ont toujours démenti, catégoriquement, que leur client respectif ait pu financer Oussama bin Laden.

Lorsque cette note a été rédigée et transmise aux autorités politiques, les affaires de terrorisme islamiste à la DGSE dépendaient du Service de renseignement de sécurité (SRS), lui-même placé sous la direction d'Alain Chouet.

Au-delà des données factuelles contenues dans cette note, se pose l’une des problématiques les plus épineuses pour la compréhension des phénomènes terroristes : qui financent les organisations, et surtout, quels paramètres prend-on en compte pour quantifier ces financements ?

À propos d’Al-Qa’ida, une étude du département du Trésor américain, du 23 mars 2005, montre que seulement 1% des sommes engagées dans des activités terroristes sont contrôlées par les exécutants eux-mêmes des actions terroristes. Et ce 1% correspond au coût, en général très modeste, des préparatifs de l’attentat a proprement parlé, tel que celui du 11 septembre, à titre d’exemple.

Le reste des fonds - soit 99% - dépend des chefs militaires et des chefs politiques de l’organisation. Ainsi, entre 1999 et 2001, alors que le commando mené par Mohammed Atta se préparait à frapper les Etats-Unis, l’essentiel des ressources financières d’Al-Qa’ida servait à entretenir les divers camps d’entraînement mis à sa disposition en Afghanistan (hébergement de 3.000 à 4.000 moudjahiddines, coûts d’infrastructures, achats d’armes…).

(source)

Guillaume Dasquié n'en est pas à ses premières pressions

Ouvrage sur Ben Laden : mea culpa des auteurs
"Ben Laden, la vérité interdite" mettait en cause deux financiers saoudiens sur la base de sources qui se sont révélées erronées.

Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié, les deux auteurs de "Ben Laden, la vérité interdite" font publiquement des excuses, mardi 31 octobre dans Le Figaro, pour avoir mis en cause deux financiers saoudiens dans leurs écrits. Paru en 2001, l'ouvrage affirmait que cheik Khalid Bin Mahfouz et cheik Abdulrahman Bin Mahfouz avaient participé au financement du réseau terroriste Al Qaïda.
Les auteurs reconnaissent aujourd'hui avoir été dupes de sources erronées :
"A la lumière de ce que nous savons aujourd'hui, nous acceptons et reconnaissons que l'ensemble de ces allégations vous concernant et concernant vos familles, entreprises et oeuvres de bienfaisance sont entièrement et manifestement fausses", écrivent-ils.
"Nous sommes conscients du très grave préjudice que ces allégations ont causé à vos réputations (...) Nous vous prions d'accepter pour tout cela nos excuses les plus sincères".
(source)

Pourquoi et comment :

En fait il s'agit d'un chantage des avocats de Bin Mahfouz très bien orchestré :
après l'achat via internet du livre français et sa livraison à Londres, où l'ouvrage n'est pas paru, ils portent plainte contre les auteurs français. Le droit anglais leur étant favorable, ils réclament aux auteur et à l'éditeur plus de 500 000 euros de dédommagement... ou une lettre d'excuse et de rétractation :

"les plaignants saoudiens proposent un marché à M. Dasquié, raconte celui-ci : s'il accepte de " témoigner en leur faveur lors du procès des attentats du 11-Septembre ", ils renonceront à réclamer les 530 000 euros. Il refuse. Mais les parties finissent par s'entendre, troquant l'abandon de l'exequatur contre la reconnaissance publique des erreurs commises dans La Vérité interdite par les deux auteurs. Ces derniers signent donc la fameuse lettre d'excuses, et un document de 12 pages, où ils rétractent les accusations portées contre la famille Bin Mahfouz. Le tout sera immédiatement versé au dossier de l'instruction sur les attentats du 11-Septembre par les avocats du groupe saoudien, qui espère ainsi désamorcer une partie des accusations dont il fait l'objet."

Cet extrait est tiré d'un article opportun du Monde qui explique la manœuvre et la raison de la rétractation des auteurs.

Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), s'insurge contre le procédé qui consiste à " poursuivre des gens dans un pays ayant une législation qui vous est favorable, - puis - acheter de l'espace dans les journaux d'un pays où il n'y a jamais eu de poursuite ni de condamnation ".

On notera avec intérêt que cette désinformation est reprise par les blog islamistes comme Islamic-intelligence en ces termes :
"Guillaume Dasquie, specialiste en 'terrorisme'... comme c'est pitoyable, tu te caches derriere une note de la DGSE... Ca existe encore la DGSE ? Tu as tente de faire chanter et de sous-tirer de l'argent par millions aux anes sefarades de Riyadh, et tu as du t'excuser mondialement avec ton ami le mythomane Brisard... Toi et tes pantins du GIA/GICM/GSPC... Maintenant que tu reponds aux coups pour coups... Nous allons voir jusqu'ou tu peux aller... On va se concentrer sur ton ami Sarkosy et les attentats d'Alger, rien que ca... Ceux qui te renseignent sont ceux qui ont cree le GIA, le GICM et le GSPC... et ils ont l'air d'avoir un gros probleme !"

Bonne ambiance chez nos amis coraniques.

Ce qu'il faut en conclure :

On ne fait pas tant d'agitation quand l'affaire est anodine.
Cette pression sur un journaliste d'investigation reconnu est significative des méhodes totalitaires du gouvernement français.
Je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a des gens à ne pas trop déranger en Arabie Saoudite, et que la raison commerciale commande la raison d'état.
Il faudrait demander à Alexandre Ahmed Djouhri, le spécialiste des affaires moyen orientales, ce qu'il en pense.

Tout ceci me fait penser au cas de Denis Robert. Mieux vaut pour un journaliste aujourd'hui se cantonner aux commentaires sur la dernière robe Dior de Rachida Dati, que de faire son travail en dénonçant les délinquants milliardaires, c'est moins dangereux.

Guillaume Dasquié ne dit pas autre chose dans le JDD :
"souvent la presse est alimentée par des fuites organisées par les puissants eux-mêmes. Ces derniers temps, tous ceux qui comme moi essaient de ne pas se faire manipuler et apportent des contradictions cinglantes aux discours des communicants du pouvoir ont droit à un retour de bâton terrible : perquisitions, gardes à vue, tous les moyens coercitifs sont mobilisés. C'est un peu comme si on nous disait : "On s'occupe de votre sécurité, n'allez plus chercher ce qu'on tient à vous dissimuler." ça vise peu ou prou à nous transformer en attachés de presse."

Un passage régulier sur le blog de Widocq permettra de se tenir au courant des suites de l'affaire.

Il est bon de noter cette remarque, à vérifier, et trouvée au détour d'une recherche sur Google :
...Mais le fils Bush a aussi ses amis. Le banquier saoudien Khaled Bin Mahfouz a effectué des versements au profit d'associations caritatives proches du "terroriste" Ussama Bin Laden. Il est aussi centre du scandale de la BCCI (Bank of Credit and Commerce International) qui a été mise en liquidation en 1991. Cette banque est accusée de corruption, de financements occultes et de blanchiment d'argent. Khaled BinMahfouz a détenu 20% des parts de cette banque où il occupait un rôle central entre 1986 et 1990. Son représentant aux Etats-Unis, Abdullah Taha Bakhsh, possédait 11,5% de la société dont George W Bush était directeur et conseiller : Harken Energy. Cette entreprise a bénéficié d'investissement provenant de la BCCI avec la bénédiction, et surtout la signature de Abdullah Taha Bakhsh.
George W Bush (le fils) a détenu, entre1990 et 1994, des parts de la société Caterair, une filiale du groupe Carlyle où siège George Bush (le père), et qui est l'une des principale sociétés contributrice à la campagne de George W Bush (le fils). Khaled Bin Mahfouz a une influence dans Carlyle puisqu'il y a des intérêts. En effet, il possède la Prime Commercial Bank, un établissement financier pakistanais implanté à Lahore, dont le directeur Sami Baarma figure au conseil de Carlyle.
(source)
ainsi qu'une étude très complète se référant à un rapport d' "Intelligence Online" sur la famille Bin Mahfouz qui est l'une des premières fortunes du monde, et le financement des mouvements islamistes. Un must !

Tintin et les oranges bleues


François Bayrou a de quoi avoir le blues.
Tous ses copains virent au bleu !
Lui qui se voyait président de la République, il en rêve depuis l'âge de 20 ans comme il le confiait à l'époque à son copain Jean Lasalle.
Ce vieux compère est un capitaine haddock habitué aux happenings à l'Assemblée Nationale, où il chante à gorge déployée l'hymne béarnais quand il ne fait pas de grèves de la faim pour faire plier le gouvernement. S'il n'en reste qu'un, ce sera celui là !
Leur seule stratégie, aux béarnais, laisser Sarkozy user son capital sympathie jusqu'en 2012 en priant que le PS en reste à la cohétude à défaut d'avoir de la cohérence et de la cohésion.

Courage François !

vendredi 7 décembre 2007

Kery James, l'honneur du 9-4



Le billet précédent offrait une certaine vision de la banlieue, vue par des policiers.
Maintenant voyons un point de vue de banlieue. Kery James montre que la banlieue peut aussi produire des artistes de qualité, dont le message représente toutes les valeurs nécessaires à une vie sociale harmonieuse. Il est la juste réponse au message d'avant.
Il faut bien écouter les paroles, destinées aux mauvais garçons, et qui sont pleines d'humanisme, en vantant l'humilité, le respect, l'altruisme... l'amour des autres et de la banlieue.

Bravo Kery James, belle chanson, rien à redire, voilà de quoi clouer le bec à pas mal de gens.
Et c'est un gosse du 9-4 qui te le dis !

La BAC is back



Petit reportage édifiant retrouvé dans les archives de Daily Motion, sur la Brigade anti-criminalité et la police en banlieue de manière générale.

Au début du reportage, les inspecteurs de la BAC expliquent en parlant des petits délinquants que "celui qui n'est pas passé à Fleury ne peut pas devenir chef de bande". Que les gardes à vue sont des points de prestige pour les jeunes, qui gagnent en considération et respect dans leur bande. Plus loin dans le reportage, des fonctionnaires expliquent qu'un jeune violent et rebelle devant ses amis, se calme dans le fourgon de police, s'apaise. Car la question est bien celle des bandes, des groupes. La violence qu'elles engendrent peut faire penser à celle des supporters de foot, hooligans, et autres, derrière le drapeau de leur club.

Le phénomène de bandes n'est pas nouveau, et un film comme "Gangs of New York" qui retrace la violence urbaine d'il y a 130 ans, ou "Casque d'Or", montrent que l'ennemi c'est la bande adverse plus que la police et que ce phénomène ne date pas d'hier. Enfin pas depuis 1981 comme voudraient le laisser penser certains.
C'est ce qui ressort dans la dernière partie du reportage, avec la rivalité entre les "tarterêts" et les "pyramides" où le meurtre par arme à feu se pratique, comme en 1998 dans un règlement de compte. Autre chose que Villiers-le Bel, mais qu'on préfère oublier.
Les premières victimes de la violence urbaine ne sont pas les policiers. Ils sont juste des acteurs indispensable à ces jeux tragiques, ces rivalités dont les exemples sont nombreux, de Roméo à Juliette à la Guerre des boutons, et qui représente "l'esprit de clocher" bien français.

Ainsi, la répression policière est intégrée au système des bandes, elle est même nécessaire à son bon fonctionnement. Mais la mise en prison de sert à rien, la punition est pire que le mal. Cette politique répressive, qui voudrait plus d'incarcération, risque de renforcer "le milieu", d'aiguiser plus les haines et de faire de petits voyous des petit caïds. Une fois dehors, le prestige de l'incarcéré est plus grand et c'est comme ça qu'on passe du deal de shit au deal de poudre, du couteau au "gun" et que la délinquance se renforce.

La solution de l'Epide est une alternative à la prison, au travers de stages aux allures militaires avec un volet scolaire. Patrick Secretin, ancien colonel d'infanterie de marine, qui s'occupe activement de ce programme croit à sa mission. Elle n'est pas éloignée de la proposition de Ségolène Royal. C'est une alternative qu'il faut étudier et encourager, plutôt que de construire de nouvelles prisons.

Pour terminer, et faire comprendre que l'action uniquement répressive est vouée à l'échec, et qu'organiser des rencontres sportives entre policiers et jeunes des banlieues n'est pas absurde, n'oublions pas cette phrase d'un "petit" à un policier :

"moi je vais grandir, vous vous allez vieillir, on se retrouvera".

jeudi 6 décembre 2007

Brice Hortefeux : droit de réponse



Brice Hortefeux explique sa politique, et pour moi qui ai la prétention de commenter la sienne, il était juste que je lui donne une audience.
Eric, un blogger qui connaît bien l'infâme Bockel, m'a transmit ce document extrait d'une émission de M6.
Après le témoignage de janfismet, je comprends pourquoi notre ami aime à aller en afrique chaque semaine. Les charmes des hôtels de luxe inclinent au choix de l'immigration sélective. Mais Brice, faites attention, protégez vous, n'en déplaise à Benoît XVI.

Nicolas Sarkozy et sa Ferrari


Une rumeur persistante, depuis un mois, suggère que le président de la république conduirait une belle Ferrari. Encore des fantasmes sur les goûts de luxe de monsieur Nicolas Sarkozy.

On ne peut pas dire n'importe quoi sur internet, et heureusement que la justice intervient pour empêcher la diffamation ou la curiosité portant atteinte à la vie privée.
Un exemple d'un courrier d'avocat qui devrait faire réfléchir les bloggers:

Monsieur,

Je suis contrainte de vous adresser ce courrier en ma qualité de conseil de Madame Laurence FERRARI, qui me transmet les éléments d’un dossier laissant apparaître que des informations attentatoires au droit au respect de sa vie privée et à son droit à l’image sont publiées sur votre site Internet « allmania.com» qui héberge des articles d’internautes et qui, d’après les informations portées à ma connaissance, est lui-même hébergé par la société OVH.

Ces articles intitulés « mariage de nicolas sarkozy et Laurence Ferrari a marrakech maroc » accessible depuis l’URL http://www.allmania.com/fr/politique/117-mariage-de-nicolas-sarkozy-et-laurence-ferrari-a-marrakech-marocferrari laurence, amante ou maitresse de sarkozy » accessible depuis l’URL http://www.allmania.com/fr/people/140-maitresse-nicolas-sarkozy , « Maîtresse de Sarkozy » accessible depuis l’URL http://www.allmania.com/fr/politique/153-maitresse-de-sarkozy , « Relation amoureuse entre nicolas sarkozy et Laurence Ferrari » accessible depuis l’URL http://www.allmania.com/fr/politique/134-amour-sarkozy-ferrari et « Photos laurence ferrari nue sur la plage » accessible depuis l’URL http://www.allmania.com/fr/sarkozy/236-sarkozy-ferrari sont particulièrement attentatoires à ses droits de la personnalité. , «

Par ailleurs, ce site fait également référence au divorce prétendu de Madame Laurence FERRARI à l’adresse http://www.allmania.com/fr/tv/78-divorce-laurence-ferrari-thomas-hugues (Ken et Barbie Divorce : « Laurence Ferrari et Thomas Hugues se séparent »)

Ces informations font partie de la sphère protégée par le droit au respect à la vie privée de Madame Laurence FERRARI et portent une atteinte particulièrement grave à ses droits.

Etant dans l’impossibilité de contacter les auteurs des messages litigieux, elle me demande en conséquence, conformément aux dispositions de l’article 6.I.2 de la loi du 21 juin 2004 pour la Confiance dans l’économie numérique, de vous adresser la présente notification afin de voir retirer ou de rendre impossible l’accès à ces contenus illicites.

J’attire votre attention sur le fait qu’aux termes de l’article 6.I.2 précité, vous êtes désormais informé du caractère manifestement illicite, car contraire aux dispositions de l’article 9 du Code civil et de l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, du contenu en cause et vous devez en conséquence « agir promptement pour retirer ces données ou en rendre l’accès impossible ».

Vous comprendrez dans ces circonstances que si le contenu litigieux est toujours en ligne dans les prochaines heures, ma cliente reprendra son entière liberté d’action.

Je reste bien entendu à la disposition de votre conseil pour tout entretien qu’il pourrait souhaiter et vous remercie de bien vouloir lui transmettre mes coordonnées à cette fin.

Veuillez croire, Monsieur, à l’assurance de mes salutations distinguées.

Pourtant, certains blogs n'hésitent pas à s'immiscer dans la vie privée, comme ce blog qui soutient le Front National, l'Union des Patriotes, qui tient pour un fait acquis cette rumeur qui a déjà fait l'objet de pressions, et l'affaire devient délicate quand la presse s'en mêle :

DSS se réfère au Daily Mail : Nicolas Sarkozy et Laurence Ferrari auraient été vus ensemble, et pas que sur un plateau. Le journal britannique s'appuie sur une source anonyme de Canal Plus qui raconte que le coup de foudre aurait eu lieu en mars lors d'une interview et que les témoins parleraient d'une "incroyable alchimie" entre les deux. Le quotidien note avec amusement que "bien qu'il y ait des preuves accablantes de leur liaison, les médias français sont réticents à le raconter".

Du côté algérien, on évoque le Sunday Times :
Le président français Nicolas Sarkozy, croit savoir le Sunday Times dans son édition datée du 25 novembre, aurait une liaison avec Laurence Ferrari, une fort jolie femme, journaliste et divorcée en même temps que lui. « Sarkozy winks and suddenly it is l’Amour », lisait-on dimanche. En d’autres termes : il aurait suffi d’un clin d’oeil (wink). Le nom de Laurence Ferrari, autrefois sur TF1, désormais sur Canal+, est lâché. « Sarkozy roule en Ferrari ! » s’amuse le Tout-Paris depuis des semaines.

Le Matin fait le point pour mettre au courant les suisses, qui sont les hôtes préférés des protagonistes de ce vaudeville présidentiel, qui est loin d'être terminé !

C'est vrai que si les français sont plus élégants et subtils, (voir les mystères de la palmeraie, colonne de droite) c'est peut être qu'ils hésitent entre la brune Rachida et la blonde Laurence dans leur pronostics.
Moi je crois que notre hyperactif président, tout jeune divorcé, ne devrait pas se laisser mettre le grapin dessus comme ça, si vite, et qu'il devrait prendre exemple sur son prédecesseur, profiter de chacunes des fleurs qui s'offrent à lui, comme un joli papillon qui butine de pédales en pétasses, pardon, de pétales en pétales, et profiter du prestige de sa fonction.

On a pas vraiment besoin d'une première dame tout de suite, keep cool Nico, et profites-en bien ;)

Comme dans le cas du divorce du président, tenons-nous pour dit qu'une rumeur est fausse tant qu'elle n'est pas avérée.

(c'est malheureux d'en être réduit à ça pour rabattre quelques lecteurs sur un blog quand même !)

mercredi 5 décembre 2007

Regardons ailleurs qu'à Villiers-le-bel



Comme je le disais dans une note récente, la haine se propage de croupes en groupes, et aujourd'hui en France, chacun s'agrippe fermement à la couverture commune pour la tirer à lui. Les policiers, blessés à la chevrotines sont pris à leur tour par la psychose, et sous le calme apparent des derniers jours, les braises rougeoient encore, et chacun souffle dessus.

La tendance libertaire souhaite faire d'un accident de la route à Villiers-le-bel, un meurtre prémédité, alors que la tendance autoritaire distille son propre poison. Ce film qui circule sur internet semble émaner d'une mouvance liée à la police. Riposte logique, à un accident on en oppose un autre, à Toulouse, en s'étonnant qu'il n'y ai pas (ou en appelant) de manifestations de soutien ni de battage médiatique. Il est bon de donner la parole à chacun pour bien comprendre la situation actuelle.

Dans les deux cas, on cherche un martyr, un symbole, pour cristaliser dessus son trop plein de haine. Cette logique ne peut conduire qu'au chaos. C'est la logique de Bush face à Ben Laden. Contre le Coran, je sors la Bible. La pire des ripostes.
Personnellement, j'affirme que c'est la stratégie parfaitement orchestrée de Nicolas Sarkozy qui est responsable de ces divisions constantes de la société française : police contre jeunes, gauche versus droite, medef contre syndicat, riches faces aux pauvres, catholiques versus mususmans, Bockel contre Hollande et Morin face à Bayrou. Diviser pour mieux régner.
C'est la stratégie du Front National et de l'extrême droite en général.

Il faudrait que les français trouvent un nouvel horizon à contempler. Le coucher de soleil du sarkozisme par exemple. Pour cela il faut reconstruire une opposition large qui regarde dans le même sens.

Sarkozy : Je communique et je te nique



Encore une fois je vais relayer une excellente info de Bakchich info, une incontournable source d'informations pour qui recherche la vérité. Rappelons que Bakchich a été le premier à briser l'omerta concernant le divorce présidentiel, en s'attirant quelques quolibets de l'establishment journalistique.

"Il faut arrêter la police de proximité", depuis cette décision absurde, la France à connu la vague d'émeutes de l'hiver 2005 et la révolte des jeunes de Villiers-le-bel.
Bakchich montre sans contestation possible comment l'art du communiquant aide le politique, et comment on intoxique les futurs électeurs par de sordides manipulations.
Nicolas Sarkozy est un grand manipulateur d'image, et la méthode mise en évidence dans ce reportage est certainement applicable à d'autres domaines.

D'un autre côté Marc Louboutin nous explique sur Le Post les menaces accrues qu'affrontent les policiers, qui sont pris entre 2 feux, la tension sociale générale et la pression des politiques.

Cette information ne sera pas reprise par les medias officiels, ausi je rajoute mes quelques lecteurs à ceux de Bakchich, sans remord d'avoir "piqué" l'info, il me semble que c'est pour une juste cause.

Merci et bravo Bakchich.

lundi 3 décembre 2007

Le pacte présidentiel



En mai 2007, Ségolène Royal a été battue, avec son pacte présidentiel.
Il est apparu que cet assemblage de bonnes idées n'en était pas une.
La candidate elle même a reconnu cet été que le smic a 1500 € elle n'y croyait pas. Pour l'hiver, elle nous révèle qu'elle ne croyait pas non plus à la 6e république, constitution prévoyant une large place au premier ministre. Si elle envisageait de prendre Bayrou comme premier ministre comment lui imposer ses vues ? Sa vision de la 6e république n"est pas celle que l'on croyait.

Pour cette raison, je crois qu'il faut pour les socialistes remettre les bonnes idées dans une boîte, se demander ce que signifie une constitution et ce que des mains mal avisées peuvent en faire, et concocter un programme sans "bravitude" et avec du bon sens.

Et le "Pacte" ? et bien jetons le à la corbeille de manière élégante après en avoir gardé une copie en mémoire des choses à ne pas refaire.