mardi 23 septembre 2008

La gynécologie

vendredi 19 septembre 2008

Dati veut renforcer la surveillance des détenus

Et oui, les rayures ça amincit !

jeudi 18 septembre 2008

Arles associée à Marseille, capitale culturelle 2013


Suite à sa conférence de presse, Hervé Schiavetti, maire de Arles, s'exprime sur l'opportunité pour la région de la nomination de Marseille comme capitale européenne de la culture en 2013.

Marseille et les 130 communes impliquées, de Hyères (Var) à Arles, auront à peine quatre ans pour créer deux nouveaux festivals d'ambition européenne: "InterMed", vitrine de la création contemporaine méditerranéenne et "Via Marseille", autour des nouvelles formes de création dans l'espace urbain.

L'équipe de Marseille Provence 2013 sera rapidement élargie à une soixantaine de personnes et les commandes aux artistes vont s'accélérer.

L'organisation peut s'appuyer sur des festivals existants --art lyrique à Aix-en-Provence ou Rencontres internationales de la photo d'Arles notamment. Ces dernières initieront une mission photographique de quatre ans sur la Méditerranée dont le résultat sera exposé en 2013.

Si les retombées économiques sont difficiles à chiffrer, la Chambre de commerce et d'industrie espère qu'un euro investi en rapportera six comme à Lille.

Pour M. Latarjet, le directeur de Marseille Provence 2013, "il faut espérer que comme à Lille, ce projet fasse gagner 10 ans de développement à Marseille et sa région". (AFP)


mercredi 17 septembre 2008

Montebourg voit rouge


"J'ai bien peur que ce congrès accouche d'un monstre, c'est-à-dire d'une absence de majorité" a déclaré mercredi le député socialiste Arnaud Montebourg, critiquant "les combinaisons autour des hommes" au lendemain du meeting de soutien de François Hollande à Bertrand Delanoë.
"Il faut de la super glue pour recoller les morceaux du Parti socialiste parce que les batailles personnelles ont pris le pas malheureusement sur l'intérêt général", a déclaré Arnaud Montebourg sur LCI.
"Je ne suis pas pour la multiplication des chapelles", a-t-il expliqué, assurant ne pas souhaiter présenter sa propre motion: "La nécessité du projet est plus importante que les alliances, les ralliements, les combinaisons autour des hommes".
Arnaud Montebourg a salué la déclaration de Ségolène Royal qui ne fait plus de sa candidature au poste de Premier secrétaire un préalable : "Elle a fait un effort et nous pouvons l'en remercier".
Le député PS de Saône-et-Loire qui a rappelé qu'il était "opposé à la présidentialisation du parti" est resté vague sur les alliances qu'il pourrait nouer dans la perspective du congrès de Reims.
"Ce parti qui semble éternellement tombé dans le formol" va au devant de sévères désillusions, a regretté Montebourg, assurant avoir essayé en tant que "rénovateur" d'y rentrer "par la porte, par la fenêtre, par la cheminée", sans succès.
Pour ma part, je disais le 30 août, en commentaire sur un billet discutant des "présidentiables à la tête du PS" :
le candidat du PS pour la présidentielle doit être choisit lors de primaires, qui doivent être, selon Mosco-Montebourg, élargies à toute la gauche (ce qui reste a définir, mais c'est ce que A.M. a dit à Frangy).
La vraie question du pouvoir est là, veut-on réellement changer de régime, ou veut-on conserver l'absolutisme présidentiel, renforcé hier par Sarko ?
Il est donc plus important de s'accorder sur un programme, auquel chaque socialiste puisse se référer, et redonner un sens au parlement. Il faut que les français élisent un programme et pas une personne, surtout à l'Assemblée Nationale, qui doit retrouver son importance et adouber un chef de gouvernement effectif.
Et hier encore je commentais :
moi je vais vous le dire tout net, c'est le foutoir au PS...
Je sais ce que je ferai en 2012 : je voterai CONTRE Sarkozy et l'ump, mais je ne sais pas si je voterai POUR quelqu'un du PS.
La 6e république que j'attends je ne la verrai jamais, alors un autocrate ou un autre... je suis un peu dégouté, ça risque de pas être très beau à Reims...
Bref, il me semble que je suis toujours montebourgeois.

lundi 15 septembre 2008

Desseigne et Dati, rumeurs dans la presse


Last but not least...
La presse fait écho de rumeurs de paternité au sujet du patron des casinos Barrières. C'est Challenges, dès le mois de janvier qui dévoilait les relations particulières entre la ministre de la justice, Rachida Dati, et Dominique Desseigne, soulignant "cette proximité affichée avec le patron du groupe Barrière, propriétaire de casinos, (qui) cadre mal avec la fonction de garde des Sceaux".
En effet, la jeune marocaine de la place Vendôme a pour habitude de fréquenter l'île Maurice "aux frais et en compagnie de Dominique Desseigne, partageant avion et hôtel".
Bien entendu, il est sur la liste des possibles amants de la ténébreuse Rachida, dont certaines photos en maillot de bain, pendant ses vacances dans l'océan Indien, laissent entrevoir les charmes bien réels. Refusant de commenter la rumeur, alors qu'il est questionné par Bakchich, son silence laisse supposer ce que l'on veut. Qui ne dit mot consent ?
Affaire à suivre... Un patron de casino avec une ministre de la justice, c'est un peu limite, l'amour ou le travail, il va peut-être falloir choisir. Qu'on ne vienne pas dire que c'est une affaire privée, les jeux d'argent et le travail de la justice ça ne va pas ensemble, (si cette rumeur venait à se vérifier).

samedi 13 septembre 2008

Mendoza culbuté par un toro


Dans le cadre de la Feria du Riz à Arles, le 13 septembre 2008, Pablo Hermoso de Mendoza se fait culbuter par un toro, suite à la chute incompréhensible de son cheval. Le maître du rejoneo et son cheval s'en sortent sans égragnitures. Il a terminé ce 2e toro avec 2 oreilles de gratification.

Belle corrida, avec un El Juli, qui s'en être dans son plus grand jour a maitrisé 2 toros zalduendos, une des plus anciennes races de toros de combats. Juan Bautista Jalabert était chez lui, dans les arênes familiales, et a gagné aussi ses oreilles, méritées.

La corrida "goyesque" était somptueuse, les arênes étant entièrement décorées par l'artiste Formica qui avait dessiné des motifs dans le sable. Les toreros ne portaient pas l'habit de lumière, mais un simple habit brodé, à l'ancienne.


A la sortie de l'arêne, je suis tombé sur Mendoza qui ma serré une main vigoureuse, en me tapant sur l'épaule... J'avais crié "bravo Mendoza" avec ferveur !


Benoît, Carla et Gerra, Besson le son


La chronique de laurent Gerra d'hier. Enjoy !

Plus comique encore, Eric Besson, le traitre le plus célèbre du gouvernement après Kouchner, nous explique combien il se retrouve dans le discours de Jo Ratzinger, évêque de Rome. Le socialisme est soluble dans la Bible, et madame Royal, bien qu'elle s'en cache, ne nous dira pas le contraire.


vendredi 12 septembre 2008

des pubs qui mettent en bouche





Bon appétit !

Quarante quatre

Quarante quatre
Voilà les cognes, par deux
encore quelques années à abattre
et je terminerai aux cieux

Au village, sans prétention,
J'ai mauvaise réputation.
Qu'je m'démène ou qu'je reste coi
Je pass' pour un je-ne-sais-quoi!
Je ne fait pourtant de tort à personne
En suivant mon chemin de petit bonhomme.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde médit de moi,
Sauf les muets, ça va de soi.

Le jour du Quatorze Juillet
Je reste dans mon lit douillet.
La musique qui marche au pas,
Cela ne me regarde pas.
Je ne fais pourtant de tort à personne,
En n'écoutant pas le clairon qui sonne.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde me montre du doigt
Sauf les manchots, ça va de soi.

Quand j'croise un voleur malchanceux,
Poursuivi par un cul-terreux;
J'lance la patte et pourquoi le taire,
Le cul-terreux s'retrouv' par terre
Je ne fait pourtant de tort à personne,
En laissant courir les voleurs de pommes.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout le monde se rue sur moi,
Sauf les culs-de-jatte, ça va de soi.

Pas besoin d'être Jérémie,
Pour d'viner l'sort qui m'est promis,
S'ils trouv'nt une corde à leur goût,
Ils me la passeront au cou,
Je ne fait pourtant de tort à personne,
En suivant les ch'mins qui n'mènent pas à Rome,
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Non les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux,
Tout l'mond' viendra me voir pendu,
Sauf les aveugles, bien entendu.

(J'ai juste ajouté une petite introduction à cette chanson de Brassens que je fais mienne)

jeudi 11 septembre 2008

Feria du riz


La deuxième feria arlésienne commence demain !
J'ai ma place pour samedi, avec El Juli, Juan Bautista et Mendoza le centaure !
J'en ferai un compte rendu pour les aficionados qui n'y seront pas.
Et samedi 20 j'espère voir Javier Conde à Nîmes.

Vive la culture taurine !

Kabila


Le peintre flamenco Kabila a créé une vingtaine d'œuvres, encre et or sur toile, à découvrir dans le cadre inspiré de la chapelle Sainte-Anne, place de l'Hôtel de Ville à Arles, du 12 septembre au 05 octobre.
Quand j'ai rencontré Kabila, il terminait les toiles qu'il allait exposer quelques jours plus tard. On était dans la Chapelle médiévale, il rajoutait quelques touches à une grande toile.
Sa peinture me fait penser à celle de ces peintres berbères du Maroc, dont le graphisme abstrait puise ses sources dans une calligraphie de lettres inconnues, mais que tous comprennent.
Assez vite on a sympathisé, et on a terminé à une terrasse de café, autour d'un verre. Il m'a parlé de lui, de ses racines gitanes, de ses voyages, de sa vie. Mais il a fallu que je me dévoile aussi.
Un beau peintre.
J'espère un nouvel ami.


Kabila
envoyé par Rimbus


Les enigmes du onze septembre


Ah et bien voilà un sujet qui devrait intéresser les Googlenautes !
Entre les théories fumeuses ou explosives qui ressemblent à des tours (de passe-passe), véhiculées par des personnes aux respectabilités diverses, voire douteuses, l'excellent Fontenelle nous parle du dernier livre de ce vieux Noam Chomsky, une façon de voir les choses avec une lucidité assez saine, par les temps qui courent.

L’Ivresse De La Force. Entretiens avec David Barsamian, 245 pages, 19 euros.

Fontenelle nous livre quelques extraits, mais je ne dévoilerai que celui-ci :

L’argument "à qui profite le 11 septembre ?" n’a guère de poids. Dans ma première interview après le 11 septembre, je crois avoir fait cette prédiction pas particulièrement brillante : tous les pouvoirs du monde allaient immédiatement exploiter l’événement à leurs propres fins. La Russie allait durcir ses atrocités en Tchétchénie, Israël en Cisjordanie, l’Indonésie à Aceh, et la Chine dans ses provinces occidentales. Aux Etats-Unis on s’en est servi de la façon que l’on sait, mais aussi de beaucoup d’autres, moins médiatisées.

(…) Presque tous les gouvernements ont pris des mesures pour surveiller plus étroitement leur population et ce genre de choses. L’administration Bush l’a fait aussi. Donc, "à qui profite le crime ?" n’est pas une preuve suffisante de culpabilité.


Le trou noir


LHC
envoyé par chezwat


Frédéric Boismoreau, dit Lefred, était en reportage au CERN pour la mise en route du LHC.
Effectivement, comme certains le craignaient, les chocs entre particules élémentaires ont créé un trou noir, pendant quelques minutes. Moi même, tout à l'heure, alors que je fumais tranquillement une petite pipe de sauge divinatoire, j'ai bien senti l'effondrement de l'univers vers un micro point, pendant 5 bonnes minutes...
Ils sont fous ces savants, ils nous ont déjà détraqué la météo, et maintenant ils inventent des machines dont on se demande à quoi elles servent.

Longue vie au Prince Jean !

Jean Sarkozy, deuxième fils du chef de l'Etat, a épousé civilement mercredi à la mairie de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) Jessica Sebaoun, fille du fondateur des magasins Darty.

Il ira loin dans la vie ce petit !

J'en profite pour dissiper tous les soupçons que ma dernière phrase pourrait suggérer.

Par avance, je présente mes respects et mes excuses à la communauté juive, à la communauté musulmane, arménienne, écossaise, auvergnate, corse, bretonne, catalane, basque, aux membres de l'Opus Dei, de l'église de scientologie, aux témoins de Jehova, à la communauté homosexuelle ainsi qu'à nos ami(e)s transexuels, aux infortunés handicapés, aux amis de Philippe Val et à monsieur Val, aux électeurs de Nicolas Sarkozy, ainsi qu'à nos amis militaires (toutes armes confondues), et pour finir tous ceux qui se sentiraient victimes d'ostracisme à cette lecture et que j'ai involontairement oubliés.

La bise à Bob Siné.

lundi 8 septembre 2008

Du grand Vauzelle


Le président de la région Paca était en visite à Arles ce matin à l'occasion de sa visite régionale pour la rentrée scolaire. Profitant de "La rentrée en images", un événement pour la clôture des "Rencontres de la photo" qui accueille 7500 écoliers pour les initier à la culture de l'image, Michel Vauzelle, en grande forme, improvise un discours qui aborde de nombreux problèmes cruciaux de notre société, derrière un ton patelin et décontracté. Du grand Vauzelle.

jeudi 4 septembre 2008

Ana Botella


Elle ne doit pas être contente Ana Maria Botella. Cette catholique convaincue, proche de la Légion du Christ roi, a déjà donné 3 enfants à José Maria Aznar, son époux.

Marianne traçait ainsi son portrait, en 2003 :
Avocate, Ana Botella n'a jamais caché son goût pour la chose publique et les honneurs médiatiques. Elle est aussi photogénique et charismatique que son époux est piètre orateur, falot et introverti. Il ne peut se passer d'elle - «Sans Ana, je ne serais pas ce Que je suis» - et aime à l'appeler «Mi Hilaria» (Mon Hillary) en référence à l'épouse de Bill Clinton. Mais la comparaison s'arrête là. Aînée de 13 frères et soeurs, cette Madrilène a conservé de son éducation ce côté rigoriste, ce parfum d'eau bénite des catholiques intégristes. D'où cette propension à combattre le divorce, l'avortement ou le droit à l'adoption pour les couples homosexuels.

«La» Botella a des convictions, alors les déclarations insistantes des journalistes de l'observateur, au Maroc, selon lesquelles Aznar serait bien celui qui a fait un enfant à Rachida Dati, ne doivent pas lui faire plaisir. Bien que l'ancien chef du gouvernement espagnol nie tout en bloc.
Si elle était charitable, Rachida ferait un démenti elle aussi. Si elle ne veut pas dire qui est le père, elle pourrait dire qui il n'est pas. Ne serait-ce que par charité pour cette pauvre Ana Botella.

A moins, bien sûr, que les journalistes marocains aient raison. Comme quoi, ce culte du secret ne mène à rien, si ce n'est à plonger dans l'embarras de nombreuses personnalités. Au fond, Rachida Dati est une égoïste.

mercredi 3 septembre 2008

Arthur, si c'était lui ?


Alors que très officiellement l'AFP annonce la grossesse de Rachida Dati, sans préciser l'identité du père, c'est à l'étranger, sur RTL-be encore une fois, qu'il faut chercher les rumeurs...
« ... Des rumeurs la lient depuis plusieurs mois à Arthur, l’animateur marié à Estelle ex-Halliday. Pour l’heure, aucune confirmation ou photo compromettante. La première Française d’origine maghrébine à diriger un grand ministère se refuse toujours à rendre public le nom du père de son futur enfant. A bientôt 43 ans le 27 novembre, elle précise tout de même, non sans franchise. "J'ai une vie privée compliquée et c'est la limite que je me pose vis-à-vis de la presse. Je ne dirai rien là-dessus ».

Voilà ce qu'on lit sur internet, belle image pour notre gouvernement. Il va sans dire que je ne cite cette source que pour montrer combien le culte du secret peut nuire à l'image de notre pays. A laisser des zones d'ombres dans sa vie, on s'expose à toutes les suppositions, à tous les ragots.

Et ça continue en Espagne, où l'ancien premier ministre José Maria Aznar, victime d'une rumeur de paternité après la publication d'un article du journal marocain L'Observateur affirmant qu'il est le père de l'enfant de Rachida Dati, doit démentir dans le journal El Pais. (une information de Guy Birenbaum sur Le Post).
Quant à Arthur (Jacques Essebag), on ne sait pas trop où il en est avec la jolie Estelle... Là aussi une vie privée compliquée pour le golden boy de la télévision, richissime depuis qu'il a vendu ses parts de la société Endemol (250 millions d'euros). Bien que sarkozyste, il a des qualités majeures à mes yeux. Il est né à Casablanca et il est faché avec Dieudonné. Un profil qui pourrait justifier cette rumeur de liaison avec Rachida Dati, il faut bien le reconnaître.

Oui, mais les religions de ces deux tourtereaux sont en principe opposées.
Tout cela est effectivement compliqué. Le journal Le Point, qui fait sa "une" sur le Garde des Sceaux, titre son article "Rachida Dati l'affranchie se dévoile au Point". Il serait normal que madame la ministre nous affranchisse à son tour.

Un ministre de premier plan n'est pas une starlette et il est obligatoire, quand ont postule aux plus hautes fonctions, d'être transparent sur sa vie, ne serait-ce que pour la façade.

Après tout, cette dame représente souvent notre nation à l'étranger, et si rien n'est obligatoire, le sens de l'honneur, l'éthique même, quand on est en charge du ministère de la justice, demande qu'on s'explique un minimum sur sa vie. Un ministre n'est pas une personne ordinaire, et accepter cette charge exige certaines concessions. Tôt ou tard tout ce sait, et Bill Clinton lorsqu'il était président des Etats-Unis a découvert ce qu'une aventure pouvait coûter.

Ces secrets et ces mystères sont bien déplacés pour celle qui aimait à poser dans les revues people, aux bras des grands couturiers, dans des tenues provoquantes indignes de sa fonction.

Dire que Nicolas Sarkozy a confié le ministère de la Place Vendôme, là où il y a les grands bijoutiers, à une midinette... Pauvre France !

mardi 2 septembre 2008

Le rouquemoutte fait sa rentrée



Un document de Bakchich.

Ramadan Karim


L'industrie du vin au Maroc se porte bien.
Le chiffre d'affaires de cette industrie se monte à 1 milliard de dirhams (88 millions d'euros) et elle emploie environ 10.000 personnes. Les taxes sur les vins et spiritueux rapportent annuellement à l'Etat 20 millions d'euros.
Il a fallu attendre la fin des années 1980 pour assister à une renaissance du vin. Aujourd'hui, le Maroc possède 12.000 ha de vignobles produisant 400.000 hectolitres soit 33 millions de bouteilles, dont les trois quarts sont du rouge, 20% de rosé et de gris et le reste du blanc.
Meknès qui est la capitale du vin est aussi le fief des islamistes du Parti Justice et développement qui a obtenu 42 députés aux dernières élections.

Aboubakr Belkora, maire de Meknès et membre du Parti de la justice et du développement (PJD), en est bien conscient. Il reproche surtout un manque de modération aux consommateurs de vin et d'autres alcools. Tout en précisant très calmement que les textes sacrés du Coran sont sans équivoque : "Il est vrai que cela crée beaucoup d’argent pour l’Etat. En termes de fiscalité, c’est énorme. Nous ne sommes pas opposés à ce que cela soit produit, exporté ou bien destiné à une clientèle non-musulmane… Mais nous sommes clairs sur ce point, tout comme l'est la religion : la consommation d'alcool est interdite et n'a pas lieu d'être pour un musulman."

Il y a plus de 2 500 ans, les Carthaginois introduisaient les vignes au Maroc, faisant de ce pays l’un des tout premiers producteurs de vin du monde… Aujourd’hui, la production est d’environ 34 millions de bouteilles… Ainsi, chaque année, 30 millions de bouteilles sont consommées dans le Royaume.

Henri Proglio


Né le 29 juin 1949 à Antibes, Henri Proglio a franchi tous les échelons au sein de Veolia Environnement (ex Cie Générale des Eaux). Dès sa sortie d'HEC en 1971, Henri Proglio rejoint la Compagnie Générale des Eaux.

Il évolue au sein du groupe jusqu'en décembre 1990 où il est nommé président directeur général de la CGEA, filiale spécialisée dans la gestion des déchets et des transports.

En janvier 1991, il est nommé Exécutif senior de la CGE.

D'avril 1996 à janvier 1999, il évolue constamment au sein du groupe. De membre du comité exécutif en avril 1996, il devient vice-président exécutif en janvier 1997. En Janvier 1999, il cumule trois fonctions vice-président exécutif senior de Veolia, président de la Compagnie Générale des Eaux et Directeur général du directoire de Veolia Water.

La refonte du groupe fait de lui le nouveau président du Directoire de Vivendi Environnement ainsi que de différentes unités telles que CGEA-Connex, CGEA-Onyx, Veolia Water, CGE ou encore Dalkia.

La filialisation le porte à la tête de Veolia Environnement en 2003. Il s'interesse aux marchés du moyen-orient, aidé par son grand ami Alexandre Djouhri, dont on dit qu'il n'est pas pour rien dans sa promotion (d'après Bakchich). L'ami Djouhri serait lié à une petite transaction, genre Bakchich, pour le compte de Véolia, comme le révèle l'Express.

En 2005, il est nommé président du Conseil d’Etablissement de son ancien école, HEC.

Comme de nombreux présidents français, il a été nommé Officier de la Légion d'Honneur et chevalier de l'Ordre National du Mérite.
Veuf, il est père de deux enfants.

Son salaire en 2006 était de 2 324 635 euros.

Chiraquien, ses étroites relations avec Rachida Dati lui ont permis de se rapprocher de Nicolas Sarkozy. Un monsieur dont on a pas fini de parler, alors que le ventre de la garde des Sceaux semble par ses courbes, annoncer un heureux événement.