mardi 16 mars 2010

Voter le 21 mars, pour oublier le 21 avril



Elle regardait la télé, quand elle comprit son erreur.
La France avait boudé les urnes. Comme en 2002, seuls les extrémistes  du Front National s'étaient mobilisés et avaient voté pour la régression et le repli sur soi. Mathématiquement, sans qu'ils fussent plus nombreux, l'absence de leurs contradicteurs leurs redonnait un poids qu'ils craignaient  avoir perdu.

Et elle, elle ne pouvait que se mordre la lèvre inférieure devant l'écran de la télévision. Elle était de ces abstentionnistes coupables. Coupables à ses yeux, coupables comme elle.
D'une certaine façon elle était masochiste. Elle aimait se mettre en porte-à-faux, déconner consciemment pour mieux se mortifier ensuite. Mais c'était son moteur à elle, c'est de cette façon qu'elle réagissait et retrouvait l'énergie qui lui manquait parfois.
Et c'est comme cela qu'elle avait bouclé sa valise. En un instant, comme par un mouvement de panique.

Elle rentrerait chez elle, laisserait tomber ces vacances sans saveur et cet amant de passage qui baisait comme une enclume (mais il le faisait vite, heureusement).
En avançant vers la gare, les roulettes de sa petite valise et le claquement de ses talons sur les pavés créaient un rythme de samba. Elle se souvenait de ce 21 avril 2002, quand elle avait voté pour la première fois, et que Le Pen avait connu son petit triomphe, malgré elle, malgré son petit bulletin. Elle s'était dis alors que cette erreur ne se reproduirait plus.
Et puis voilà...

Quand elle arriverait à Marseille, où l'abstention frôlait les 60 %, son petit bulletin de vote serait nécessaire pour laver l'honneur de la jeunesse Phocéenne, au deuxième tour.

C'est ce qu'elle se disait, mais au fond c'était son honneur à elle, qu'elle voulait retrouver.

Ce petit texte est ma réponse au Coucou de Claviers, pour la chaîne «Jeu d'écriture n°3». On trouvera d'autres textes de ce jeu chez Mrs Clooney, CC, Juan, Seb Musset et Gaël, entre autres... 


Je passe le relais à Dedalus, Luc Mandret, Eric Mainville.

4 commentaires:

Eric a dit…

On va y réfléchir. Merci d'avoir pensé à moi!

Madame Kévin a dit…

Merci d'avoir participé et d'avoir si joliment mêlé fiction et réalité. Le texte est en ligne sur le blog "Jeux d'écritures" et sera cité dans un billet récapitulatif le 30 mars sur le blog "Madame kévin".

dima a dit…

Elle donne une impression de Femme de droite : c'est dommage de déshabiller Jean-Marie pour habiller Nicolas...

PS: Joli Noir et Blanc.

Le coucou a dit…

Très drôle, tu as pris le contre-pied avec talent. Bravo!