vendredi 30 avril 2010

Vivre ensemble dans la fraternité



Le message était clair dimanche dernier : ceux qui ont mitraillé la mosquée d'Istres voulaient en rajouter à la confusion qui envahit la France.

La situation a commencé à déraper l'été dernier, quand le phénomène du port du niqab a été évoqué au congrès de Versailles par le chef de l'Etat, un moment privilégié pour évoquer les questions essentielles de notre pays. Puis il y a eu l'affaire des restaurants "hallal", la grande question de l'Identité nationale, les minarets suisses qui ont fait réfléchir les graphistes du Front National, et la polygamie des musulmans qui était le dernier avatar de ce spectre de la peur et de la division.

L'agression armée contre la mosquée Arrahma était donc prévisible. On pourrait même s'étonner qu'elle ne fut perpétrée que si tard, tant la pression médiatique était grande.

Environ 500 personnes ont participé vendredi à un rassemblement de solidarité devant la mosquée mitraillée d'Istres, avec des responsables musulmans et des élus de gauche qui ont regretté l'absence de ministre, (seul un sous-préfet représentait l'Etat) alors que le secrétaire d'Etat à la Défense Hubert Falco qui assistait le matin à une cérémonie à Aubagne à 50 km n'avait pas jugé nécessaire de faire le détour.
L’archevêque d’Aix-en-Provence, par la voix du père Christophe Dufour,  a qualifié d’inadmissible qu’un lieu de prière soit pris pour cible, assurant la communauté musulmane de tout le soutien de la communauté catholique.

Michel Vauzelle, le président de la Région, a  été très clair :
"L’une de mes fiertés est que notre région porte l’identité de tous les peuples de la Méditerranée quelque soit leur religion. Je suis fier d’être le président d’une région où les valeurs musulmanes sont respectées. Cette fierté est à la hauteur de la douleur que je veux exprimer face à cet acte. Parce que notre république est laïque, elle se doit de protéger le culte religieux. Il y a en ce moment des personnalités chargées de hautes fonctions qui tiennent des propos inacceptables qui caricaturent l’islam. Je prends l’engagement de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que votre communauté soit respectée. 
Vous êtes nos compatriotes et nous continueront à vivre ensemble dans la fraternité".
Share




jeudi 29 avril 2010

Aide à la Grèce, ou spéculation ?


François Baroin : Pas de risque de voir la note souveraine
envoyé par rtl-fr. - L'info video en direct.

Interrogé par Jean-Michel Aphatie sur le sauvetage financier de la Grèce, François Baroin répond (à la 4e minute) que nous prêtons aux Grecs à 5 % d'intérêts de l'argent que nous allons emprunter de notre côté à 1,4 %.

Je ne suis qu'un béotien en ce qui concerne ces questions financières, mais d'une certaine façon, n'est-ce pas une spéculation sur la dette grecque, semblable à ce que pratiquent "les marchés" tant décriés ?

Share


mercredi 28 avril 2010

Karachi : quand l'Elysée accusait les victimes de diffamation

"Alors qu'une procédure judiciaire est en cours et qu'une mission d'information parlementaire est à l'œuvre, Me Olivier Morice a tenu des propos mettant en cause directement le chef de l'Etat qui relèvent de la diffamation et qui ne sauraient être excusés par l'expression de la légitime douleur des victimes ou de leurs ayants droit", avait affirmé l'Elysée dans un communiqué le 17 décembre 2009.

Cette déclaration faisait suite à une mise en cause du chef de l'Etat par Me Morice qui a accusé Nicolas Sarkozy d'être "au cœur de la corruption" dans ce dossier."La difficulté qu'il y a dans ce dossier, c'est que M. Sarkozy est au cœur de la corruption parce qu'elle a été validée non seulement lorsqu'il était ministre du budget mais aussi lorsque c'est lui qui menait la campagne présidentielle de M. Balladur", avait déclaré Me Morice, lors d'une conférence de presse. (Le Monde)

(Le président de la République avait qualifié cette histoire de grotesque, lors d'une conférence de presse.)

6 mois plus tard, le rapporteur de la mission d’information parlementaire sur l’attentat de Karachi en 2002, le député PS Bernard Cazeneuve, a confié mercredi n’avoir «jamais» rencontré «autant de difficultés» pour mener à bien ses travaux, à cause des «relations avec l’exécutif». 

Selon les informations de Libération, la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 aurait reçu 10 millions de francs (1,5 million d’euros) en espèces provenant de rétro-commissions occultes liées à la vente de sous-marins français au Pakistan.  (Libération)

"Un très grand nombre de documents qui ont été demandés n'ont pas été communiqués", a ajouté Bernard Cazeneuve, précisant que la liste de ces documents figurerait dans le rapport de la mission, dont la publication est prévue le 12 mai. (Le Figaro)

Médiapart a quant à lui publié les bordereaux bancaires (agence Haussmann du Crédit du Nord, avril 1995 sur le compte n° 327 548 2 dont le titulaire est l'«AFICEB») prouvant des dépôts d'argent en liquide de plus de 10 millions de francs. L'Aficeb est l'acronyme de "Association pour le financement de la campagne électorale d'Edouard Balladur".

La question qu'on se pose, c'est si on peut attaquer en diffamation quelqu'un qui vous a accusé de diffamation, de manière diffamatoire ?



Jour de colère


musique "Dies Irae" de Karl Jenkins & image "les sentiers de la gloire" de Stanley Kubrick


Le service public, et David Pujadas, ont programmés de façon tout à fait judicieuse un édifiant reportage des "infiltrés" hier soir.
En caméra caché, ils ont répondu à Harry Roselmack qui montrait dans son magazine "en immersion", les talbighs, intégristes de l'Islam.

Pour leur enquête, deux journalistes de la société de production Capa sont allés au plus près des milieux chrétiens d'extrême droite, de la cave d'une église "intégriste" tapissée de drapeaux franquistes, jusqu’au sein d’une école catholique hors-contrat, milieu dans lequel on croise de manière habituelle, selon le reportage, des militants racistes, révisionnistes sur fond d'antisémitisme et de xénophobie.

Depuis, les milieux traditionalistes entretiennent sur Internet une violente campagne de dénigrement contre le travail de Capa et de France 2. Les journalistes, l'agence de presse, et France télévisions ont reçu des menaces qu'ils ne souhaitent pas détailler, par sécurité.
Les parents d'élèves de l'école mise en cause se sont constitués en association et ont porté plainte contre David Pujadas, France 2 et Capa.
(d'après Europe 1)

Le journal d'extrème droite "Minute" n'a pas hésité a faire sa couverture avec la photo du journaliste infiltré, une manière de la désigner comme "l'homme à abattre". Le Journal du Dimanche a fait un long article très intéressant à ce sujet.

On notera que sur son blog, le mouvement Dies Irae (jour de colère) mis en cause, fustige sans ménagement la "dictature médiatique et sa désinformation", en se référent à Jean-Yves Le Gallou, membre éminent du MNR, les dissidents du Front National.
Ils soulignent "la haine que les Grands Médias nourrissent à l’égard des Chrétiens, du Pape, de la Tradition (…)"

Au fond les intégristes sont bien tous les mêmes, musulmans ou chrétiens.
Il se trouve hélas assez peu de croyants modérés pour dénoncer fermement ces dérives et se désolidariser de ces dangereux extrémistes, autrement que par des paroles de façade qui cherchent à minimiser un problème bien réel. Le pire est toujours quand la fraternité religieuse prend le pas sur l'esprit républicain.

L'esprit de la troisième République disparaît de plus en plus, son parlementarisme, son école publique, son anticléricalisme… Faut-il s'en réjouir ?




mardi 27 avril 2010

Rimbus Quizz



Aujourd'hui, je vous propose une devinette de Tony A., un abonné comme moi du site @rrêt sur images :

Le gouvernement s'apprête à faire voter une loi selon la procédure d'urgence.
Quel en est l'objet ?

1 - le déficit public de 1 500 milliards d'euros.
2 - le déficit commercial de 43 milliards.
3 - les 8 000 000 de pauvres.
4 - les plus de 4 000 000 de chômeurs (le cumul n'est pas interdit).
5 - les 704 000 accidents du travail par an.
6 - les 200 000 femmes battues (moyenne annuelle).
7 - les 65 000 femmes violées (moyenne annuelle).
6 - les 42 000 jeunes qui quittent l'école sans diplôme chaque année.
7 - les 13 000 suicides annuels.
8 - les 2 000 femmes voilées.



lundi 26 avril 2010

Eclairage sur Foi et pratique, le mouvement Tabligh



Le tribunal de Melun a condamné, jeudi 24 janvier 2008, quatre islamistes qui avait agressé une équipe de la chaine de télévision française Canal +. En mars 2004 l'équipe enquêtait sur une école coranique de Melun et avait été agressé devant l'entrée après avoir tourné quelques images. L'ingénieur du son avait eu 97 jours d'arrêt de travail.

Mohamed Hammami, imam de l'association Foi et pratique, une branche fondamentaliste du mouvement Tabligh, âgé de 72 ans, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis.

Mohsen Hammami (fils de Hammami), 41 ans, a écopé de huit mois de prison dont cinq avec sursis.

Deux fidèles de l'association, âgés de 23 et 22 ans, ont été condamnés respectivement à six mois dont trois avec sursis, et deux mois avec sursis.

Source : AFP

Hammami a passé 3 ans en prison en Tunisie pour ses liens avec le GIA (Groupes Islamiques Armés). 


Le Mouvement Tabligh "témoins de Jehovah de l'Islam"

Il est initié dès 1880 par Muhammad Ismâil (1835-1898), mais prolongé et fondé par son fils Muhammad Ilyas Kandhalawi (1885-1944). Ses fondateurs étaient très soucieux de l’avenir d’une communauté musulmane en péril, dans un contexte de colonisation britannique et de conversions massives de musulmans sous l’impulsion des puissants groupes missionnaires jésuites et protestants. Ce mouvement missionnaire est né dans le sous-continent indien entre 1925 et 1927.

De retour d’un pèlerinage à la Mecque, le fondateur va instituer des pratiques itinérantes de prédication avec le soutien des grandes écoles islamiques de l’époque, Deoband et Nadwat al-’ulama. Se réclamant strictement apolitique, non violent, de tradition mystique et soufie, le mouvement s’est répandu, grâce à ses missionnaires, par vagues successives : années 1940 dans les pays musulmans (Arabie, Turquie…), les pays industrialisés dans les années 1950-1960 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Japon, Canada…) pour toucher finalement le reste du monde (dont la France) par un quadrillage systématique.

En France, le mouvement Jama’a at-tabligh existe officiellement sous la forme d’une association à but non lucratif nommée Foi et Pratique, enregistrée en avril 1972 à la préfecture de Seine-Saint-Denis. Depuis 1960, les premiers groupes de prédicateurs (Jama’a), venus du Pakistan, ont commencé à parcourir la France faisant des émules parmi les premiers immigrés maghrébins. Ils ont réclamé les lieux de culte, qui leur doivent beaucoup dans l’Hexagone, avant de pousser plus loin leur activisme.

Depuis la fin des années 1980, le mouvement Tabligh est devenu très juvénile, touchant prioritairement toute une frange de la deuxième, voire de la troisième génération d’enfants issus de l’immigration maghrébine. Il est actuellement très organisé et a tissé des liens locaux, régionaux, nationaux et extra-nationaux. Ce fait est surtout remarquable dans ses ramifications à travers des banlieues comme Mantes la-Jolie, la cité des Quatre Mille à La Courneuve, le quartier de Neuhof à Strasbourg mais aussi dans les grandes villes comme Marseille, Lyon, Lille, etc.

Ces prédicateurs d’un nouveau genre jettent ainsi leur dévolu sur un « client » à convertir à partir des noms à consonance arabe ou africaine dans les annuaires téléphoniques ou guidés par la présence des paraboles qui poussent comme des champignons sur les façades des immeubles des cités HLM.
(source)

Parmi les musulmans, le mouvement tabligh fait l'objet de critiques. Leurs concurrents deobandis et wahhabites dans la prédication, comme par exemple en Inde, les accusent notamment de prêcher des croyances erronées qui n'appartiennent pas à l'islam.
(source)

Ce serait auprès de cette communauté que se seraient infiltrés les journalistes de l'émission d'Harry  Roselmack "en immersion", communauté dont  L’imam Ghoul, vice-président du CRCM a déclaré se désolidariser.


Reportage sur le tabligh en france part 1
envoyé par HISNOULMUSLIM. - Regardez les dernières vidéos d'actu.


Reportage sur le tabligh en France part 2
envoyé par HISNOULMUSLIM. - Regardez les dernières vidéos d'actu.



Paul Bocuse, Lies Hebbadj, la polygamie à géométrie variable

Le week-end aura été marqué par le cas de Lies Hebbadj, ce musulman intégriste (tendance Tabligh) qui collectionne les femmes en niqab, dont je parlais dans mon dernier billet.
Une petite recherche offre quelques éclairages troublants.

Le cas Paul Bocuse



La prétendue polygamie de "Lies de Nantes" n'est pas un cas isolé. En effet, Paul Bocuse le chef cuisinier de renom, revendique sa polygamie :

« Raymonde, son épouse depuis soixante ans et mère de sa fille », « Raymone, son autre compagne depuis une quarantaine d’années et mère de son fils Jérôme » et « Patricia, troisième femme de sa vie, qui est de tous ses voyages.» «Il y en a une pour le déjeuner, une pour le thé et une pour le dîner », plaisante-t-il. « C’est ma vie, elle est faite comme ça », conclut-il sur le sujet en lâchant du bout des lèvres qu’elles « ont dû souffrir » (Le Parisien)

« Trois femmes, pourquoi pas ? J'ai toujours eu besoin d'être rassuré, entouré. » (Le Figaro)

«Il y a beaucoup de points communs entre la cuisine et le sexe. On consomme une union, on dévore des yeux, on a faim de l'autre... L'homme a toujours besoin de manger et de se reproduire, et dans les deux cas, il faut passer à la casserole.» (Libération).

Le cas Lies de Nantes

• Le mouvement Tabligh :

C'est un mouvement religieux associatif sous la haute surveillance des Renseignements généraux et de la Direction de la surveillance du territoire notamment depuis l’affaire Khaled Kelkal en 1995 (lors de la vague d’attentats à Paris) mais surtout depuis l’attentat perpétré par deux jeunes Français à Marrakech en 1994. En France, le mouvement Jama’a at-tabligh existe officiellement sous la forme d’une association à but non lucratif nommée Foi et Pratique, enregistrée en avril 1972 à la préfecture de Seine-Saint-Denis. Depuis 1960, les premiers groupes de prédicateurs (Jama’a), venus du Pakistan, ont commencé à parcourir la France faisant des émules parmi les premiers immigrés maghrébins, dont Lies Hebbadj. (source)

• Les accusations d'une femme

On trouve sur un Internet le blog (lies-nantes-avertissement) d'une femme qui veut mettre en garde la communauté musulmane contre un "Lies de Nantes", coupable à ses yeux de multiplier les mariages avec des femmes "pour les recruter dans sa secte" et d'user de violence, de détourner les allocations familiales, ainsi que d'autres griefs plus grave (à consulter sur place).
Elle a aussi un 2e blog, [tawhid.over-blog.com] où elle dit : "Mon but de de dénoncer Lies de Nantes el hamdulillah a abouti, en effet, Nantes est prevenu et l'histoire s'est propagée dans toute l'Europe (...) Je porte le niqab, et je refuse que mon image soit salis par de tels agissements, il faut prendre en mains les problemes de notre communautee musulmane et cesser de fermer les yeux sur certains agissements malhonnetes."(sic)

 Sur un forum fréquenté par les musulmans, Mejliss, on trouve un message de cette femme qui précisait en novembre 2007 : "Ce que jessais maintenant cest de motiver inchallah les freres afin quil se regroupent en jama3a o nom dAllah subhana wa ta3ala, et aille ensemble voir Lies Hebbadj pour lui dire cest 4 verité le rapeller a lordre, car il a deshonoré, sequestré, manipulé, mentis, calomnié, volé, battu..etc "(sic)

De graves accusations, dont je laisse la responsabilité à leur auteur, qui pourrait-être soit une victime qui se défend, soit une coupable de diffamation qui use de calomnie. Personnellement mon opinion est faite, et vous ?

• Lies et ses deux visages


Lies Hebbadj compagnon de la conductrice voilée verbalisée
envoyé par presseocean. - L'info video en direct.

A Rezé, commune du sud de Nantes, où il vit, Lies Hebbadj est connu pour être le président de l'association cultuelle et culturelle. "Ils vivent barricadés, et on voit des femmes voilées, mais tout se passe bien. Les enfants vont à l'école. Ce sont de bons voisins", assure-t-on dans le quartier de leur résidence. Parfois un peu de bruit le matin, quand les enfants jouent devant l'une des maisons. Mais pas plus. Selon un de ses proches, il a grandi dans le quartier Bellevue, un quartier populaire de Nantes.
Lies Hebbadj est connu des services de renseignements nantais et une source policière avait d'ailleurs affirmé dès vendredi que la conductrice verbalisée était "la femme d'un islamiste connu" à Nantes. " Depuis six mois, il a la volonté de monter une mosquée sur la commune. Je ne peux pas dire que j'ai eu affaire à quelqu'un d'extrémiste. Mais M.Hebbadj a une double face: d'un côté, c'est quelqu'un d'affable, de gentil et de cordial; de l'autre, il y a des pratiques religieuses tout à fait différentes", a commenté Pierre Quénéa, adjoint PS au maire de Rezé.
Lies Hebbadj est à la tête d'une libraire, d'un taxiphone et d'une boucherie/épicerie. Et posséderait, selon ses voisins, trois maisons, où vivent ses conjointes et ses enfants.

(d'après Infojeune.com)

Share |






samedi 24 avril 2010

Besson et Hortefeux : excès de vitesse sur une nationale


Enfin j'ai lu l'article que j'attendais !

Quand hier Brice Hortefeux à déclaré qu'il fallait déchoir de sa nationalité française le mari d'une femme en niqab (verbalisée au volant de sa voiture) parce qu'il était islamiste, polygame et fraudeur aux aides sociales, j'ai twitté que j'étais d'accord avec lui, avec en lien cet article du Monde qui précisait :
"J'ai demandé au préfet de la Loire-Atlantique de faire, sans délai, toutes les diligences utiles, auprès du parquet et des services sociaux, pour réprimer, le cas échéant, les faits de polygamie et de fraude aux aides sociales qui ont été signalés", ajoute Brice Hortefeux. "Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé pourrait être déchu de la nationalité française", demande M. Hortefeux à M. Besson.

Et puis j'ai attendu de lire des arguments critiquant ce point de vue. Je n'en revenais pas d'être d'accord avec un Hortefeux, quelque chose avait dû m'échapper...

C'est Bruno Roger-Petit qui a pondu l'article que J'attendais.
Je le résume ici, mais que ça n'empêche personne de le lire intégralement !

Sur son statut polygame : En droit, la polygamie, c'est le fait de contracter plusieurs mariages civils. Selon ce que l'on sait de cet homme, il ne s'est marié qu'une fois sur le territoire français, avec la citoyenne verbalisée, ce qui lui a permis d'obtenir par la suite la citoyenneté française. Pour le reste, il fait ce qu'il veut de sa vie privée.

Les différentes femmes touchent l'allocation parent isolé : si ces femmes en bénéficient dans les conditions requises par la loi française, c'est bien qu'elles ne sont pas mariées civilement. Donc, pas de polygamie, et une situation qui est conforme au droit français en matière de prestations sociales. (…) Si l'épouse civile perçoit une allocation de parent isolé en étant mariée et vivant sous le même toit que son mari, oui, il y a problème. Sauf que ça n'est pas son mari le fraudeur, mais elle.

Sur la déchéance de nationalité : le code civil précise en son article 25 les conditions nécessaires requises pour déchoir un citoyen de sa nationalité. Il existe cinq motifs possibles:
1. S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ;
2. S'il est condamné pour un acte qualifié de crime ou délit prévu et réprimé par le chapitre II du titre III du livre IV du code pénal ("Des atteintes à l'administration publique commises par des personnes exerçant une fonction publique") ;
3. S'il est condamné pour s'être soustrait aux obligations résultant pour lui du code du service national ;
4. S'il s'est livré au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France ;
5. S'il a été condamné en France ou à l'étranger pour un acte qualifié de crime par la loi française et ayant entraîné une condamnation à une peine d'au moins cinq années d'emprisonnement.

Comme l'indique le journal Le Monde, quatre des cinq motifs cités par le code de la nationalité sont inopérants. Reste à démontrer qu'il s'est "livré au profit d'un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Français et préjudiciables aux intérêts de la France".

Brice Hortefeux est donc allé encore trop vite, mélangeant la nationalité française chère à Eric Besson à la précipitation législative de François Fillon.

Bien que cela me révulse, je dois reconnaître qu'un barbu intégriste a le droit de séduire quatre jeune filles, leur faire des gosses en imposant la charia dans sa maison.

Mais qu'est-ce qui peut pousser des femmes à un tel aveuglement obscurantiste ?

Certainement pas les prouesses sensuelles de ce barbu, mais plus sûrement ce qu'on appelle "la Foi". Encore une fois, je constate l'aveuglement des croyants et je me dis que l'athéisme est une bien belle chose... il n'est pas beau ce "Dieu" au nom duquel tant de crimes son commis. Si on voulait faire une loi utile, c'est lui qu'on interdirait.



vendredi 23 avril 2010

Elle préfère 10 ans de prison plutôt que de retirer sa burqa



retrouver ce média sur www.ina.fr

Kessel, qui cherchait à filmer une femme dévoilée en Afghanistan dans les années 50, pendant 2 minutes, s'est vu proposer une prisonnière coupable d'homicide, condamnée à 10 ans de prison. Bien qu'on lui ai promis d'être grâciée si elle acceptait de montrer son visage à la caméra, celle-ci refuse.


retrouver ce média sur www.ina.fr

Kessel raconte ensuite l'histoire d'une femme française qui en 1927 a rencontré un homme Afghan. Celle-ci l'a épousé et est venue vivre à kaboul avec son mari. Malgré elle, sa fille s'est mise à porter la burqa (ou tchadri).
Il nous explique que dès 1927, une révolte avait secoué l'Afghanistan, dont la cause était l'ouverture d'esprit du roi de l'époque, Amanullah Shah. Il avait autorisé les femmes à se dévoiler, cela lui coûta le trône.

Ces films enseignent deux choses, qui sont plus que jamais d'actualité :

Dans le premier film, on comprend que la tradition (ou la superstition, l'obscurantisme…) peut faire qu'une femme n'otera pas son voile, ni sous la contrainte, ni contre la liberté.  

Dans le deuxième film, on comprend que les talibans n'ont rien inventé, et que vouloir imposer nos valeurs occidentales dans ce pays ne peut se faire qu'en le détruisant, avec ses occupants, ce dont nos armées sont incapables.


Share |


jeudi 22 avril 2010

Femmes à voiles et femmes à poils

Tiens, encore la burqa. C'est devenu le nouveau marronnier de l'actualité.

J'avais donné en décembre les 5 raisons qui à mon sens rendaient inutiles une loi.

Je ne vais pas répéter ce que j'ai déjà dit.

Mais puisque le débat revient dans l'actualité, et qu'il me semble que mon point de vue est en partie partagé par pas mal de monde (à gauche comme à droite), je vais étendre le sujet :

La burqa afghane a été jugée comme un instrument de libération de la femme par le docteur Juliette Fournot (citée dans "Le Photographe", la BD sur Didier Lefèvre), quand elle est apparue dans les villes afghanes il y a un siècle :

Elle raconte comment une amie à elle, dans le Kaboul des années 70, issue d'une famille riche et occidentalisée, avait acheté une burqa pour pouvoir rejoindre discrètement son petit copain...

... étonnant, non ? Rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc...

Mais allons plus loin. Puisqu'il faut "libérer" la femme, contre sa volonté s'il le faut, ne peut-on pas admettre que le fait de transformer son corps en objet sexuel est une forme d'aliénation à la libido masculine ?

Je pense à ces femmes qui se font refaire les seins, le cul, le visage, pour devenir des attractions sexuelles en se promenant presque à poil. Après elles s'achètent du Galliano pour se déguiser en prostituées.

Moi, je suis un sale macho et je préfère voir des filles habillées en putes qu'en burqa. Mais je ne suis pas sûr que mon point de vue soit très défendable.

Ces pauvres femmes, dont les opérations de chirurgie virent parfois au calvaire (Amy Winehouse n'en est que le dernier exemple), ne méritent-elles pas aussi qu'on légifère pour les libérer de ces actes barbares ?

Personne n'y songerait, bien sûr. 

Je conseille, sur ce sujet, la lecture de la note "burqarendum" du Toréador, qui analyse l'aspect politicien du projet de loi anti-voile intégral, celle de Nicolas qui botte en touche pour expliquer que cette question le dépasse, empêtré qu'il est dans ses contradictions,  ainsi que l'excellente note de Menilmuche (une mise en image de ce billet).





lundi 19 avril 2010

Fabulous Fab !

« De plus en plus d’effet de levier dans le système. L’édifice tout entier peut maintenant s’effondrer à chaque instant… Le seul survivant éventuel : le fabuleux Fab… debout au milieu de toutes ces opérations exotiques, complexes, hautement leviérisées, qu’il créa sans nécessairement saisir toutes les implications de ces monstruosités !!! »
M. Fabrice Tourre, 31 ans, aurait écrit ce mail ci-dessus le janvier 2007, selon Paul Jorion, prédisant une crise financière avec d'autant plus de lucidité qu'il en avait été l'un des artisans, en toute conscience. 
Fabrice Tourre, dit "Fabulous Fab", petit génie de la finance chez Goldman Sachs, avait créé Abacus, un « Collateralized Debt Obligation » (CDO), sorte d'obligation s'appuyant sur des actifs hypothécaires à haut risque (un genre de subprimes) pour le gestionnaire de fonds Paulson&Co.

En clair, ce qu'on comprend, c'est que Goldman Sachs prenait les conseils de Paulson dans la conception de son obligation adossée aux créances hypothécaires à haut risque, qu'elle vendait à ses clients, alors que Paulson misait sur l'éclatement du marché des « subprimes ». Goldman Sachs jouait donc sur deux fronts sans le dire à ses clients qui achetaient son produit Abacus (qui devait perdre 99% de sa valeur). Lesquels ont perdu plus de 1 milliard de dollars dans l'affaire et encore davantage dans l'éclatement de la bulle immobilière et l'apparition de la crise financière qui l'a accompagnée.

Mais Goldman Sachs, la puissante institution financière, a elle gagné plus de 13 milliards de dollars en 2009, grâce à des petits coups comme celui inventé par "fabulous Fab" Tourre.

La Securities and Exchange Commission (SEC) a décidé de poursuivre Goldman Sachs pour fraude, ainsi que notre Fabulous Fab national. Selon la SEC, Goldman Sachs et Fabrice Tourre ont fait «des déclarations trompeuses et passé sous silence des faits essentiels sur certains produits financiers liés aux prêts subprime, au moment où le marché de l'immobilier d'habitation américain commençait à chuter» en 2007.

Fabulous Fab était un brillant élève dans les matières scientifiques, comme beaucoup de Français travaillant dans les salles de marché. Centralien diplômé de Stanford passé par les prestigieux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, il est entré chez Goldman Sachs en 2001.
Il résidait dans un bel appartement du quartier de Wall Street, qu'il louait 4.000 dollars par mois, en parfait golden boy. Fabrice Tourre est actuellement executive director au sein de Goldman Sachs International, la filiale londonienne de la banque d'investissement américaine. Selon le Wall Street Journal, Fabrice Tourre a décidé de prendre un peu de vacances sans donner de date de retour.

Selon "Les Echos", il aurait gagné 2 millions de dollars en 2007.
Le Monde précise : D'après un opérateur de fonds spéculatif qui l'a côtoyé, "c'est un type sympa, mais qui estime qu'il est l'être le plus doué au monde".

Je pense, moi, que ce monsieur est un délinquant, bien plus dangereux que les petits dealers des cités qu'on aime nous montrer à le télévision.
Question d'appréciation.


Quelques blogs sur la finance pour aller plus loin, sans s'ennuyer : Les Cracks en action, Paul Jorion, Warrant marrant, Citoyen Actif



mercredi 14 avril 2010

Roselmack critiqué par les musulmans phocéens


… Harry Roselmack a passé plusieurs semaines dans un univers mal connu, souvent objet d'a priori, de fantasmes, voire de peurs... celui des fondamentalistes musulmans. Comment ces fondamentalistes pratiquent-ils leur religion au quotidien ? Comment justifient-ils le port de la burqa et leur refus de la mixité hommes-femmes ? Placent-ils la religion au dessus des lois de la République ? Ce document propose une immersion inédite auprès de salafistes français. Leurs convictions, leur pratique de la religion, leur intimité : Harry Roselmack révèle une réalité qui va bien au-delà des clichés et des préjugés.
Voilà ce que dit TFI du nouvel épisode "en immersion". Une réalité au delà des clichés qui n'est pas partagée par les musulmans de Marseille, d'après La Provence :

A Marseille, ulcérés par ce qu’ils qualifient de "bidonnage" et de "manipulation", les représentants de la communauté musulmane sont en colère. Nouredine Cheich, président de la grande mosquée, se dit "scandalisé par ce scénario qui met en scène une bande de gamins en délire et s’appuie sur des élucubrations sans aucun fondement théologique".
"Ils ne sont même pas capables de faire les ablutions correctement !" note Makhete Sissé, président de la Ffaiaca (qui fédère une quarantaine d’associations), et dénonce "le parti pris de TF1 de donner de l’islam une image de religion arriérée".
D’ailleurs qui sont-ils au juste, ces musulmans que Roselmack qualifient de "salafistes", mais qui jamais ne se déclarent comme tels ? "Une sorte de gourou avec sa petite cour de guignols" estime Omar Djellil, président de l’association Présence citoyenne. "Les vrais salafistes, qui sont entre 500 et millier à Marseille (sur environ 200 000 musulmans) ont refusé de tourner avec Roselmack", assure-il.
Le groupuscule filmé par TF1 serait en réalité dans la mouvance Tabligh, sorte de Témoins de Jéhova version islamique qui rassemble moins de 200 fidèles à Marseille… L’imam Ghoul, vice-président du CRCM (Conseil représentatif du culte musulman) a du reste signalé a à la préfecture les agissements de cet imam autoproclamé.


Mettons le nucléaire à la retraite



Si nous mettions le budget de la dissuasion nucléaire à la disposition des caisses de retraite ?

Le Sénat annonce un budget de 3,8 milliards d'euros consacré à la force de dissuasion nucléaire. C'est plus de la moitié des 7 milliards d'euros de déficit du régime général des retraites.
Après tout, qu'est-ce qu'on en a à faire de nos bombes ?
Qui est notre ennemi ?
D'après ce qu'on nous explique bien depuis 10 ans, notre ennemi c'est le terroriste islamiste. Vous vous voyez balancer un missile nucléaire sur un kamikaze barbu ?
Notre arsenal, auquel la France est toujours attachée, n'a plus de raison d'être.
Quand cette bombe a été créé, la France avait pris ses distance avec l'Otan. Elle était le symbole de son indépendance. Mais aujourd'hui...

Qui plus est, le président Obama vient de révéler que cet arsenal n'était pas sécurisé. Pas sécurisé ! En effet nous a-t-il expliqué, "le danger du terrorisme nucléaire est l'un des plus grands dangers contre la sécurité du monde entier".

C'est bien la peine d'entretenir un tel arsenal, si notre plus grand risque c'est qu'on nous le vole. Au fond, la sagesse serait de faire un grand sacrifice et d'abandonner une bonne fois pour toute notre nucléaire militaire (ses sous-marins, ses missiles etc.), et de rediriger les budgets dans une direction sociale. Ce serait un geste fort, sur le plan intérieur, pour aider à renflouer les retraites de nos vétérans, comme sur le plan diplomatique, où nous pourrions donner une bonne leçon de vertu aux entêtés d'Iran.

Et puis comme nous avons réintégré l'Otan, laissons notre bon maître Américain s'occuper de notre défense à notre place. Nous, nous n'avons plus les moyens, et la secrétaire d’État Hillary Clinton a bien expliqué dimanche que l’objectif des États-Unis était de rester « plus forts que n’importe qui dans le monde ».

En France, on a plus les moyens de nos ambitions, mais on a des idées !

lundi 12 avril 2010

Richard Dawkins porte plainte contre le Pape


Le scientifique britannique Richard Dawkins et l'auteur américano-britannique Christopher Hitchens ont l'intention de saisir la justice britannique et la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, a indiqué l'avocat de M. Dawkins, Mark Stephens, dans le quotidien Guardian.
Me Stephens a dit vouloir contraindre le pape, attendu au Royaume-Uni du 16 au 19 septembre, à s'expliquer sur "la manière avec laquelle il semble avoir fait passer la réputation de l'Eglise catholique avant le bien-être d'enfants".

Richard Dawkins, scientifique mondialement reconnu, est un militant du "nouvel athéisme" qui prône une attitude plus critique vis-à-vis de la religion.

(d'après AFP et Gilles Klein, sur @si)


Une heureuse démarche, alors qu'une vague de bigoterie déferle sur les blogs.

Hervé et Stéphane : en parler ou pas ?



Les talibans ont diffusé dimanche une nouvelle vidéo des deux journalistes français enlevés en Afghanistan fin décembre, selon le centre américain de surveillance de sites islamistes SITE.
Le ministère français des Affaires étrangères s'est refusé à tout commentaire au sujet de cet enregistrement, dont il n'a pas confirmé l'existence. "La discrétion est le gage de l'efficacité", a déclaré un diplomate ayant requis l'anonymat, fidèle à la ligne de conduite du Quai d'Orsay.
Joint par téléphone par l'Associated Press, Paul Nahon, directeur général adjoint de France Télévisions, s'est également refusé à tout commentaire sur la vidéo. "On ne l'a pas encore vue", a-t-il affirmé. (Canadian Press)

Par rapport à la première vidéo, le ton et la mise en scène ont bien évolués. Les journalistes ont une barbe de 100 jours, marque de leur long calvaire.


envoyé par wazeer-alerhab. - L'info internationale vidéo.

Faut-il en parler ? 
La discretion recommandée par les autorités voudrait rendre inefficace la stratégie des ravisseurs, en annulant la portée médiatique de cet enlèvement.
Ce fut le cas d'un journaliste américain du New York Times, David Rohde, kidnappé en novembre 2008 au sud de Kaboul avec un journaliste afghan et un chauffeur.
L’affaire avait été tenue secrète par l’ensemble des journalistes à Kaboul et partout dans le monde. Tous ont respecté la volonté de la famille du reporter et les demandes de son journal pour que l’information ne soit jamais publiée. Selon eux, c’était la meilleure façon de le protéger.
Après 7 mois de détention, le journaliste a réussi à s'enfuir par ses propres moyens (!).

Mais en ce qui concerne le cas de Hervé et Stéphane, cette stratégie ne fonctionnera pas. Au sommet de l'Etat, leur démarche a déjà été critiquée, provoquant la polémique.
La médiatisation est donc là, et Stéphane et Hervé ne seront pas les Rohde Français.

Jeudi dernier un rassemblement avait lieu à Paris pour les soutenir.


Cent jours de captivité pour Hervé et Stéphane
envoyé par mairiedeparis. - L'actualité du moment en vidéo.

mardi 6 avril 2010

Lèse Majesté



Comment ne pas être outrancier, ou caricatural, pour décrire ce qui se passe au sommet de l'Etat ? Comment expliquer de façon respectueuse le comportement inédit du président de la République ?

La tâche est difficile tant les réactions du Palais de l'Elysée font penser aux pires dérives de la monarchie absolue.
L'affaire de la "rumeur" sur des infidélités croisées dans le couple Sarkozy-Bruni rassemble aujourd'hui tous les indicateurs de ce basculement monarchique apparent.

Comme le prince de Monaco, Nicolas Sarkozy met en scène sa vie privée. Il ne manque aucune occasion de citer son épouse, particulièrement dans les déplacements diplomatiques.
Mais contrairement aux vedettes du showbiz, cette vie est idéale et interdite aux rumeurs.

Le crime de "lèse-majesté républicaine"

En apparence seulement, puisque là où l'intelligence recommanderait de laisser mourir la rumeur par le mépris, la stratégie du président est inverse. C'est celle de l'artillerie lourde.
Il fait parler Pierre Charron, son conseiller, pour évoquer un complot basé sur ce qui ressemble à un crime de lèse-majesté, "un tsunami d'ignominies. "La peur doit changer de camp" a ajouté le Cassandre du nouveau régime dans une formule énigmatique.
Ceux qui auraient ignoré cette blague de potache sont maintenant au courant, avec en complément un message d'avertissement : évoquer la vie privée du président en dehors du cadre officiel, c'est participer à un complot contre la sureté de l'Etat. Rien que ça. On se croirait chez l'ami M6 à Rabat.

Rachida la disgrâcieuse

Pour en rajouter à cette théorie du complot, il y a maintenant l'âme damnée de l'affaire, la favorite disgraciée. Selon Le Journal du Dimanche, l'entourage de Nicolas Sarkozy regarderait du côté de Rachida Dati. L'ex-ministre de la Justice "est soupçonnée par l'Elysée d'avoir alimenté et même cautionné certaines rumeurs entourant le couple présidentiel", écrit l'hebdomadaire. Après avoir perdu valets et carrosses, la voilà biquette émissaire de ce complot dont l'avocat de Nicolas Sarkozy dit qu'il "est instrumentalisés soit par des officines, soit par des particuliers".

Le Roy bâtisseur

Dernier caractère monarchique, Nicolas suit les traces de ses prédecesseurs, mais surtout celui de la deuxième République. Son Grand Paris n'a pas encore son Haussmann, ni son financement, mais comme pour Versailles ont aura recours à l'emprunt. 17,4 milliards d'euros seront couvert par des emprunts d'une durée totale "de l'ordre de 40 ans".
Les enfants financeront, selon la vieille martingale de Pozzi (et puis ne sommes-nous pas les champions européens de la natalité ?). Les vertus de la dette ont de plus été démontrées par les grecs, ces inventeurs de la sagesse, alors allons-y.

L'outrance et le mauvais goût sont l'apanage des blogueurs paraît-il. Mais comment raconter autrement les aventures déconcertantes du monarque républicain de la Ve République ?



Dictature du puritanisme


C'est La Provence qui l'annonce :

Arles : le site du Comité de la Feria piraté par les anticorridas

Le site internet officiel du Comité de la Feria a été piraté. L'agression s'est probablement produite dimanche en fin de journée, anéantissant tout le travail des bénévoles. En lieu et place des informations officielles, et des archives du Comité datant pour certaines des années soixante, apparaissait hier matin en titre "la fête est terminée" sous-titré par une citation de Gandhi: "On reconnaît le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux"
Alors que les premiers soupçons se portaient sur Claire Starozinski, présidente du Comité anticorrida basé à Nîmes, celle-ci a nié hier toute implication de son association dans ce piratage.

La présence de photos d'abattoirs pourrait suggérer une action d'un comité végétarien, des pirates anti-viande, une nouvelle espèce de puritains totalitaires qui voudrait contrôler notre alimentation.

Déjà que nous avons les lobbies de l'agro-alimentaire sur le dos, il ne nous manquait que ceux là !

Le site du comité de la féria a été rétabli aujourd'hui.