mercredi 16 février 2011

Quand Reynes joue l'Arlésienne et se fait désirer…

L’unité du Pays d’Arles était en débat au début du mois, la réforme territoriale imposant des regroupements de communes autour des grandes métropoles. Quel est l’avenir de ce territoire faiblement peuplé, mais marqué par une forte identité, face aux grands centres urbain qui l’entourent ?

Reynes, Vauzelle, Schiavetti et Chérubini

Dans ce contexte, les maires du Pays d’Arles se sont rassemblés le 4 février à l’Hôtel de ville Arlésien, autour du Président de Région Michel Vauzelle et du maire Hervé Schiavetti, pour définir un plan cohérent de regroupement avant de le présenter au Préfet de Région, qui tranchera dans les mois à venir.

L’enjeu est de taille : le “Pays d’Arles” sera-t-il démantelé au profit des métropoles voisines (Nîmes, Avignon, Marseille…) ? C’est tout l’objet de ce débat entre les 3 groupes en présence : la Communauté d’Agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette, la communauté de Communauté de communes de la vallée des Baux et Alpilles et la Communauté de communes Rhône-Alpilles-Durance.

Les 2 députés concernés ont défendu des points de vue opposés. Si Vauzelle, député sudiste d’Arles, souhaite une unité rapide du territoire, pour rassembler les 150 000 habitants concernés et les services qu’il abrite (hôpital, tribunal, CCI…), Bernard Reynes, député-maire nordiste de Châteaurenard a plaidé pour deux communautés, nord et sud, comme préalable à un regroupement unique futur.

L’édile du nord semble bien isolé, Hervé Chérubini, le maire socialiste de Saint-Rémy de Provence (représentant la vallée des Baux et Alpilles) s’étant déclaré clairement pour l’unité rapide. Néanmoins, chacun a bien marqué son attachement à l’existence d’un Pays d’Arles, face au pôle d’attraction que représente Avignon. Si la Communauté de communes Rhône-Alpilles-Durance de Reynes refuse de rentrer dans le giron Avignonnais, le Pays d’Arles est sauvé.

Comme le résume Hervé Chérubini, “Bernard Reynes n’est pas contre le mariage arlésien, mais il veut passer d’abord par des fiançailles”.

Quoi qu'en disent les 2 députés, les clivages politiques ne sont pas absents dans les pudeurs de l'Ump Reynes, et chacun a bien conscience de 2 facteurs d'importance : Avignon est un puissant fief Ump du Vaucluse, département qu'a administré en son temps (2004 à 2007) le préfet de Région Hugues Parant, celui là même qui doit décider des futurs regroupements de communes.

Quant au petit maire des Saintes-Maries de la mer, isolé sur sa plage et ramant à contre-courant, il ne peut que jeter de l'huile sur le feu en dénonçant une manœuvre politicienne de "propagande socialiste", dans un communiqué plein d'aigreur où il ne manque pas, comme à son habitude, d'épingler le journal La Provence.

L'unité du Pays d'Arles n'est pas encore faite…

Aucun commentaire: