vendredi 22 avril 2011

Dans les poubelles du PS



Arnaud Montebourg, qui accuse le clan Guérini d'avoir mis en place à Marseille un "système où le pouvoir et l'argent sont associés", s'est vu envoyer sur les roses par la première secrétaire, qui a jugé qu'il n'y avait rien de significatif dans le rapport qui lui avait été remis à ce sujet.

Tout a été fait pour enterrer ce maudit document. L'éminence grise de Martine, François Lamy, a fait mine de l'avoir égaré, et s'il n'était pas sorti dans la Presse, on en aurait pas parlé.

Cette patate chaude étalant les turpitudes du PS aux approches des cantonales a fait l'effet d'une bombe.
Guérini l'a qualifié de "totalement grossier, mensonger et diffamatoire", et a porté plainte contre son auteur.

Début mars, Montebourg, ses primaires, ses idées et ses principes étaient vivement critiqués au Bureau National… Des rumeurs d'exclusion circulaient contre celui qui mettait ainsi les pieds dans le plat.



Et puis les cantonales ont été victorieuses, Jean-Noël Guérini a retrouvé son perchoir au Conseil général bucco-rhodanien et tout peut repartir comme avant… le mistral semble retomber sur la Canebière.

Martine et Jean-Noël, c'est une grande histoire d'amour, un vaudeville champenois qui s'est consommé pendant le sacre de Reims. Quand Jean-Noël a quitté Marie-Ségolène et que toute "sa" fédération est devenue Aubryste. Alors Arnaud et son rapport, on s'est dit à Solférino que c'était pas très compatible avec la realpolitik socialiste.

Et pourtant… Montebourg ne veut rien lâcher. Une commission d'enquête a tout de même été créée, et le président du Conseil Général de Saône-et-Loire maintient ses accusations :"J'ai toute confiance dans la commission, dans son honnêteté, pour mettre au jour les faits condamnables que j'ai pu constater dans les Bouches-du-Rhône", a-t-il déclaré, "je leur ai apporté les pièces à conviction, les noms des témoins, les sources d'information".

Et les preuves ne manquent pas, ni à Montebourg, ni au juge Duchaîne, le magistrat qui a déjà écroué Alexandre Guérini (le frère de Jean-Noël), et qui mène ses investigations dans les rouages du Conseil général. Les frères Guérini semblent être spécialistes des poubelles, celles du PS comme celles des Bouches-du-Rhône.

Dernier exemple en date : la décharge du Mentaure à la Ciotat, ou comment l'argent du département de Jean-Noël disparaît dans les poches de la société privée d'Alexandre.
Le coup se joue en trois bandes. D'abord, le CG13 préempte un terrain sous prétexte de sauvegarder une espèce rare de liseron duveteux, argument écologique indiscutable… puis dans la même journée il décide que finalement on va y créer une décharge administrée par Alexandre et sa société SMAE. Seconde phase, on paye quelques millions à la SMAE pour effectuer des aménagements nécessaires, qu'elle se garde bien d'effectuer. Troisième coup, quelques années après, Alexandre fait travailler d'autres sociétés à sa place (liées avec le grand banditisme, ne craint pas de dire le journal La Provence), qui présentent à leur tour leurs factures au département.

Les ordures, une spécialité de la la Camorra napolitaine et du PS phocéen.

Arnaud Montebourg met la première secrétaire au pied du mur : "La gauche ne peut pas se permettre d'enterrer ses propres affaires politico-financières quand elle les reproche, à juste titre, à la droite. Sinon elle perdrait toute crédibilité, toute aptitude à vouloir diriger la République"

Un billet publié sur Le plus du Nouvel Obs

Aucun commentaire: