samedi 2 avril 2011

Tirons les leçons de Fukushima : privatisons Areva !



Areva, le fleuron du savoir-faire français en nucléaire civil va devenir une entreprise privée.

Pour l'heure, moins de 4% d'Areva sont cotés, par le biais de certificats d'investissement, sortes d'actions sans droit de vote dont les échanges sont nettement moins faciles que ceux des actions ordinaires.
Actuellement, l'Etat français détient directement 10,2% d'Areva. Mais la majorité du capital du groupe est détenu par des organismes, eux-mêmes contrôlés tout ou partie par des fonds publics. Le Commissariat à l'Energie Atomique contrôle 73% d'Areva, la Caisse des dépôts et consignations 3,3% et EDF 2,2%.

Le nucléaire vendu au pays de l'or noir

Dans un premier temps, les certificats d'investissement actuellement cotés d'Areva vont être transformés en actions ordinaires. C'est une demande du fond d'investissement du Koweit qui a conditionné son entrée au capital d'Areva (4,8 % soit 600 millions d'euros) à cette modification, ouvrant ainsi la porte à la spéculation : Il sera désormais possible pour tous les actionnaires de vendre des titres sur le marché. (Romandie News)

Les analystes soupçonnent que le CEA, qui a de forts besoins de financement, pourrait être tenté de céder 15 % de ses titres.

« On se dirige vers un processus rampant de privatisation du groupe », s'indigne Gérard Melet, administrateur CGT d'Areva, en soulignant que « les objectifs de court terme de la Bourse sont incompatibles avec les investissements indispensables au nucléaire, comme l'accident de Fukushima vient de le rappeler ». (La Tribune)

Business is business

Et oui, les actionnaires veulent des dividendes, et qui dit bénéfices, dit économies, un peu comme l'opérateur privé japonais, TEPCO, qui s'était distingué par le nombre de rapports d'inspection falsifiés ou dissimulés, tant auprès des autorités japonaises que de l'AIEA, concernant ses centrales nucléaires, dont Fukushima. 

Jean-Noël Capdevielle, directeur de recherches au sein de l'Unité Astroparticule et Cosmologie est un observateur attentif de l'industrie nucléaire depuis plus de 30 ans, et il ne mâche pas ses mots sur TEPCO :
"Le nucléaire et le privé, dans le cadre d'une économie ultralibérale mondialisée sont incompatibles, le profit ayant priorité sur la sécurité. Le nucléaire doit rester l'affaire de l'état et des citoyens via un strict contrôle parlementaire. Pour le moment, c'est le cas en France, mais avec l'Europe et l'évolution d'EDF vers la libéralisation, je nourris de fortes craintes pour l'avenir". (La Dépêche)

Sortir du nucléaire, il ne faut même pas y penser

Parler de sortir du nucléaire deviendra de plus en plus difficile, quand les intérêts privés dicterons leur volonté avec avidité. Mais ni vu, ni connu, l'avenir énergétique de notre pays est en train d'échapper à notre souveraineté nationale.

La principale bénéficiaire de l'opération semble être Anne Lauvergeon, la présidente d'Areva initiatrice du projet, dont la tête était sur le billot il y a peu. En effet, ses défenseurs plaident qu'il ne faut pas aggraver la crise qui secoue actuellement l'industrie nucléaire en nommant un néophyte à la tête d'Areva.

4 commentaires:

Accent Grave a dit…

C'est très préoccupant cette privatisation à petit feu. Soyons clairs, au privé, il n'y a que le profit qui compte.

D'ailleurs, les actionnaires, nous-mêmes par le biais des fonds de retraite, nous exigeons des rendements élevés, de plus en plus élevés.

Accent Grave

GdeC a dit…

@rimbus : seulement Areva ?

Anonyme a dit…

LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE

NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !

Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :
AEC
Résidence La Pléiade
98, rue de Canteleu
59000 LILLE

Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.

Merci aussi de visiter les sites :

http://aec89.site.voila.fr

http://www.feracheval.com/petitions.php

http://www.lapetition.be/en-ligne/parlons-enfin-des-quids-2589.html

Rejoignez la groupe sur :

http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203218

Faites passer le message à vos amis.

Amitiés.

AEC.

Rimbus a dit…

@Accent Grave : quant à imaginer que nous gardons la maîtrise de notre politique energétique, n'y pensons même pas !

@GdeC : si tu as d'autres infos…

@Anonyme : vive les boucheries chevalines et les trolls !