lundi 30 mai 2011

Certitude de culpabilité



Dans l'affaire DSK, une notion revient en boucle : "présomption d'innocence".
Il y a des mots passe-partout, qui sont parfois trompeurs.

Dans cette affaire, comme dans celle de Tron, je vois plutôt une certitude de culpabilité.

Soit la ou les plaignantes ont raison, et donc leur accusation est fondée, ce qui entraîne forcément la culpabilité de la personne accusée, soit ce sont des déclarations fausses et il y a une culpabilité avérée de dénonciation calomnieuse.

Dans ces affaires, l'une des 2 parties est coupable (il n'y a pas de présomption, juste une certitude), reste à définir laquelle, et à la punir selon la loi.

3 commentaires:

Nouvel Hermes a dit…

Le bien, le mal. Le bourreau, la victime. Comme si le réel était aussi simple!Et la culpabilité dans le bien? Et l'ange dans la bête? El le monstre dans l'innocence? Et la laideur dans la beauté... Et l'inverse?
C'est justement cette complexité qui fait la richesse de l'humain. Et l'engagement n'est rien s'il ne se nourrit du doute. Alors, j'aime croire à ces instants d'incertitude où le fléau de la balance se refuse à pencher d'un côté ou de l'autre: C'est là qu'au-delà du bien et du mal, chaque homme trouve sa place dans l'humain.Qu'il se fabrique à chaque instant. Que rien ne lui est jamais acquis, ni saint ni diable.
La culpabilité telle que la justice peut et doit la définir, c'est encore autre chose...
Pas d'accord donc... Ce qui ne retire rien à l'intérêt que je trouve souvent à vos textes!

Rimbus a dit…

Dans ces 2 cas précis, il y a forcément des coupables. Quoi que vous en disiez :-)

Denis a dit…

je n'ai pour ma part aucun doute sur la culpabilité de DSK.