lundi 9 mai 2011

Putain de dimanche !



En France, les jours fériés sont légalement définis par le Code du travail. Le 1er mai est le seul jour férié obligatoirement chômé et payé.

Mais, vous l'aurez remarqué, le 1er et 8 mai sont tombés un dimanche cette année. Donc Bernique !
Travaillez plus qu'y disait, nous y voilà bien !

Cette histoire de jours fériés en France est abracadabrantesque. Déjà, il y a tous les religieux qui réclament "leur" jour. Et les athées, ils pourraient bien réclamer comme journée chômée l'anniversaire de Voltaire ou de Clemenceau, ne serait-ce pas légitime ?
Notre République si laïque devrait se pencher sur la question.

Mon frangin, le Professeur Rimbus, s'y est penché, lui, sur cette question. Se faire sucrer des jours de congé comme ça, c'est plus qu'il ne peut supporter.
Je dois ajouter que si le Professeur est un dangereux anarchiste-royaliste, il n'en est pas moins un des premiers défenseurs de l'égalité entre les citoyens, ainsi que de leur bien-être.

Il constate que hormis le 1er mai, objet d’une réglementation particulière, l’article L. 3133-1 du Code du travail fixe des jours fériés légaux ordinaires au nombre de 10 : 4 fêtes civiles les 1er janvier, 8 mai,  14 juillet, 11 novembre ; 6 fêtes chrétiennes les lundi de Pâques (25 avril en 2011), jeudi de l'Ascension (40 jours après Pâques - le 2 juin pour 2011), lundi de Pentecôte (50 jours après Pâques  - 13 juin en 2011), 15 août (Assomption), 1er novembre (Toussaint ), 25 décembre (Noël).

« Il serait peut-être temps de se débarrasser de ces perpétuelles immixtions des religions dans la citoyenneté que sont les jours fériés.  Il suffirait de supprimer dans le Code du Travail toute référence à des « jours fériés légaux », qui n’ont rien à y faire. Gardons seulement le 1er mai (ou plutôt le 1er lundi de mai) comme jour de congé payé obligatoire que l’on ferait mieux de renommer "journée des syndicats" ; notre pays a bien besoin de revaloriser et développer le syndicalisme », proclame le Professeur en levant le poing gauche.

Pour le reste, il propose d'octroyer au citoyen 8 jours, des « jours autorisés  de chômage individuel » (Jaci) dont il pourrait disposer à sa convenance, sans toutefois dépasser 2 jours à la suite, ce qui permettrait de composer "ses ponts" de la meilleure manière.

Voilà une proposition intéressante qui pourrait intéresser les candidats à l'élection présidentielle.

Référence : Lalouette J. Jours de fête - Jours fériés et fêtes légales dans la France contemporaine. Tallandier, Collection Approches, septembre 2010.

6 commentaires:

Nicolas a dit…

Je croyais que la 1er janvier était comme le 1er mai.

Pour le reste, pas trop d'accord... Donc le candidat n'est pas intéressé.

Didier Goux a dit…

Clemenceau, sans accent…

Fabrice a dit…

"Mon frère le Professeur..." c'est celui que je connais ?

Rimbus a dit…

@ Nicolas : c'est juste, j'ai oublier le 1er janvier

@Goux : merci, je corrige

@Fabrice : je n'en ai qu'un :-)

Ju a dit…

il est célibataire ?

Rimbus a dit…

@Ju : le professeur ? Non…