mardi 10 mai 2011

Regarde, c'était en 1981



Regarde,
quelque chose a changé, l'air semble plus léger, c'est indéfinissable…

Regarde,
sous ce ciel déchiré, tout s'est ensoleillé, c'est indéfinissable…

Un homme,
une rose à la main, a ouvert le chemin, vers un autre demain…

Les enfants,
soleil au fond des yeux, le suivent deux par deux, le coeur en amoureux…

Ecoute,
ces fanfares et musiques, tintamarre et magique, féerie féerique…

Regarde
moins chagrins moins voûtés, tous ils semblent danser, leur vie recommencée…

Regarde,
on pourrait encore y croire, il suffit de vouloir, avant qu'il ne soit trop tard…

Regarde,
On a tellement rêvé, que sur les murs bétonnés, poussent des fleurs de papier…

Et l'homme,
une rose à la main, étoile à son destin, continue son chemin…

Seul,
il est devenu des milliers, qui marchent émerveillés, dans la lumière éclatée…

Regarde,
on a envie de se parler, de s'aimer de se toucher, et de tout recommencer…

Regarde,
plantée dans la grisaille, par-delà les murailles, c'est la fête retrouvée…

Ce soir,
quelque chose a changé, l'air semble plus léger, c'est indéfinissable…

Regarde,
au ciel de notre histoire, une rose à nos mémoires, dessine le mot ESPOIR !

2 commentaires:

David Burlot a dit…

"Regarde,
on pourrait encore y croire, il suffit de vouloir, avant qu'il ne soit trop tard…"

Rien que cette phrase me fait plaisir

David Burlot a dit…

tu n'as pas la version "mille colombes" ?