vendredi 1 juillet 2011

L'effet papillon de l'affaire Strauss-Kahn



DSK, Aubry, Hollande, Tron, Lagarde, Baroin… que de destins dépendent d'une simple femme de chambre…

Si Dominique Strauss-Kahn est innocent du crime qu'on lui reproche, son éviction de la direction du FMI est injuste. La nomination de Christine Lagarde pour l'y remplacer est donc entachée, et celle de François Baroin aussi.

Quant à Georges Tron, démissionné, mis en accusation, qu'en est-il ? Sans l'affaire DSK, son destin aurait-il été le même ? Et Bernard Debré, souvenez-vous de ses accusations, de ses certitudes… Quel sera son destin, à lui ? On se croirait dans un mauvais film.

Le "pacte de Marrakech" qui liait les futurs candidats à la primaire socialiste (DSK président, Aubry premier ministre, Royal au perchoir de l'Assemblée…) doit-il se réactiver ? Il semble impossible qu'il y ait un retour en arrière… Qu'on  puisse annuler les primaires… Quoi qu'on soit prêt à tout, aujourd'hui, et les partisans de DSK semblent y croire.

Et toute la vie politique française est chamboulée, l'élection du prochain président de la République Française, le destin même du pays, finalement, aura dépendu d'une femme de chambre de New-York.

C'est ce qu'on appelle l'effet papillon.

6 commentaires:

Didier Goux a dit…

Une autre hypothèse, beaucoup plus drôle à mon avis : que DSK se présente à la Présidentielle, en négligeant complètement les primaires.

Rimbus a dit…

Oui ce serait pas mal… Au point où on en est, de toute façon...

Salvadorali a dit…

Au point où on en était, précisément, le grand ordonnateur de choses a du faire en sorte qu'une pulsion sexuelle pousse le patron du FMI a "séduire" une femme de chambre noire américaine émigrée guinéenne dans un hôtel français de New York...

un beau jaillissement de honte au final, constat planétaire d'une faillite morale, il n'en fallait pas moins pour déclencher la prise de conscience oollective qui nous sauvera peut-être.

mais si DSK trouve encore le front de prétendre à présider la France après cette déculottée, c'est que décidément, il aura payé le prix fort pour une méga cure de "rehab". désormais, Marianne ne risque plus rien de la libido strausskhanienne... une manœuvre d'Anne Sinclair, pourquoi pas ? vite, un Pénitent à l'Élysée !

Romain / Variae a dit…

Je ne te félicite pas, grâce à toi j'ai une infâme chanson de Benabar dans la tête :-)

Accent Grave a dit…

Pourquoi écrivez-vous "SIMPLE" femme de chambre.

J'y vois du mépris. Il semble que cette femme de chambre ne soit pas seulement une femme de chambre (sic). Mais, jusqu'à récemment, il s'agissait d'une accusation de viol, pas d'une femme de chambre.

Bien vrai que cela a tout chamboulé autour du personnage, tout comme une telle accusation, vraie ou fausse, bouleverse tout autour de l'accusé moins connu.

Accent Grave

Anonyme a dit…

et si notre Talleyrand DSK avait orchestré cet enorme coup mediatique du debut a la fin......pour ne pas etre le seul candidat plausible en 2012 et se preserver de la crise mondiale ou il ne fera pas bon etre "president de La France"......hein?hein?

le corbeau d'arago