dimanche 24 juillet 2011

MoscoVoici


PARIS, 24 juil 2011 (AFP) - Pierre Moscovici, coordinateur de la campagne de François Hollande pour l'investiture PS en 2012, entame une procédure judicaire contre les magazine Elle et Voici, qui ont publié ce week-end des photos le montrant avec sa compagne, a annoncé dimanche son avocate, dans un communiqué.

"Pierre Moscovici a décidé d'entamer une procédure judiciaire à l'encontre des magazines Voici et Elle, suite à la publication d'articles et de clichés portant gravement atteinte à l'intimité de sa vie privée et à son droit à l'image dans les parutions de ce week-end", explique Me Julia Minkowski dans le communiqué.

M. Moscovici "usera de toutes les voies de droit nécessaires pour faire cesser d'éventuelles futures atteintes et garantir le respect de ses droits", ajoute l'avocate.

La presse est sans vergogne !

Mais pas sans talent… Les paparazzi d'aujourd'hui ont celui des photographes de mariage. La photo volée est devenu un art, l'année prochaine elle pourrait s'exposer aux Rencontres Internationales de la Photographies à Arles.

Notre président de la République n'est pas le dernier à avoir contribué à élever le niveau, en pirogue avec Cécilia ou dans les rochers de Brégançon.

On consultera avec intérêt "l'Atelier des Icônes" pour s'en convaincre.


Mais après tout, Ségolène elle aussi a montré le chemin, une bonne photo volée peut rapporter un bon paquet (enfin, pas sur l'échelle de DSK, mais sur l'échelle des baltringues)… Pour le journal, au prix des top-models et des photographe-stars, c'est tout bénèf, sans compter l'augmentation des ventes.

La photo volée est non seulement un art, mais c'est une pratique qui fait travailler les avocats, qui se chargent de faire la promotion du journal mis en cause (sans toucher de commission sur l'augmentation des ventes qu'ils ont réalisé). Les meilleurs coups donnent même droit à une campagne télé. Arrivé là, l'avocat est largement plus efficace qu'une attachée de Presse.
La photo volée, couplée à un bon cabinet d'avocat, c'est le meilleur investissement dans un plan de com, vu d'un certain côté (le côté pragmatique, sûrement).

Prenez un journal et son photographe, ajoutez le modèle et son avocat, secouez bien, et vous aurez fabriqué un système "gagnant-gagnant" où chaque intervenant s'enrichit, en cash et en notoriété.

On penserait presque à un "gentleman agreement".


NB : pour respecter la présomption d'innocence, les photos de Pierre Moscovici et de sa compagne ont été floutées.

5 commentaires:

des pas perdus a dit…

Je vais piquer la photo floutée en indiquant la provenance..

Il a mis le doigt dans l'engrenage du people avec cette interview... Qu'il ne joue pas les vierges effarouchés. Il s'est servi du people, le people se sert de lui même s'il y a procès...

Des politiques ou d'autres personnes aussi ou voire plus exposés que lui n'ont jamais eu affaire au people parce qu'ils n'ont jamais voulu dévoiléer leur vie privée...

Rimbus a dit…

Je ne peux pas être affirmatif, mais il me semble qu'un bon buzz permet de faire parler de soi. Maintenant moi je ne donne qu'un point de vue personnel et subjectif, tout en me basant sur du factuel objectif.

Anonyme a dit…

En tous cas, il est revenu aux sources au grand bonheur des gauloises...y avait un temps où il disait préférer les yeux bridés.

dima

Rimbus a dit…

@dima : Je ne m'intéresse pas du tout à la qualité de la personne accompagnant Mosco… C'est le principe de la mise en scène de la vie privée qui me gêne… et de quelle manière les relations se gèrent entre un journal et sa "victime", plus ou moins consentante ; il ne t'aura pas échappé que mon commentaire de cette affaire se veut général.

Anonyme a dit…

L'info est sacrée et le commentaire est libre, mon cher Rimbus.

Ce qui m'intéresse plus ce sont les relations conflictuelles LeFoll/Mosco au sein de l'écurie FH.

Sinon, ce n'est pas nouveau la pipolisation du personnel politique. Généralement, Voici est gagnant : il est condamné à l'amende plus la publication en plein page du jugement après avoir écoulé son tirage. Le concerné (plaignant pris en photo à son insu) en tire aussi des bénéf' au niveau de l'image et de la bourse.

Et puis il faut bien distraire la plébe qui se dore la pillule en attendant la rentrée.

dima