mardi 30 août 2011

Guérini : Le réveil


Les leaders socialistes se réveillent.

La convocation de Jean-Noël Guérini par le juge Duchaine, pour "association de malfaiteurs" semble faire comprendre aux socialistes que "un parti qui construit la République, défend l’État de droit et lutte contre la corruption ne peut pas être pris en contradiction avec des pratiques individuelles" (la citation est de Montebourg).
 
Comme je le prédisais au mois de juin, la droite profite de l'omerta de la direction du PS sur les affaires bucco-rhodaniennes pour jeter l'opprobre sur le Parti Socialiste dans son ensemble en dévoilant les pratiques douteuses de ses cadres. Renaud Muselier ne s'en est pas privé hier.

Harlem Désir s'est peut-être rendu compte que Montebourg avait raison, et explique que si Guérini est mis en examen, il devra se mettre en retrait du PS, et de sa fonction de président de conseil général. Il était Temps. En juillet, Jean-David Ciot, le nouveau patron de la fédération des Bouches-du-Rhône avait aussi conseillé à Alexandre Guérini, monsieur frère, de se mettre aussi "en retrait" du PS (après 2 mises en examen)… Qu'en est-il d'ailleurs ?

Bien sûr, il aurait été préférable de prendre une position courageuse il y a plusieurs mois, sans attendre que la justice ne mette le PS au pied du mur. Au lieu de cela, la commission Richard a démontré son manque de clairvoyance, n'hésitant pas à conclure : «Les constats faits par la commission ne démontrent pas de manquement grave et généralisé aux statuts du PS aujourd'hui en vigueur». Un rapport validé par l'ensemble du Bureau National, sauf par Montebourg, bien entendu, lui qui a dénoncé il y a plus de 8 mois les pratiques douteuse de Guérini. C'est étrange, on a l'impression que tout d'un coup, on a changé d'avis.

Mes amis blogueurs semblent découvrir tout cela. J'en déduis qu'ils ne lisent pas ce blog, ce qui m'attriste un peu. Mais peu importe, ils sont bien disciplinés et suivent sagement les positions de la direction du PS, mieux vaut tard que jamais.

8 commentaires:

Gaël a dit…

là tu es dur avec Annie qui ne découvre nullement tout de même :)

Rimbus a dit…

Mais non, je ne suis dur avec personne. Annie est cohérente, elle m'a dit qu'elle préférait attendre que la direction du PS prenne position pour la suivre. Je respecte son choix, elle est encarté, et pas moi, et ses prises de positions sont donc plus délicates à assumer que les miennes. C'est bien pour ça qu'il est hors de question que je prenne ma carte à un parti, je préfère rester libre.

Nicolas a dit…

Je ne découvre rien, je m'en fous. J'ai réagi uniquement aux propos de Guérini à propos de Désir...

Rimbus a dit…

j'ai pas dis que tu découvrais, mais que tu semblais découvrir. Par contre, je trouve assez grave que tu dises t'en foutre.

Nicolas a dit…

Pourquoi grave ? Je n'ai pas vocation à porter sur mes épaules la misère du monde et je ne suis pas membre du PS (et encore moins du PS du 13).

Je considère qu'il s'agit d'une affaire interne au Parti Socialiste, j'ai donc regretté quand Nono l'a étalée au moment des cantonales et je critique la position de Guérini, maintenant, qui ne devrait pas ressortir ce genre de conneries qui ne peuvent que nuire à la gauche.

Rimbus a dit…

Nicolas, je suis scandalisé par les malversations des politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche. Et je crois que chaque citoyen doit s'en indigner. J'ai du mal à comprendre ta position… mais tu fais bien comme tu veux.

Nicolas a dit…

Rimbus,

Mon garçon, tu es compliqué. Je suis scandalisé de plein de truc, y compris de la corruption des politiques, mais elle est né avant moi et devrait me survivre quelques années. Je n'applique donc pas "une posture" (ce n'est pas injurieux, je ne trouve pas le bon mot).

Mais en tant que type de gauche, je préfère taper sur les types de droite sauf :

1. Quand une copine lance un SOS, j'aime bien profiter de la vague "influence" de mon blog pour le relayer.

2. Quand le type fait une erreur de communication en tapant sur son camp, j'aime bien le dénoncer.

Ainsi, je passe des heures à lire des machins sur Karachi, sur "Woerth" et autre pour essayer d'en trouver un angle d'attaque pour en faire billet,...

Didier a dit…

Je suis entièrement d'accord avec toi. J'irais même plus loin.Le soutien à DSK risque de nous coûter autant que l'affaire Guérini,pour des raisons morales mais plus grave,politiques car l'opinion risque de ne plus comprendre!Quant à taper sur la gauche comme le dit le blogueur Nicolas,il faut le faire maintenant nous même avant que l'électorat ne s'en charge!