mardi 23 août 2011

Pas besoin de règle d'or pour trouver 20 milliards


Nicolas Sarkozy vient encore de nous faire un beau coup d'esbroufe auquel il na faut pas se laisser prendre. La constitution d'une république n'est pas un jouet qu'on manipule au gré des circonstances. La règle d'or n'est qu'un épouvantail sur lequel se posent les corbeaux de la finance.

• Trouver 20 milliards d'euros
François Fillon présentera, nous dit Le Point, les mesures choisies pour ramener le déficit public de 5,7 % du PIB attendus cette année à 4,6 % en 2012, soit une réduction d'une vingtaine de milliards d'euros.

• Revenir sur les mesures inutiles
Pour réduire le déficit, pas besoin de règle d'or, il suffit de revenir sur les mesures inutiles prises depuis 2007. Sur Rue 89, un restaurateur donne des pistes, qu'il interprète avec un corporatisme compréhensible, mais dont on peut s'affranchir.
- TVA sur la restauration : on peut gagner 4,6 milliards, nous propose la Cour des Comptes, en faisant passer le taux à 12 %, tout en soulignant qu'il serait urgent de faire marche arrière concernant cette mesure.

- Niche Copé sur les exonérations des plus-values sur les cessions de filiales : 4 milliards

- Modification de l'exonération d'allégements de charges suite au passage aux 35 heures (22 milliards). On peut bien en récupérer 3 milliards, de toutes façon cette exonération est sans effet sur l'emploi.

- Récupérer les 4,4 milliards de la défiscalisation des heures sup. Encore une loi inefficace sur l'emploi.

On en est à 16 milliards… Je propose de rajouter l'abandon de la dissuasion nucléaire (une opinion partagée par Eva Joly, Paul Quilès… et même le Saint-siège), dans les 4 milliards, et le compte est bon.

Faut-il inscrire dans la constitution l'interdiction du programme de Sarkozy ? Après tout, pourquoi pas…

3 commentaires:

Didier a dit…

C'est un leurre de plus pour les Français tu l'as bien démontré.En plus c'est un message de soumission destiné aux agences de notation pour qu'on garde notre AAA.Sarko a toujours été un bon élève du libéralisme...Ah!!!

Denis a dit…

Depuis 1981, gauche et droite ont gouverné, chacune, 15 années. Or, seulement 30% de l’alourdissement de la dette de l'Etat français est imputable à la gauche. 14.6% rien que sous Sarkozy.

BA a dit…

En France, les pauvres sont de plus en plus pauvres ... mais les riches sont de plus en plus riches.

Lisez cet article :

La pauvreté a culminé en France en 2009, selon l’Insee.

C’est le résultat de la dernière enquête Insee : si la crise née en 2008 a affecté la France entière, elle a touché de plein fouet les plus modestes. Plongeant sous le seuil de pauvreté près d’un Français sur sept.

En 2009, la proportion de pauvres a augmenté, mais encore leur pauvreté s’est accrue. Alors même que le niveau de vie des plus riches continuait de s’améliorer.

Et cette situation perdure, selon les associations de terrain...

Le seuil de pauvreté en France est établi à 954 euros par mois. En 2008, 13% de Français vivaient sous ce seuil. En 2009, 13,5%, soit 400.000 personnes de plus, plus d’un actif sur 10. C’est le niveau le plus élevé depuis 2000, précise l’Insee dans sa dernière enquête qui porte sur l’année 2009.

Des pauvres plus nombreux et encore plus pauvres. La moitié de ces 8,2 millions de personnes vit avec moins de 773 euros par mois.

Et pourtant, dans le même temps, entre 2008 et 2009, le niveau de vie médian des Français a progressé de 0,4%. Une progression moindre cependant qu’en 2008 (+1,7%) ou 2007 (+2,1%).

Les plus aisés eux par contre se sont franchement enrichis. Les 10% de Français qui vivent avec plus de 35.840 euros par an ont vu leur niveau de vie progresser de 0,7%.

Ces inégalités mises en lumière par cette enquête statistique n’étonnent surtout pas les associations de terrain.

"Ca fait des mois qu’on tire la sonnette d’alarme parce que l’on voit arriver de nouveaux publics victimes de la crise, des jeunes sans emploi ou des chômeurs en fin de droit", déplore Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre.

http://www.france-info.com/france-social-2011-08-30-la-pauvrete-a-culmine-en-france-en-2009-selon-l-insee-558339-9-508.html