lundi 10 octobre 2011

Montebourg et sa victoire à la Pyrrhus

 
Et voilà.

Montebourg est troisième.
Je regardais les petits papiers marqués Arnaud Montebourg s'accumuler sur la table, alors que les mains fébriles dépouillaient les petites enveloppes bleues. La loi des séries envoyait des rafales de "Montebourg, Montebourg, Montebourg" répétés à haute voix. Et les petits bâtons s'alignaient sur la feuille officielle.

"Montebourg, Hollande, Aubry, Montebourg, Montebourg"… Et puis une série Hollande, et les bulletins de vote se rangeaient régulièrement en piles bien alignées.

Plus la soirée avançait, et plus il était évident que Montebourg était troisième, dans les 5 bureaux de Arles… un coup de fil à Paul, sur Marseille, donnait les même résultats. Sur un Iphone, une chaine d'info confirmait au plan national ce classement.

Dans la nuit, les comptes se sont terminés. Montebourg était bien troisième… avec un bon écart sur la pauvre quatrième. Le visage du délégué de Ségolène Royal avait les traits qui s'éteignaient comme la lune montait au ciel.

Je suis rentré. J'ai dormi un peu.

Maintenant c'est l'heure du bilan.
Les médias parlent presque plus du troisième que des deux finalistes. Ils étaient attendus, eux.

Alors, que faire de ce beau score ?
Pour Montebourg c'est un point final a ses plus hautes ambitions. Pas de présidentielle en 2012… Pas plus en 2017 si la gauche est gagnante… A moins de s'opposer au président, ou à la présidente sortante. Difficile.

Que va devenir notre programme ? Diluées chez Hollande, perverties par leurs contraires chez Manuel Valls, on peut se demander ce qu'il restera des idées de Montebourg dans le camp du favori. Mais le vainqueur peut offrir un poste ministériel, dans une carrière politique c'est important. On en a même vu qui traversaient le fleuve de la honte pour un maroquin qui les appelaient sur la rive droite.

Chez Martine Aubry, ses idées peuvent être soutenues par Benoît Hamon, et renforcer la candidate challenger… mais Arnaud Montebourg est-il le berger de ses électeurs dont on ne sait rien ? L'option n'est pas sans risque, la victoire n'est pas assurée, et la championne n'a peut être pas les capacités de remporter la victoire finale pour atteindre l'Elysée.
Mais dans un sens, un victoire de la droite redonnerait ses chances à Montebourg pour l'échéance suivante. Mais à quel prix !

Cette victoire d'aujourd'hui est un peu "à la Pyrrhus". Ses idées défendues depuis 10 ans n'ont pourtant jamais été plus populaires…  Mais ces concepts étranges, en rupture avec la sociale-démocratie défendue par les deux finalistes ne sont pas utilisables à la carte et sont un tout cohérent, de la sixième République à la démondialisation, en passant par la régulation financière.

Le plus grand risque, c'est qu'on revienne à cette politique de l'eau tiède, soumise au dogme de "there is no alternative", et qu'on doive s'engager derrière un vainqueur sans audace pour réussir l'alternance, en 2012… Avec la poursuite d'une politique austère soumise au dogme libéral et financier.

Nous verrons bien. La balle n'est plus dans le camp de Montebourg, quoi qu'on en dise. C'est l'attitude des deux finalistes qui déterminera si son engagement trouve un débouché politique. Et si son influence se retrouve dans le futur programme socialiste, ses partisans n'auront pas tout perdu.

Il est parfois plus simple de gérer une défaite qu'une victoire.

11 commentaires:

Joseph DeStale a dit…

On appelle les citoyens à voter, puis on retombe dans les tractations d'arrière cour où on monnaye "ses" voix. M. Montebourg se voit grand, mais ce n'est qu'un boutiquier.

Monsieur Poireau a dit…

Joseph DeStale : tu n'as pas du écouter Montebourg ce lundi. Il va écrire une lettre PUBLIQUE à laquelle il demande aux deux candidats arrivés en tete de bien vouloir répondre. De quel marchandage et de quel boutiquier parles-tu ? Un fantasme ?

Rimbus : bel article réaliste. Montebourg n'a pas gagné. Il reste maintenant à se battre pour dégommer l'UMP. Au boulot ! :-)

Mike Hammer Papatam Andropov a dit…

Tout à fait d'accord, voir ce qu'ils proposent, et ou en est exactement leur programme, mais bien l'impression que tous les deux sont des grands accompagnateurs du capitalisme, comme beaucoup.
Mais il a ouvert une brêche...
Et il donne l'espoir d'incarner d'autres valeurs que celles, lancinantes, routinières et destructrices de ce qui se fait maintenant depuis déjà trop longtemps (gérer raisonnablement un navire qui risque de sombrer d'une trop grande violence des flots (financiers et mondiaux) alentours).
La crise mondiale et ce qui se passe dans ces pays dont les peuples sont "dressés" à s'appauvrir pour éponger les dettes des escrocs qui les ont représenté depuis trop longtemps (ceux-là même qui serrent toujours aimablement les pognes de nos dirigeants), en est la preuve.
Quoiqu'on puisse en dire, il est de son temps, et certainement, vu ce qui se prépare, des temps à venir.
(Mais le truc serait de s'emballer dans un lyrisme ne menant à rien, ce qu'il aurait peut-être trop tendance à faire (et moi aussi, c'est mon côté castafiore (NON pas nadine morano). Qu'il creuse, approfondisse et développe encore son programme. Qu'il l'affine et le précise; après, hein..

GdeC a dit…

moi je rêve que... ce serait tellement logique. mais non... Attendons mercredi.

Romain JAMMES a dit…

Cet article me rassure un peu. J'espère que vous ne baclerez pas votre décision.

Pour vous aider peut-être...

http://www.romain-jammes.fr/?p=1349

Anonyme a dit…

Rimbus, ton analyse est assez bonne. Très bonne même si on se cantonne au Parti socialiste. Je ne caresse pas plus d'illusion que toi sur la volontés des deux candidats restant en lice d'en découdre avec le capitalisme...

Mais il ne faut pas oublier que la raclée est à plusieurs épisodes. Après cette première fessée, les électeurs peuvent très bien se charger d'en administrer une suivante. Au candidat socialiste restant en piste...

On peut remonter à Gaston Defferre, le fameux monsieur X de la presse dont a su au soir du premier tour de la présidentielle de 69 que X = 5%. Ou bien à Jospin qui a lamentablement échoué par deux fois. Ou bien à Royal qui a perdu, d'une façon calamiteuse, une élection pourtant réputée "imperdable".

J'ai voté Montebourg et l'année prochaine je voterai Mélenchon. Faut pas compter sur moi pour voter Aubry ou Hollande. Pas plus dimanche prochain que l'année prochaine. Ou alors ils faudrait au moins qu'ils décident de faire leur le programme de Montebourg. Tout son programme. Mais ça, je n'y crois pas...

Je me demande si le plus clair des 17% de Montebourg ne vont pas tout simplement faire comme moi. Voter directement pour le candidat de la démondialisation restant en piste. Mélenchon. Sans se laisser raconter des histoires sur le vote utile. Les 17% de Montebourg semblent déjà avoir été utiles, non ? Les 17% de Mélenchon le seront aussi. Montechon puis Mélenbourg.

Enfin, moi, ce que j'en dis...

Monsieur Poireau a dit…

Pardon pour la pub mais Anonyme, je te renvoie à mon article du jour http://monsieurpoireau.blogspot.com/2011/10/primaires-secondaires.html
:-)

Captainhaka a dit…

Pardon d'être si direct, mais je n'ai pas bien saisi ta position personnelle maintenant que A.M n'est plus (si l'on puis dire) dans la course ?

Joseph DeStale a dit…

Le PS se suicide en direct. L'impétrant paltoquet Montebourg héritera bientôt d'un PS bobobourge à son image. Reste à disputer à Méluche le titre du plus "à gôche"....
Pendant ce temps, Sarko ricane déjà.

See Mee a dit…

J'ai moi aussi assisté au décompte des petits papiers. Heureusement, je suivais les infos sur Twitter aussi pour les camarades du bureau de vote, sinon j'aurais pris mes rêves pour la réalité : Montebourg second !!! Si-si sur environ 250 votants, 4 voix de plus que Aubry et Royal (à égalité). Hollande a eu presque le double.

Sinon, ok avec Anonyme pour dire qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours, etc. Mais peut-on dire que le premier tour des présidentielles peut être dangereux, et voter tout de même Mélenchon... ou EELV ? Je ne sais toujours pas comment je me situe sur cette question ! J'aurais aimé une coalition PG / EELV / Montebourg. Des choses impossibles, je sais, mais... après tout Hue soutient bien Hollande et Bové pour Aubry, tout est possible !

Rimbus a dit…

@Joseph destale : M. Poireau a répondu pour moi

@Mike Hammer : on a déja gagné quand même puisque nos idées sont au centre du débat. Et ces idées là vont continuer à vivre !

@Gauche de combat : je sais à quoi tu rêves… j'aimerais bien aussi mais j'en doute.

@RomainJames : chouette billet, moi aussi je mets la 6e république au centre de tout

@Anonyme : je fais partie de l'aile gauche Montebougeoise, mais il y a aussi une aile droite ;-)

@captain Haka : mon positionnement c'est mon billet d'aujourd'hui, puisqu'Arnaud n'a pas donné de consigne de vote.

@seemee oui, tout est possible… Yes we can !

(désolé de répondre tardivement, mais j'avais pas le temps)