mercredi 5 octobre 2011

Sauvons la gauche, dimanche votons Montebourg



Un seul vote peut avoir une utilité, dimanche : Montebourg.

Les leaders socialistes des trente dernières années ont abdiqué devant la social-démocratie, et son libéralisme financier, une idéologie initiée par Jacques Delors, Pascal Lamy et Michel Camdessus au début des années 80.

Cette dérégulation financière organisée par des hommes de gauche a montré ses limites et sa perversion. C'est ce système que Montebourg propose de changer.
François Hollande, Martine Aubry, sont les descendants de cette idéologie (au sens propre comme figuré).

Les citoyens qui expriment leur colère et leur indignation, un peu partout, expriment ce ras-le-bol devant un système financier qui privilégie l'enrichissement spéculatif plutôt que l'enrichissement produit par le travail.

Ils en ont ras-le-bol d'un système politique qui privilégie une petite oligarchie qui décide de tout, de rentiers qui s'enrichissent à outrance alors que les travailleurs s'appauvrissent toujours plus.

Montebourg propose un changement radical. Un changement constitutionnel, avec la sixième république qui redonne au citoyen une place centrale dans la bonne marche de l'état ; un changement financier, en rétablissant les règles et des contrôles abandonnés à la fin du XXe siècle ; un changement écologique et économique, en privilégiant les circuits courts entre la production et la consommation, en instaurant un protectionnisme inspiré des idées de Keynes ; un changement industriel, en privilégiant les coopératives et en soutenant l'innovation et la recherche…

Dimanche nous auront l'occasion de voir s'affronter ces deux conceptions de la société si face a un social-démocrate nous plaçons Montebourg, pour un nouveau socialisme de rupture, audacieux et innovant.

Pour un vrai débat sur les fondements du socialisme et sa rénovation, votons Montebourg dimanche.

1 commentaire:

Denis a dit…

Je voterai Royal. a noter qu'Arnaud ne l'a jamais attaquée !