mardi 6 décembre 2011

Montebourg et les agences de notation


Bourdin 2012 : Arnaud Montebourg


Benoît Hamon rejoint une nouvelle fois Arnaud Montebourg en dénonçant le rôle néfaste des agences de notation (ce soir, sur Public Senat).

Nous sommes pieds et poings liés, à la merci de financiers indépendants, dont on ne sait rien, ni de leur patrimoine, ni de leurs affaires, et ces braves gens peuvent faire gagner des dizaines de milliards d'euros aux usuriers et spéculateurs, sur la seule appréciation qu'ils ont des nations.

Réfléchissons deux minutes : un pays comme la France, avec son patrimoine sans équivalent, qui est une des premières destinations touristique, avec un PIB important, un système fiscal efficace, ce pays aussi riche, pourrait-il être insolvable, et faire défaut sur sa dette ?

A quoi correspondent ces notes qui déterminent les taux d'intérêts en réalité ?

La France risque-t-elle plus de faire défaut dans un mois qu'hier ? Le risque pour les prêteurs est-il plus grand ? Non, bien entendu.
Tout cela n'est qu'une excuse pour spéculer. Et le pays pris dans cette spirale des taux d'intérêts variables voit irrémédiablement le montant de ses échéances de remboursement augmenter, ce qui déséquilibre encore plus son budget, le contraignant à s'endetter plus, jusqu'à voir sa note dégradée encore, ce qui ravit les créanciers dont le profit va augmenter…

C'est exactement le mécanisme de la crise des subprimes qui se reproduit.

Quant à la règle d'or, elle revient à dire à un industriel en difficulté qu'il faut qu'il stoppe net ses campagnes de promotion publicitaire, et qu'il vende une ou deux machines outils, avec les salariés qui vont avec, pour redevenir compétitif. Et surtout ne pas recourir à l'emprunt pour boucler son budget et amorcer sa relance, mais au contraire réduire sa production.

Un truc de cinglé en somme.

PS : le blog La rénovitude nous démontre avec beaucoup de style qu'on peut se passer du AAA et même du A. C'est à lire.

Aucun commentaire: