mardi 22 novembre 2011

L'éruption de la fin


Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.

En écrivant l'Internationale, en 1871, Eugène Pottier n'espérait sans doute pas que 140 ans plus tard, ses paroles seraient toujours d'actualité… tout au plus "les rois de la mine et du rail" sont devenus "les rois de l'usure et de la finance".

Non seulement le travail a été dévalisé, mais il a été tué. Les financiers ont compris que l'activité spéculative rapportait plus et plus vite que l'activité productive.

Leur volonté fait force de loi, et l'usurier a pris le pas sur l'élu politique. Les gouvernements se font pour complaire aux financiers au détriment du citoyen.

Cet état de fait n'est pas fortuit. Il a été voulu, orchestré, volontaire. La pensée libérale a poussé à abolir les règles financières pour abolir leurs contraintes… Liberté, que de crimes n'a-t-on commis en ton nom ? disait madame Rolland sur l'échafaud en 1793.

Quant aux chefs de gouvernements qui se sont mis dans les mains de leurs créanciers en succombant aux sirènes de la finance, confondant investissement et mauvaise gestion, il sont arrivés au moment de l'addition, et doivent faire régler la note par leurs administrés.

Mon ami Yann Savidan écrit ce matin sur son blog : "Je ne sais pas pour vous mais depuis quelques jours, quelques semaines, j'ai comme la très nette impression que nous sommes tous assis sur un volcan qui monte en fusion et qui, sans aucun doute, va enter en éruption."

La raison tonne en son cratère, c'est l'éruption de la fin, disait Eugène Pottier.

Agences de notation : la solution Montebourg



Le président du Conseil général de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg (PS) a opposé lundi une fin de non recevoir à l'agence de notation financière Fitch qui avait contacté la collectivité pour lui proposer ses services en mettant en avant "l'intérêt" d'une note pour le département.

Arnaud Montebourg affirme qu'il ne sera pas donné suite à cette demande :

"Nous émettons les plus expresses et rigoureuses réserves quant à votre prétention à "déterminer" la capacité de notre département à "honorer, en temps et en heure, sa dette, intérêt et principal", poursuit le courrier du président du Conseil général qui qualifie l'activité des agences de notation de "nuisible".
"La seule institution que nous considérons fiable et capable d'évaluer nos comptes publics est la Chambre régionale des comptes", "sous le contrôle de la Cour des comptes", ajoute-t-il.

En conclusion, le courrier prévient Fitch que le Conseil général "se réserve le droit à poursuivre sévèrement la réparation du moindre préjudice qui résulterait de toute information incomplète, erronée ou tendancieuse délivrée par votre agence au sujet de nos comptes publics".

(AFP)

vendredi 18 novembre 2011

Поющие Гитары - Полюшко-Поле


Les Beatles soviétiques

Les "Singing Guitars" un  véritable groupe de pop soviétique des années 60 ont été créés sous l'impulsion  de Anatoli Vassiliev* (guitare et chant)  avec Eugène Bronevitsky (basse, chant) Vladimir Kalinine (guitare et chant), Léo Vildavsky (piano) Galina Baranova (chant) et Sergey Lavrovskii à la batterie. 
Après avoir débuté en animant des camps de vacances de la mer Noire, ils réalisent leur premier enregistrement en 1968, puis font des tournées en Allemagne de l'Est et en Tchécoslovaquie en 1970. Le groupe déclinera dans les années 80 après des expériences plus tournées vers les spectacles d'opéras rock (dont l'adaptation russe de "Jesus Christ Superstar" en 1989). Le groupe s'est reformé brièvement en 1997 à la surprise de tous pour une série de concerts de reprises de leurs vieux tubes qui a eu beaucoup de succès.

Cette reprise de "Poliushko-Pole" est tout à fait kitch et m'a bien fait rire. ;-)



*(à ne pas confondre avec le metteur en scène contemporain)

ps : ce que j'aime dans les blogs, c'est la totale inutilité de certains billets, comme celui-ci, fruits de la sérendipité et de la curiosité. La vacuité n'est peut être pas exempte d'une certaine sagesse.

mercredi 16 novembre 2011

Occupy


lundi 14 novembre 2011

Montebourg et Mélenchon : le fond et la forme


 Divergence de forme évidente, entre Montebourg et Mélenchon.

Quand Jean-Luc attaque François Hollande ("capitaine de pédalo dans la tempête"), Arnaud prend la défense de l'impétrant qu'il a choisi de soutenir… en renvoyant le camarade Méluche dans ses cordes avec le qualificatif de nouveau "Georges Marchais".

C'est ce que la presse résume, un florilège de petites phrases sans réelle signification, si ce n'est de parfaire des postures… la politique est aussi un théâtre, hélas.

Mais en écoutant l'un et l'autre, ce matin, Montebourg face à philippe Cohen sur France Inter et Mélenchon questionné par Bourdin sur BFM TV, on comprend que sur le fond la convergence est toujours là, sur de nombreux points :

Les deux fustigent le diktat des marchés financiers qui imposent les nouveaux gouvernements en Europe… dont le gouvernement grec d"union nationale" qui accueille l'extrême droite dans ses rangs, ce qu'ils dénoncent avec la même véhémence. Ils sont tous deux favorables à un référendum sur le nucléaire. Ils veulent de manière identique faire payer ceux qui ont profité de la spéculation financière pour s'enrichir.

Sur le fond, leur vision est identique… Mais si le champ de bataille est bien identifié, les chemins pour y arriver sont différents. Arnaud Montebourg, qui a gagné une nouvelle notoriété au cours des Primaires, entend bien conserver sa liberté de parole, sans prendre une place particulière dans l'organigramme de la campagne présidentielle de François Hollande. Son objectif est de peser dans cette présidentielle pour y défendre ses idées, celles qu'il partage avec les autres partenaires de l'opposition de gauche.

Montebourg se positionne toujours comme l'acteur principal de l'unité des gauches, de Mélenchon à Chevènement, en passant par les écologistes. Le combat fratricide est sans issue, et il défend l'idée que les socialistes reprennent les idées des autres formations, rouges ou vertes. Au delà des postures, il y a une présidentielle a gagner.

Sans concession avec la direction du PS, dont il rappelle le manque de réactivité, il poursuit son combat pour la rénovation des pratiques socialistes : il appelle les conseillers généraux des Bouches-du-Rhône a mettre Jean-Noël Guérini en minorité et le PS a engager une procédure d'exclusion à son encontre, ainsi que son frère Alexandre.

Il confirme la mise en place de son nouveau mouvement, bien en dehors du PS, comme de nombreux de ses sympathisants… Son nom définitif reste à trouver (la nouvelle France, celui qui avait été envisagé il y a quelques semaines, est déjà un club de réflexion marseillais initié par Karim Zéribi, l'ancien porte-parole de Jean-Noël Guérini…).

Arnaud Montebourg ne met pas tous ses œufs dans le même panier.

dimanche 13 novembre 2011

J'emmerde la journée de la gentillesse



Le titre est emprunté à un tweet de monsieur Marc Vasseur.
La vidéo a été retrouvée par madame Annie Lasorne.

Cette journée de plus, hymne à l'aveuglement de Candy au pays des Bisounours, a un but très précis… c'est le magazine "Psychologies" (inventeur du concept) qui nous le dévoile :
"redonner du sens au travail, permettre de développer la qualité des relations entre collaborateurs et veiller au bien-être des individus pour améliorer les performances de l’entreprise sont au cœur du débat."

C'est donc bien une réponse à la crise que nous enseignent les promoteurs de cette belle journée de la gentillesse (c'est écrit dans le chapo de l'article de Psychologie) :

"Et si les crises que nous vivons étaient aussi une opportunité ? En nous obligeant à faire notre examen de conscience, elles nous invitent à repenser notre façon d’agir. La bonne nouvelle : l’être humain est gentil. Vous en doutez ? Des études le prouvent, et les initiatives misant sur l’entraide et la bienveillance se multiplient !"



Les mots ont un sens : si face à la crise, nous devons faire notre examen de conscience, c'est bien que nous en sommes les responsables (la crise de la dette, c'est nous). Et si nous sommes responsables, nous ne sommes pas loin d'être coupables, donc punissables. Bref, si nous allons manger une soupe amère à l'austérité, et bien ce n'est que mérité, nous n'avons pas été gentils.

Pourtant l'être humain est gentil, nous racontent les psychologues de papier (et les "études" le prouvent). Nous sommes donc doublement coupables. Pour un peu, on penserait qu'on devrait être doublement punis.

Au lieu d'être gentils, nous nous indignons, nous revendiquons, certains lèvent même le poing, et c'est méchant, semblent nous expliquer les psychologues de papier.
Mieux vaut nous convaincre que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles, organisé de la meilleure façon qui soit.

Une parfaite fabrique du consentement… tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil !



Et si on nous prenait pour des cons ?

vendredi 4 novembre 2011

La vérité est-elle dans le Big Mac ?


Que penser du Big Mac Index, cette mesure de parité de pouvoir d'achat (PPA), inventée par le magazine The Economist en 1986 ?

Le principe est simple, il consiste à comparer le prix du hamburger Big Mac, un produit identique vendu dans le monde entier, pour en déduire la valeur réelle de la monnaie du pays où il est vendu. L’idée semble intéressante car beaucoup de choses rentrent en compte dans le prix d’un hamburger, comme le faisait remarquer Laurent Pinsolle cet été. Outre le prix des aliments, il y a une forte composante de mains d’œuvre, mais également le loyer des fast-foods ou encore les frais généraux…

C'est en prenant en compte les données du développement de chaque pays que The Economist a affiné son étude en juillet dernier : "C'est pour mieux estimer la valeur actuelle d'une monnaie que nous utilisons la «ligne de meilleur ajustement» entre les prix Big Mac et le PIB par personne" qui prend en compte, entre autres, le coût salarial plus faible dans les pays moins développés.

Avec ces nouvelles données, ses conclusions vont à l'encontre des idées reçues. 
Si l'euro est bien surévalué de 36% par rapport au dollar, la monnaie chinoise ne serait sous-évaluée que de 7 % (au lieu de 44 % en données non corrigées).

 Quel est donc l'intérêt des Français à avoir un Euro si fort ?

Notre industrie est plombée, notre balance commerciale est en déficit, la stabilité des prix nous empêche de réduire notre dette (ce qu'une inflation maitrisée permettrait).

Bien sûr, un Euro fort permet de payer moins pour un pétrole de plus en plus cher, mais c'est au détriment de notre croissance.
L'épargne est préservée, mais l'activité est au point mort, avec un chômage en hausse constante. Alors que la seule chance de l'Industrie serait d'être toujours plus innovante, on constate que l'investissement ne suit pas l'augmentation des profits, qui sont accaparés par un actionnariat à la recherche d'encore plus de dividendes et de retour rapide sur investissement. L'Euro n'est fort que pour préserver la fortune existante.

Et finalement, l'Euro pourrait bien mourir de sa bonne santé.

Un jour viendra peut-être où le prix du bol de riz cantonnais remplacera le Big Mac Index. Nous n'en sommes pas encore là, mais nous en prenons le chemin.

Sur le plan diététique il faut nous en réjouir.

jeudi 3 novembre 2011

L'Empire Céleste


Le président chinois Hu Jintao, qui se trouve actuellement en France pour participer au Sommet du G20, a envoyé un message de félicitations pour la réussite du premier amarrage spatial du pays.
Le rendez-vous et l'amarrage entre le vaisseau spatial Shenzhou-8 et le module de laboratoire spatial Tiangong-1 ont eu lieu jeudi à 01h35, à environ 343 kilomètres de la surface terrestre.

Le succès de la mission signifie que la Chine est devenue le troisième pays après les Etats-Unis et la Russie à maîtriser cette technologie, qui sera cruciale à la construction d'une station spatiale permanente chinoise à l'horizon 2020.

"Faire des percées technologiques et maîtriser les techniques d'amarrage spatial sont des éléments vitaux pour la stratégie de développement en trois phases de notre programme spatial habité", a souligné le président Hu Jintao dans son message.
(Xinhua)

Un succès technologique qui n'est que le reflet d'une puissance économique toujours plus affirmée.

Comme l’annonçait en juillet 2011 le Quotidien du Peuple, la Chine peut remplacer à elle seule le FMI, avec ses réserves totales de change qui atteindraient, selon l'économiste Antoine Brunet, 4900 milliards de dollars, si l’on tient compte de Hong Kong et des fonds publics d’investissement (SWF) – trois en République populaire et un à Hong Kong – chargés d’optimiser leur gestion.
Maîtres de l'espace, alors que les lanceurs russes accumulent les problèmes et que les Américains n'ont pas pu remplacer leur navette, les Chinois sont aussi maîtres de la finance.

En achetant l'Europe, d'une certaine manière, la Chine vient de clore la question d'un éventuel protectionnisme, et en remplaçant les Etats-Unis dans le rôle de sauveur du vieux continent, elle vient peut-être de rompre une ère qui avait commencé avec le plan Marshall en 1948.

La Chine semble prendre aujourd'hui une avance technique et économique décisive.

mercredi 2 novembre 2011

Solidaire avec Charia Hebdo !



La rédaction du journal satirique français Charlie Hebdo, qui publie ce mercredi un numéro spécial rebaptisé "Charia hebdo" avec à la Une une caricature de Mahomet hilare, a été détruite dans la nuit de mardi à mercredi par un incendie criminel.
Piratage informatique présumé, la page d'accueil du site internet du journal était en outre remplacée peu avant 07H30 par une photo de la mosquée de La Mecque en plein pèlerinage, avec ces mots: "Not god but Allah" ("Pas d'autre Dieu qu'Allah").


La liberté d'expression doit être totale, ou ne pas être.

Acheter Charia Hebdo est aujourd'hui un devoir civique.