mardi 17 janvier 2012

Montebourg contre les charlatans


"Pour moi, les agences de notation sont des charlatans. Elles sont à l’origine de la grande escroquerie mondiale de la crise des subprimes, parce qu’elles ont noté AAA des produits qui étaient toxiques. Et maintenant, elles gagnent de l’argent sur le dos des Etats européens"

Arnaud Montebourg ne mâche pas ses mots. Par trois fois, il a réitéré son soutien total à François Hollande, quand les journalistes voudraient mettre en doute sa fidélité au vainqueur des Primaires.

En ce qui concerne l'agence Standart & Poors, qui n'a pas vu la crise des subprimes, ni la faillite de Lehmann Brothers (qui était noté AAA encore deux jours avant sa faillite, le 15 septembre 2008), on notera que la raison de sa dégradation de la France n'est autre que la politique de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement :

"Un processus de réformes fondé sur le seul versant de l'austérité budgétaire risque de se vouer lui-même à l'échec, la demande intérieure chutant parallèlement aux inquiétudes croissantes des consommateurs sur la sécurité de leur emploi et de leurs revenus, minant les recettes fiscales des pays" (La Tribune).  

C'est donc bien une politique stupide qui a été dégradée, plus que la France. Un éclair de lucidité chez les charlatans ?

5 commentaires:

Le Prétorien a dit…

Rimbus l'AMOUR vous aveugle car pour Montebourg,"l'em.... c'est la rose"
Les voix de la politique sont impénétrables , après avoir
qualifié Hollande de " plus gros défaut de Ségolène " ... de " Flamby" ...de " Guy Mollet " . Ce ralliement est ... étonnant !
Bientôt le "Arnaud Montebourg Tour " dans votre ville
Montebourg a raison quand il dit que les agences de notation
sont des charlatants, mais hollande est bien content de s'en servir,sans celà il n'aurait plus rien à dire .

Trouver plus nul que lui, c'est un vrai parcours du combatant.

Jeanmi a dit…

On dit, on dit, on dit mais que fait-on ? Nous avons au moins cette année l’occasion de faire alors aux urnes citoyens !

Toréador a dit…

Moui, pas d'accord. S&P a dégradé bon nombre de pays et nous savons tous qu'un déficit est une boule de neige. Tout le monde est responsable, de Mitterrand à Sarko

BA a dit…

Vendredi 3 février 2012 :

Marine Le Pen (24%) vient derrière François Hollande (27%) dans les intentions de vote des actifs pour le premier tour de la présidentielle, dépassant Nicolas Sarkozy (18%), François Bayrou (13%) et Jean-Luc Mélenchon (8%), selon un sondage Ifop pour L'Humanité à paraître vendredi.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/politique/afp_00421498-presidentielle-marine-le-pen-derriere-hollande-au-1er-tour-selon-les-intentions-de-vote-des-actifs-283712.php

Tout va très bien, madame la marquise.

Tout va très bien, tout va très bien.

BA a dit…

Un symbole.

Les ouvriers n'étaient pas là.

Les ouvriers étaient absents, alors l'Elysée a fait appel à des figurants pour jouer la comédie devant les médias.

C'est un symbole du quinquennat Sarkozy : des figurants qui jouent la comédie.

Une mascarade.

Vendredi 3 février 2012 :

Quelques jours après ses annonces télévisées, le président de la République était, jeudi 2 février, dans l'Essonne pour défendre son plan, très critiqué, pour tenter de régler la crise du logement par la hausse de 30% des droits à construire. Afin de mettre le tout en images pour les médias audiovisuels, il a visité un chantier à Mennecy où il fut accueilli par des ouvriers, avec leurs casques et en tenue de travail : la photo a depuis été reprise par toutes les rédactions, dont Le Monde.fr.

Mais Europe 1 révèle ce vendredi matin qu'une partie des ouvriers présents ne travaillaient pas sur ce chantier. Pire, certains ne seraient même pas des ouvriers en bâtiment, mais de simples figurants.

Selon un cadre du chantier qui s'est confié à la radio :"Ils voulaient plus de monde autour de Nicolas Sarkozy". L'Elysée aurait été jusqu'à demander de doubler les effectifs le temps du passage du président.

Selon Europe 1 ce serait ainsi plusieurs dizaines n'appartenant pas au chantier qui seraient venus jouer la comédie en se glissant parmi les soixante vrais ouvriers. Certains aurait été rapatriés de chantiers voisins, d'autres seraient des fournisseurs, des chef de chantiers...

Les présents auraient par ailleurs été priés de faire semblant de travailler devant la presse alors qu'à cause des températures glaciales des derniers jours, il leur était normalement interdit de travailler. Selon Europe 1, ils seraient d'ailleurs rentrés chez eux juste après le chantier.

Interrogé, l'Elysée n'a pas nié. "Nous avons simplement voulu donner la possibilité d'être présents, à tous ceux qui ont, par le passé, ou auraient à l'avenir à travailler sur ce chantier", a expliqué le service communication de la présidence à Europe 1.

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/03/des-figurants-pour-accueillir-nicolas-sarkozy_1638331_1471069.html