samedi 11 février 2012

La volupté est une conséquence


Natacha : Cette fois-ci c'est vous qui mentez.
Lemmy : Non, quand je vous ai dit que je suis amoureux de vous.
Natacha : Amoureux ! Qu'est ce que c'est ?
Lemmy : Ça.
Natacha : Non, ça je sais ce que c'est, c'est la volupté.
Lemmy : Non, la volupté est une conséquence, elle n'existe pas sans l'amour.
Natacha : Alors l'amour c'est quoi ? ... Ta voix, tes yeux ... tes mains, tes lèvres ... nos silences, nos paroles ... la lumière qui s'en va, la lumière qui revient, un seul sourire pour nous deux. Par besoin de savoir, j'ai vu la nuit créer le jour, sans que nous changions d'apparence. Ô bien aimé de tous et bien aimé d'un seul. En silence, ta bouche a promis d'être heureuse. De loin en loin, dit la haine. De proche en proche, dit l'amour. Par la caresse nous sortons de notre enfance. Je vois de mieux en mieux la forme humaine comme un dialogue d'amour. Le cœur n'est qu'une seule bouche. Toutes les choses au hasard, tous les mots dits sans y penser, les sentiments à la dérive, les hommes tournent dans la ville, le regard, la parole, et le fait que je t'aime. Tout est en mouvement. Il suffit d'avancer pour vivre. D'aller droit devant soi, vers tous ceux que l'on aime. J'allais vers toi. J'allais sans fin vers la lumière. Si tu souris c'est pour mieux m'envahir. Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard.

4 commentaires:

Didier Goux a dit…

Vous êtes sûr que ça va ?

Anonyme a dit…

Moi je comprends

Massilian a dit…

Yo ! Un beau morceau de Godard fondant pour la Saint Valentin. C'est inattendu. Merci !

Alexis Logié a dit…

Moi aussi !