mardi 29 mai 2012

Avec Montebourg, en centre de redressement (productif)



Dimanche dernier, j'étais à Glux-en-Glenne, au pied du Mont-Beuvray, entre la Nièvre et la Saône et Loire, pour l'assemblée annuelle des Montebourgeois.

Sous le grand chapiteau, place de l'église, quelques centaines de militants écoutaient les intervenants nous parler de politique, de militantisme et d'économie (avec le journaliste Renaud Chenu, le professeur d'histoire Jean Vigreux, mon camarade Stefan Raphael du service communication PACA et Jérôme Maucourant, Maître de conférences de sciences économique)

Puis Arnaud Montebourg est arrivé, pour nous parler de cette belle victoire de la gauche, et de nos actions communes, futures et passées… un grand moment !

Malgré les centaines de militants qui voulaient l'approcher, l'embrasser, lui parler ou se faire photographier avec lui, le ministre du Redressement Productif a eu la gentillesse de m'accorder 10 minutes d'entretien, en tête à tête, pour parler des coopératives et de Fralib… Quand je l'ai remercié, il m'a répondu : "je te dois bien ça"… C'est bien la première fois de ma vie qu'un ministre de la République m'est redevable de quoi que ce soit, et je ne suis pas près d'oublier ça.



Bref, Arnaud est resté l'homme simple et cordial que je connaissais, malgré la pression et la charge de son ministère. Il m'a dédicacé son dernier livre.



Après un repas convivial, avec mes camarades de l'équipe de campagne des Primaires, je suis allé dormir à Château-Chinon, dans l'hôtel du Vieux-Morvan, là même où François Mitterrand avait ses habitudes (c'était sa résidence Morvandelle), et moi qui crois aux forces de l'esprit, il me semble que j'ai été visité dans la nuit par le fantôme du grand homme, qui plane encore entre les murs de ce lieu mythique.

Il y a des jours (et des nuits) qui vous changent un homme, et ce week-end de la Pentecôte était de ceux-là.

6 commentaires:

Arlaten 38 a dit…

Belle rencontre, bel échange !
Ces deux jours nous ont fait grandir...

Massilian a dit…

L'hagiographie peut-elle être de gauche ?

HAGIOGRAPHIE, subst. fém.

A. − Branche de l'histoire religieuse qui étudie la vie et les actions des saints. L'hagiographie était une branche maintenant perdue de l'art (Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 38).
B. − P. méton. Ouvrage consacré à la vie d'un ou de plusieurs saints. Il prépare une Belgica sacra, veut compléter l'Hagiographie belge de Geneskier (Michelet, Journal,1837, p. 223).
− P. ext. Biographie excessivement élogieuse. Régimes d'usurpation et de mensonge occupés à se constituer une hagiographie. (...) un martyr, un emblème, un chant de route, voilà le minimum indispensable pour cacher de viles origines sous la dorure fallacieuse de la légende (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 174).
Prononc. et Orth. : [aʒjɔgʀafi]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1813 (Gattel, Dict. ds Quem. DDL t. 2). Dér. de hagiographe*; suff. -ie*. Fréq. abs. littér. : 16.
DÉR.
Hagiographique, adj.Relatif à l'hagiographie. a) [Correspond à A] Le mépris des créatures montré par les saints et dont il est beaucoup question dans la littérature hagiographique (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 82).b) [Correspond à B p. ext.] La méthode hagiographique, plaie des biographies littéraires et historiques (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 257).− [aʒjɔgʀafik]. − 1reattest. 1840 (Ac. Compl. 1842); dér. de hagiographie, suff. -ique*.

Rimbus a dit…

@Arlaten38 c'était chouette, hein ? j'étais content de t'y voir… bise

@Massilian jaloux ?

bellock a dit…

Hey, what did you expect?repiex36

bellock a dit…

Hey, what did you expect?

Braque a dit…

Maintenant, la question, c'est: aura-t-il les moyens de faire quelque chose comme ministre?