mercredi 9 mai 2012

Débarrassez nous de Bernard Squarcini, M. le président !



Puisque la Justice est au cœur du programme de notre nouveau président de la République, il semble urgent de nettoyer notre pays de cette gangrène que représentent les officines et les passe-droit.

Notre République doit-elle continuer a supporter des personnages comme Bernard Squarcini ? Faut-il rappeler les rapports étroits du chef de notre police secrète avec Ahmed (dit Alexandre) Djouhri ? Avec Jean-Noël Guérini, l'employeur de ses enfants ?

Des têtes doivent tomber, et vite !

Ahmed Djouhri pourra-t-il continuer à faire pression sur les journalistes, à fréquenter les salons dorés du palais de l'Elysée et les grands patrons de l'industrie ?

Le changement, c'est maintenant, paraît-il… et bien changeons, et vite !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Et de la "culture du chiffre"