jeudi 12 juillet 2012

La mondialisation gonflée de Michelin


En 2009, Michelin annonce la suppression de près de 1100 postes et un plan de départs volontaires qui pourrait toucher 1800 personnes sur trois ans, en France. Un petit pourcentage de son effectif total (25 000 salariés) et une nécessité de compétitivité, pourrait-on dire, si on parle le libéral. (Slate, Nord Eclair)

Bibendum se paye un petit régime en France, pour mieux investir, en priorité, en Chine et en Inde.

Michelin a  investi 1 milliard d'euro pour construire, d'ici fin 2012, une usine sur 456 hectares en Inde.
L’aménagement de cette zone a provoqué la destruction de 450 hectares de la forêt collective qui entourait le village et abritait des activités agricoles et pastorales, privant ainsi ces populations de leur principal moyen de subsistance.

Pourtant, dès l’origine du projet, les villageois se sont mobilisés (principalement de la caste des "Intouchables"), ont mené des manifestations pacifiques et ont intenté plusieurs recours judiciaires contre l’Etat du Tamil Nadu. En effet, cette implantation porte atteinte aux droits des 1 500 familles qui vivent à Thervoy et menace leur subsistance. 18 autres villages sont aussi directement impactés par la construction des infrastructures nécessaires au site. (CCFD Terre Solidaire)

«Il faut sauver les Intouchables !», clame la CGT dans une pétition qui aurait recueilli selon elle plus de 35 000 signatures. (Le Parisien)

Mais ceci semble un détail pour la direction de l'entreprise, qui n'hésite pas à investir encore 1,3 milliards à Shenyang, en Chine.

On en vient à se demander quelle est la motivation des entreprises modernes : l'intérêt général ne semble n'avoir aucune importance à leurs yeux. Ni les employés en France, dont on veut se défaire, ni les habitants en Inde. Seuls comptent peut-être le cours de la bourse et la rente.

Aucun commentaire: