samedi 13 octobre 2012

Réformer l'islam pour lutter contre l'intégrisme ?


Gamal Al-Banna


Pour lutter de façon plus efficace contre l'intégrisme, nous devrions donner la parole aux réformateurs et penseurs de l'Islam, leur donner une large audience en les laissant parler dans les grands médias de notre pays.
Ce serait bien plus efficace que de mettre plus d'imams dans les prisons.


Le changement prend du temps, explique Gamal Al-Banna quand on lui demande s'il est optimiste pour l'avenir de l'Islam. Il dit aussi :" Le Coran est liberté. Les foqahas (docteurs en droit) ont fabriqué des interprétations et des hadiths qui contredisent le Coran. On n'a pas besoin du fiqh (avis juridique), ni des hadiths. Il faut retourner au Coran".

Il a en particulier pris position concernant le port du hidjab (foulard islamique) considérant que l'important pour une femme était la décence et que le foulard ne faisait pas partie des fondements de l'islam mais de la coutume.
« le Coran ne dit pas que la femme doit porter le voile, seulement qu'elle doit cacher sa poitrine ».
Concernant les hadiths, il est sans ambiguïté :
« Des milliers de hadiths ont été fabriqués au fil des siècles pour servir des intérêts religieux ou politiques. Cela n'a aucun sens de s'y référer pour répondre aux questions d'aujourd'hui ».

Autant vous le dire tout de suite, presque tous les musulmans pratiquants considèrent les hadiths aussi sacrés que le Coran lui-même. Les hadiths sont les paroles et les actions attribuées au prophète Muhammad, ce n'est donc pas la parole divine (en dehors de quelques hadiths « sacrés » qui sont considérés comme les paroles de Dieu adressées directement au prophète Mohammed et rapporté par lui).

Ces hadiths forment la sunna d'où le nom d'islam sunnite pour le courant orthodoxe. Les hadiths ont été rapportés dans divers recueils (véridiques ou non) par des musulmans fidèles, mais toujours au minimum deux siècles après la mort du prophète Muhammad. Certains auteurs en ont recensé plus de 700 000, les plus récents étant ceux rapportés par l'ayatollah Khomeiny au cours des années 1980 ! Beaucoup de ces citations étant suspectes, leur crédit est proportionnel au prestige accordé à ceux qui les ont rapportées. Cette chaîne des témoins est appelée isnad. Ces différents recueils alimentent l'opposition entre chiites et sunnites en particulier.

"Ces paroles, même si elles faisaient sens à leur époque, ont mille ans et on ne peut pas les appliquer aujourd'hui" ajoute Gamal Al-Banna. Ce vieux monsieur égyptien de 92 ans prêche pour une révolution de l'islam. Petit frère d'Hassan Al-Banna, le fondateur des frères musulmans, il semble bien placé pour prendre position dans un débat qui agite le monde musulman.

Il n'est qu'un des nombreux intellectuels musulmans qui réagissent à l'obscurantisme islamique responsable des tensions meurtrières qui agitent le monde et opposent des civilisations qui ne devraient que s'enrichir mutuellement.

Il y a presque mille ans Averroes (Abu'l-Walid Muhammad ibn Rushd) eut à subir lui aussi l'opposition des conservateurs qui le traitèrent d'hérétique et brûlèrent ses livres, parce qu'il se référait à Aristote et adoptait une position moderne. L'histoire n'est pas nouvelle. Elle se répète dans toutes les religions qui par essence refusent le changement et la modernité.

Les conservateurs qui inspirent les pires exactions sont nombreux, et leur goût du sang et de la violence leur donne une trop large audience. Tout le monde connait Al Qaeda, véritable organisation criminelle, mais qui connait Abdou Filali-Ansary le Marocain, Nasr Hamid Abu Zayd l'Egyptien, Soheib Bencheikh l'Algérien, Burhan Ghalioun le Syrien, ces hommes qui veulent un islam moderne débarrassé de la violence et de la haine ?

Le temps du changement est venu, le temps de la concorde entre les hommes, le temps de la paix. Ce que défendent ces penseurs modernes, c'est d'abord une réflexion sur la nature et le statut des textes religieux. Il s'agit de relire les textes sacrés pour sortir d'une interprétation littérale : respecter l'esprit du Coran, non la lettre.

"Le croyant est celui qui, avec beaucoup de modestie, avoue qu'il ne peut pas connaître la vérité parceque seul Dieu la possède. Il a donc une conception de la vérité, mais qu'il ne cherche pas à imposer. Le Coran est très net là dessus : pas de contrainte en religion" explique Mohamed Talbi, ancien doyen de l'université de Tunis.

Merci à Nadia Khouri-Dagher, reporter egyptienne d'origine libanaise, pour l'excellent article paru dans Le Monde 2 n° 173 du 9 juin 2007, dont cette modeste note est largement inspirée. Pour en savoir plus sur Gamal Al-Banna voici quelques liens :

8 commentaires:

ladyapolline a dit…

Il serait temps de comprendre que les personnalités de la famille fondatrice des Frères Musulmans,tiennent un double langage.
Relire "Frère Tariq". Ce sont les Etats qui doivent se réformer et non l'Islam, afin de séparer les religions et l'Etat et proclamer l'égalité de tous, quel que soit son sexe, sa religion, son apparence physique face aux droits objectifs et subjectif que les pouvoirs politiques et judiciaires doivent garantir.

Rimbus a dit…

C'est ce que dit Gamal Al-Banna, il faut séparer l'Etat et la religion. Il considère même qu'on a le droit à l'apostasie.
Il se trouve que c'est le grand oncle de frère tarik ramadan justement, puisque saïd ramadan, qui était cousin des Al-Banna a épousé leur sœur, si je me souviens bien.
Et si Gamal Al-Banna n'était pas un sheikh reconnu (en particulier pour avoir compilé des dizaines de millier de hadiths), ses prises de positions l'auraient condamné à mort. Je suis choqué qu'on puisse insinuer qu'il a un double langage, c'est une insinuation sans fondement.

Salvadorali a dit…

@ Rimbus

Tarik Ramadan, je l'avais rencontré un jour à Casablanca, il donnait une conférence dans un centre culturel privé de tendance islamiste. nous avions eu un échange que j'avais jugé édifiant de l'insanité idéologique du bonhomme voire de sa mauvaise foi intellectuelle, incapable ou refusant d'adapter sa grille de lecture aux réalités du terrain islamique, celui du Maroc en particulier; et pas assez soufi pour ressentir l'Islam marocain, le frangin...

aussi tu devines que ce que radote monsieur Al-Banna m'en touche une sans remuer l'autre comme disait l'autre ;-) sérieusement, son Islam manque de goût, considéré à l'aune des valeurs de chez nous.
toutefois je suis d'accord avec toi, il serait insensé de lui attribuer un double discours, au contraire je trouve son idéologie très cohérente. foireuse mais cohérente ;-)

il demeure que lui non plus n'a rien à voir avec l'Islam marocain, solidement enraciné dans la tradition confrérique de type soufi, qui procède d'une sorte de dévotion mystique à l'égard de la personne et surtout de l'esprit du prophète Mohammed (PS) ritualisée dans une quête de l'amour et de la grâce divines.

une tradition, fondée notamment sur l'exemplarité héréditaire chérifienne et qui fait dire surtout à certains alems, parmi ceux qui professent la spiritualité soufie, que Mohammed (PS) est enterré physiquement en Arabie et spirituellement au sein de chaque zawya marocaine.
as-tu oublié les annonces en Une du Matin (du Sahara) des dons royaux faits aux confréries religieuses ? entre le roi et les confréries religieuses, on peut donc parler d'un système d'allégeance croisée, un peu comme le capitalisme pratique les participations croisées...

aujourd'hui pourquoi crois-tu que les salafistes qui sévissent du mieux qu'ils peuvent, les pauvres, au Maroc, tirent à boulets rouges sur la tradition chérifienne, en faisant mine de ne considérer que le texte du Coran pour mieux s'en tenir, prétendent-ils, à la prééminence de l'ordre divin ? alors que leur projet est infiniment plus politique que spirituel et encore moins mystique.

or la composante prophétique est indissociable de l'Islam : c'est parce qu'il y a eu Mohammed intuitu personae, autrement dit que cet homme a été précisément tout ce qu'il a été, y compris le mari de Khadija, que cette religion a pu être révélée, quoi de plus logique ? et c'est également parce que cet homme a fait oeuvre de législateur politique qu'il est inconcevable pour les Marocains de dissocier religion et état, tous ceux du moins qui ont voté "oui" au récent référendum de révision constitutionnelle.

c'est bien parce que le roi chérifien du maroc est à la fois chef religieux et politique du de l'état que l'islamo-wahhabo-salafisme ne parvient pas à s'implanter chez nous. c'est d'ailleurs ce que le brave frère tarik avait bien été obligé d'admettre lors du débat privé que j'avais eu avec lui.

séparer l'état et la religion ? surtout pas ! pas au Maroc en tous cas mais les autres feront ce qu'ils voudront ;-)

quant à réformer l'Islam afin de lutter contre l'intégrisme, je t'en donnerai un exemple très concret : il y a quelques années, le code de statut personnel marocain, issu de la fameuse charia, a été réformé dans le sens d'une plus grande prise en compte des intérêts de la femme et de l'épouse dans le cadre du contrat d'union conjugale. non seulement l'épouse était désormais considérée comme "co-responsable" du foyer familial mais de plus, l'âge minimum légal du mariage pour les femmes était relevé de trois ans, passant de 15 à 18 ans : crois-tu que sans le statut royal de "commandeur des croyants", Mohammed VI aurait pu imposer ça aux musulmistes ? ;-)

ce fut donc 1-0 pour la monarchie marocaine, skifé les petits-bourgeois laîcaux-libéraux auraient tort de se plaindre de leur état religieux quand même ça serait malgré eux ;-))

Anonyme a dit…

Français cessez de vous faire enfumer???L'enfumage consiste à faire une distinction entre l'islam modéré et l'intégrisme.Les modérés d'aujourd'hui sont les intégristes de demain. La modération et l'immigration de peuplement représente le piège. Observez ce qui se passe à BRUXELLES; 40keybord % de musulmans avec des IMAMS qui prêchent la mort des blancs et j'en passe.L'islam, c'est le carburant d'une arme de destruction massive.

Rimbus a dit…

Salvasorali : pourquoi dénigrer G Al-Banna à cause de son petit neveu ? Saïd Ramadan a épousé une fille de Hassan, et c'est lui qui a influencé son fils, plus que le vieil oncle. Et S. Ramadan était un ami de Sayyed Qotb. Il a toujours été un ambassadeur des Frères (Pakistan) et joue le rôle de prosélyte en chef, avec pour mission de convertir l'Europe, avec intelligence. Tarik, élevé en Suisse, est le parfait exemple de l'islamiste moderne, a la barbe courte, presque invisible, modéré dans son langage mais avec les idées de Sayyed Qotb en tête.

Pour le reste, je n'ai jamais caché mon opinion sur la monarchie Marocaine, le respect profond que j'ai pour Mohammed V. J'ai connu la mort de Hassan II et j'ai ressenti comme tous les Marocain cette ambiance de fin du monde et de "ciel va nous tomber sur la tête". Malgré Tazmamart. A cause de skhirat, peut-être. Hassan II, un homme de petite taille peut être, mais un grand homme comme les pays en comptent peu. Avec les mains sanglantes, comme Napoléon, De Gaulle,certes. Mais c'est inévitable pour les gens de cette envergure. Les Césars sont ainsi, avec le double visage de Janus. Quant à son fils… je ne sais pas. Peut-être le temps le révélera. Je préfère ne pas me prononcer. Il n'a pas encore de "Massira Al Khadra" a son actif.
Toujours est-il que la République serait un grand danger pour le pays. J'ai cohabité quartier de l'Oasis avec un couple de wahhabistes que j'avais pour voisin (dont femme en niqab) et cette vision n'est pas ma vision du Maroc, de sa berbèritude. Mais je sais de quoi le peuple est capable et ce qu'on peut lui mettre dans la tête, chaque vendredi.
Que le Roi sauve le Maroc, inch'Allah !

Mais si le contrôle des fondamentalistes se fait grâce au roi au Maroc, il en va autrement en France, où l'Etat essaye de fabriquer un islam de France basé sur la démocratie. Je conteste cette approche. La démocratie est un outil rien de plus, à ne pas mettre entre toutes les mains. Entre toutes les têtes devrais-je dire. La démocratie ne sert à rien tant qu'on a pas préparé les esprits. Il y a 2 siècles nous avons eu nos philosophes des lumières, qui ont guidé la mise au point de nos institutions. C'est pour cela que pour avoir un islam de France adapté à notre principe de laïcité, il faut promouvoir le grand oncle plutôt que le petit neuveu. Les idées de Gamal Al-Banna, qui a eu un passé de syndicaliste (et c'est cette activité qui l'a conduite en prison, plus que sa proximité avec les Frères) contre celles de Tarik Ramadan et de S. Qotb.

Bien à toi camarade. Je n'ai qu'un dogme : celui de ne pas en avoir.

Rimbus a dit…

J'ajoute que les services secrets occidentaux ont aidé Saïd Ramadan et les Frères a se développer, en utilisant le prosélytisme musulman pour contrer le bloc communiste, dans les années 60. C'est la même logique que le financement de madarsa et des camps au Pakistan chez les pachtounes. Voilà où ils nous ont emmené ces salauds : au choc des civilisations et à la fin des idées de michel Aflaq et du socialisme arabe.

Salvadorali a dit…

@ rimbus

merci mon cher de m'avoir offert l'occasion de te confronter un peu ;-)

très touché par le respect que tu portes et que témoignes à Mohammed V ainsi qu'à Hassan II, au fait surtout que tu précises "malgré tazmamart et à cause de skhirat"...

mais pourquoi une telle réticence à l'égard de Mohammed VI, qui mène depuis son intronisation une massira moins spectaculaire que la Verte certes mais tout aussi valeureuse et historique ?

surtout pourquoi aborder comme un dogme la mécanique purement politique de son système de gouvernement ? l"équation en est hautement complexe mais l'analyse sytémique n'a pas été inventée pour les Chiens ;-)

le prosélytisme n'est donc pas ma tasse de thé tu le sais pourtant, que je traite du roi du Maroc ou du prophète de l'Islam.

quant à tous ces réformateurs arabes, qu'ils soient religieux ou pas, socialistes ou communautaristes, qu'ils aillent au diable !

revenons plutôt à cette amazighité politique spécifiquement marocaine, à laquelle on doit notamment la fondation de l'état almohade, ceux qui au nom de l'Unicité, la proclamation du "tawhid" ont renversé l'état almoravide.

d'ailleurs je rencontre de plus en plus de "berbères" dans les rangs des petits émirs islamistes de quartier, à tous les niveaux du Maroc authentique, populaire, profond. c'est même ahurissant de constater à quel point l'âme amazighe, bien plus païenne que théiste, s'est accommodée du dogme islamique...

Rimbus a dit…

Salvadorali : il y a 5 ans que je suis parti du Royaume, et je ne sais plus vraiment ce qui se passe, sauf à lire la presse… ce qui n'est pas une façon de ressentir le pays comme je le faisais naguère.
Je vois que le PJD est au gouvernement. J'imagine que l'islamisation s'est encore renforcé depuis 5 ans… je ne sais pas vraiment…
C'est pour cela que je ne me prononce pas sur M6.