lundi 24 décembre 2012

Fairytale of New York



1987… la belle époque de mes 23 ans…

Ce passage ci-dessous a été censuré par la BBC à cause du terme faggot (pédé, tantouze), alors en ce jour de bonheur familial et commercial, saluons ensemble ces imbéciles de puritains censeurs et rendons hommage à Kirsty MacColl, disparue le 19 décembre 2000.

You're a bum, You're a punk
Tu n'as pas de valeur, Tu es un punk
You're an old slut on junk
Tu n'es qu'une sale vieille junkie
Lying there almost dead on a drip in that bed
Couchée presque morte d'overdose sur un lit
You scumbag, you maggot
Tu n'es qu'un ver, une limace
You cheap lousy faggot
Tu es une pauvre tantouze paumée
Happy Christmas your arse
Joyeux Noël ton cul
I pray God it's our last
Je prie Dieux pour que ce soit notre dernier

dimanche 23 décembre 2012

Nanard se paye Nono


Bernard Tapie, après avoir accusé "tout le cabinet de Montebourg d'avoir travaillé à mort pour l'empêcher d'aboutir"sort un enregistrement, comme pour plagier Fabrice Arfi de Médiapart, censé prouver son affirmation.

Laurent Mauduit s'est livré a une petite enquête sur Bernard Tapie (toujours sur Médiapart), et ses conclusions laissent songeur…

Pour résumer, c'est avec les 304 millions d'euros que Tapie a récupéré de l'Etat Français en 2007 qu'il peut se payer les journaux du sud, dont La Provence. Mauduit souligne que cette opération a abouti grâce à d’invraisemblables manœuvres auxquelles ont prêté la main des personnages aussi différents que l’administrateur judiciaire concerné par le dossier, Christophe Thevenot ; le patron de BPCE, François Pérol ; le président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Louis Borloo ou encore le président socialiste de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone.

Il note aussi que l'arbitrage de 2007 en faveur de Tapie est entaché d'irrégularités si nombreuses qu'ont eu lieu à cette occasion une cascade de procédures qui sont en cours devant plusieurs juridictions, impliquant C. Lagarde, ministre des Finances, à l'époque.
Que le premier acte de l'éphémère prédécesseur de Lagarde, Jean-Louis Borloo, a été de demander un arbitrage en faveur de Tapie, son ancien client quand il était un des avocats d'affaires les mieux payés au monde.

Mauduit remarque que François Pérol, le patron de la banque qui a permis de conclure l'affaire, a longtemps supervisé l’affaire Tapie du temps où il était secrétaire général adjoint de l’Élysée. Avec Nicolas Sarkozy, c’est lui qui a donné les instructions à Christine Lagarde pour lancer l’arbitrage.

L'entregent de Tapie est très large, mais si il a le président de l'Assemblée Nationale dans la poche, il n'en est pas de même à l'Elysée, qui aurait préféré un rachat du groupe de presse par François Pinault (une information du Figaro confirmée par Médiapart).

Selon des sources bien informées, le cabinet de Montebourg n'a pas été particulièrement actif sur ce dossier, si ce n'est, connaissant les méthodes de Bernard Tapie, de s'inquiéter pour les emplois. D'autre part, il est probable que sur instruction du Château, certaines démarches ont été entreprises pour trouver un autre repreneur. Mais sans plus.

Enfin, pour Mauduit, il ne fait aucun doute que Tapie veut jouer un rôle politique à Marseille, en concertation avec Borloo. Dans l’opération de rachat du groupe de presse régional par le tandem Tapie-Hersant, les 17 banques qui avaient des créances sur le groupe vont abandonner environ 180 millions d’euros, qui vont donc partir en fumée, pour le plus grand profit de celui qui a ruiné le groupe (Philippe Hersant) associé au supposé futur candidat à la mairie de Marseille…

On notera que Tapie dément toute ambition politique, comme il démentait "de manière définitive", vouloir racheter la Provence il y a 2 semaines.

Bernard Tapie est un malin, et en utilisant le nom de Montebourg, devenu si médiatique et accrocheur, ainsi que l'enregistrement, pour entrer en résonance avec l'affaire Cahuzac, il crée un magnifique épouvantail qui détourne l'attention des moineaux et des pigeons de ses affaires Phocéennes.

Et si on sait, comme le souligne Juan, que Cahuzac est celui qui a présenté un rapport en 2011 remettant en cause l'arbitrage de 2007 en faveur de Tapie, on se dit que le coup de l'enregistrement est une réponse du berger à la bergère.

vendredi 21 décembre 2012

L'abus de CIA nuit gravement à la santé



J'ai été particulièrement choqué par les assassinats liés à la campagne de vaccination entreprise au Pakistan, pour lutter contre la poliomyélite.

Mais au delà de l'horreur, il convient de mettre en perspective ces événements pour en comprendre les tenants et aboutissants.

Le Figaro expliquait il y a 2 jours :

"Depuis lundi, neuf personnes ont été assassinées dans les régions du Sind au sud du Pakistan, ainsi qu'au nord-ouest, près de la ville de Peshawar. "
L'OMS et l'Unicef ont donc décidé de suspendre leur campagne de vaccination.

Ces meurtres seraient le fait de religieux fanatiques sous prétexte que les vaccins seraient impurs parce que contenant des extraits de porc, qu'ils rendraient les enfants infertiles et que cette campagne de vaccination serait financée par l'Occident dans le but de réduire la population musulmane.

Le Figaro précise : "Les talibans ont également accusé les humanitaires d'être des espions. Ils gardent en mémoire «l'affaire Afridi». En 2011, un chirurgien pakistanais du nom de Shakil Afridi avait aidé la CIA dans une fausse campagne de vaccination contre l'hépatite B à Abbottabad, dans le but de retrouver Oussama Ben Laden. Cette campagne avait été organisée par la CIA dans le nord-ouest du Pakistan pour s'assurer, via des prélèvements ADN, qu'Oussama Ben Laden se trouvait bien sur place. (…) À cette époque, Médecins sans frontières avait prévenu les autorités sur les conséquences d'une telle opération de manipulation dans un pays où la méfiance à l'égard des occidentaux ne cesse de s'accroître. "

Après avoir favorisé la montée en puissance de l'extrémisme musulman à l'époque de la guerre froide, et soutenu Ben Laden pendant la guerre russo-afghane, la CIA jette donc le discrédit sur l'action médicale internationale, pour lutter contre un monstre que l'agence américaine ne contrôle plus.

Nous payons tous les conséquences de l'incompétence des services secrets américains, et ceux-ci ne seront jamais inquiétés.

vendredi 14 décembre 2012

Dilemme à gauche : MPT ou NDDL ?



Dilemme à gauche : faut-il manifester dimanche pour le mariage pour tous ou contre l'aéroport Notre Dame des Landes ?

Entre 2 grandes causes d'intérêt national, le choix est difficile.

Je propose qu'on organise un mariage de deux zadistes gay dans une cabane de NDDL. Ce serait un acte symbolique fort pour sauver notre société.

Ne nous laissons pas aveugler par un gouvernement qui veut nous enfumer avec ces faux problèmes de chômage, de précarité, de crise financière ou de délinquance.

lundi 3 décembre 2012

Cadet-Roussel a trois maisons…


La maison londonienne de monsieur Lakshmi Mittal, la demeure privée la plus chère du monde (308 millions d'euros), avec bain turc, piscine incrustée de joyaux, marbre issu de la même carrière que celui du Taj Mahal, suites et quartier pour les domestiques..


La maison du fiston Aditya Mittal, modeste logis d'une valeur de 144 millions d'euros.


Pour la fille, Vanisha Mittal, papa a été économe : seulement 86 millions d'euros pour cette ancienne ambassade des Philippines. Sans doute que ses résultats scolaires ont déçus papa.

Ce petit patrimoine, dont la description complète est a consulter sur le Daily Mail, représente la bagatelle de 542 millions d'euros, soit trois fois les 180 millions de Florange, nous rappelle opportunément le blog Big Browser.
Un petit investissement immobilier à Londres pour le magnat de l'acier dont la fortune personnelle serait évaluée à 34 milliards d'euros.

Ça rapporte toujours de fermer des hauts-fourneaux, à ce que je vois et de ce côté il n'y a pas beaucoup de changement.

samedi 1 décembre 2012

La bataille de Florange


La bataille de Florange fait penser à la bataille d'Eylau… pas de réel vainqueur, un statu-quo et des dégâts énormes.

Comme dans une bataille d'un autre âge, on a préféré sacrifier Montebourg, qui s'est distingué par ses attaques audacieuses. Pas de nationalisation, pas de repreneur, mais plus de plan social non plus.

Les annonces de Montebourg, c'est la charge de cavalerie de Murat, qui permet de ne pas perdre de terrain, quoi qu'il en coûte.
"le rôle de Montebourg, c'est de faire du bruit utile pour les négociations", analyse Eddy Fougier, chercheur associé au CNRS, cité par l'Express.

L'annulation du plan social n'est qu'une minuscule victoire, et en réalité Mittal semble lorgner sur le projet Ulcos, une vitrine technologique à 700 millions € intéressante pour le groupe mondial, surtout si elle financée par l'Union Européenne et la France. Et dans l'immédiat, les hauts-fourneaux ne seront pas rallumés. Pour que le gouvernement ne perde pas complètement la face, le Groupe ArcelorMittal concède à investir 180 millions sur 5 ans.

Montebourg, quant à lui, a perdu gros. Ses propositions sont désavouées, et tout a été fait pour satisfaire le magnat de l'acier. Demain, quelle sera sa crédibilité face à des entreprises en difficulté ? Au mieux, on risque d'ignorer ce petit ministre sans pouvoir, au pire on le tiendra pour un affabulateur, un cavalier sans cervelle ou un Dom Quichotte combattant les moulins à vent.

Mittal, qui est plus un financier qu'un industriel et qui est dans la main de Goldman-Sachs, représente cet adversaire dénoncé au Bourget, "qui n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti", et qui pourtant gouverne. "Cet adversaire c'est le monde de la finance".
Et bien cet adversaire semble toujours gouverner.

Et Montebourg a fait rêver les gauchistes pendant une courte semaine, qui ont bien voulu croire que l'adversaire était vaincu, que l'Etat avait retrouvé la souveraineté de conduire son avenir industriel ; plus encore, que la droite et la gauche formaient une "union sacrée" pour sauver Florange en nationalisant. Un beau rêve.

La charge était héroïque, mais à quel prix ?