vendredi 22 mars 2013

Le Pays d'Arles est-il à la gauche ou à la droite ?



Illustration : le dernier plan proposé par le préfet de Région en 2011…

La réforme territoriale prend des tournures inattendues…

Si la Métropole de Marseille provoque des tensions extrêmes à l'est des Bouches-du-Rhône, il en est de même à l'ouest, où l'idée d'une EPCI regroupant tout le pays d'Arles ressurgit… dans les rangs de l'opposition de droite arlésienne.

Serge Berthomieu, rejoint par Louis Sayn Urpar, réclame donc au maire communiste de mettre en place ce qu'avait refusé le préfet de Région, M. Parant, à l'époque sarkozyste.
Ceux-ci demandent une délibération pour confirmer leur volonté de voir le Préfet unifier l'ensemble du Pays d'Arles en communauté d'agglomération.

Pourtant j'avais assisté le 4 mai 2011 à une réunion des maires du pays d'Arles sur ce thème, et Michel Vauzelle qui plaidait pour l'union des communes de Châteaurenard aux Saintes-Marie-de-la mère, exactement ce que réclame aujourd'hui a droite arlésienne, s'était vu contredire par le député-maire UMP de Châteaurenard Bernard Reynes, jaloux de garder sa propre EPCI tournée vers la très droitière Avignon.


Je ne peux m'empêcher de penser à l'origine de cette réforme territoriale. Elle est directement issue du rapport Attali de 2008, qui prévoyait un redécoupage de la France axé sur les grandes métropoles, avec la disparition des départements, des conseils généraux etc.
Je me souviens de la présentation qu'avait faite Attali de son rapport : il avait insisté pour dire que c'était une globalité, où il fallait tout prendre en bloc ou ne rien tenter.


Quand je vois les absurdités de cette réforme territoriale aujourd'hui, où les maires de l'ouest du département sont solidaires de ceux de l'est qui refusent la Métropole Marseillaise (on se demande pourquoi), ce bricolage commencé sous le gouvernement Fillon, interrompu quand le Sénat a basculé à gauche puis repris par Jean-Marc Ayrault, sans que personne n'y comprenne réellement les utilités ou les enjeux, je ne peux m'empêcher de sourire en pensant à Jacques Attali et son avertissement : "prendre tout en bloc ou ne rien tenter".

2 commentaires:

bellock a dit…

l'intercommunalité m'apparaisait comme un outil vertueux qui permettrait bien des économies et un renouvellement des élites, biensur les maires ne sont pas prèt à abandonner leurs petite affaires et cela provoque pas mal de reticences et de manoeuvres visant à discréditer le projet d'atali

Anonyme a dit…

http://www.connaissancedesarts.com/photo/actus/francois-hebel-desire-quitter-les-rencontres-photo-d-arles-104056.php voici l'article sur lequel je suis tomber, qui prouve bien l'incohérence d'une certaine gauche intelectuelle et réactionaire si loin de la vie des gents