jeudi 4 avril 2013

Montebourg, l'ultime recours



Arnaud Montebourg a porté des idées, pendant la campagne des primaires, qui semblent aujourd'hui des rêves : 6e République, transparence, moralité et régulation financière… Seul le renouveau productif, dont il s'occupe activement, est en application.

J'ai vu Montebourg mardi, à Marseille, alors que l'affaire Cahuzac venait d'exploser dans toute sa splendeur, comme le bouquet final qui marque la fin des festivités.

Fini de rire en effet. La République irréprochable n'est pas celle qu'on croyait.

Devant mes yeux qui recouvrent leur acuité, se profile une coterie digne de Florence, un mélange d'affairistes cupides dont la seule gloire est de savoir évoluer avec brio dans la zone grise des paradis fiscaux ou des comptes anonymes, une zone border line, ni illégale mais pas morale non plus. Exactement la même zone grise qui permet M. Takieddine de ne pas payer d'impôts ou de se louer à lui-même une demeure de roi, pour une somme dérisoire.

Cette zone qui est une grande lessiveuse et que Montebourg dénonçait en 2000, avec Vincent Peillon. Il est aujourd'hui dans la même équipe que ces aventuriers du lucre.

Il a parlé mardi, de cette 6e République dont nous avons besoin, pour refonder notre démocratie, parce qu'il faut assoir le redressement de la France sur des fondations solides, sans quoi tout s'écroule ou se fissure.

En apprenant les aveux de Cahuzac, il a dit que c'était comme s'il tombait de sa chaise, partagé entre colère et tristesse.
Et tous ses amis partagent cette rage… cette occasion manquée de voir appliquer des idées vertueuses, ces idées qu'on peut porter avec fierté, celles qui concrétisent nos rêves.



Il y a 3 ans, Montebourg déclarait : "Face à ce monde qui change, les remèdes gestionnaires de la social-démocratie, qui ont pu fonctionner par le passé, sont dépassés. Repenser la gauche et proposer enfin un nouveau modèle, voilà l’ambition  de mon projet".


Un projet dont nous avons toujours besoin. François Hollande devrait y réfléchir.

8 commentaires:

Elooooody a dit…

Il est bien ton billet.
Et ces arguments-là sont motivants.
Pour la peine, je t'ai linké dans mon dernier billet.
...sur "Montebourg" évidemment ;-)

Rosa Elle a dit…

Bonjour, j'en discutais justement sur Twitter, Montebourg est une alternative, oui.

Denis - Voie Militante a dit…

Il choisira Valls.

Nicolas a dit…

Ne rêvons pas. C'est Hollande qui a gagné la primaire, pas Montebourg. Hollande n'a aucune raison de changer de ligne avant un an. Il n'a jamais promis de résoudre le chômage en un an.

Quant à Denis qui prédit Valls, ça me fait rigoler. S'il veut être réélu, Hollande nommera un Premier Ministre plus à gauche que lui pour passer pour un rempart. Rien compris à la politique, lui. Pour les chartes, il est fort.

Rimbus a dit…

heu… Nicolas, quand tu dis "Hollande n'a aucune raison de changer de ligne avant un an"… tu es sérieux ? Moi des raisons de changer de ligne je les vois s'accumuler chaque jour.

Massilian a dit…

Ce qu'il y a de bien dans l'ultime recours, c'est qu'on ne s'en sert pratiquement jamais, c'est trop terrible, on épuise d'abord toutes les autres solutions et en général, le problème s'est transformé avant qu'on en arrive à l'arme atomique... Alors, je suis assez d'accord, Montebourg c'est l'ultime recours de François Hollande, enfin je ne sais pas si Valérie est d'accord.

Anonyme a dit…

Une sixiéme république....
Après tout, il semblerait que l'on finisse enfin par appliquer à la politique (traduire la vie de la cité) des principes issus du monde économique.
Un bémol puisqu'en en l'occurrence il ne s'agit que de remplacer une république moribonde par une structure qui bénéficiera pendant un temps de l'état de grace.
Est ce bien là une vraie solution?? J'en doute si cette nouvelle republique si prometteuse est aux mains des mêmes guignols.

Pascal, simple français lassé du comportement des élites (de quelque bord qu'elles soient).

bellock a dit…

gaz de schiste: On a du mal à le croire, comment des bandits ( consortium petrlier) d'inspiration nazi ont-ils pû forer 700 000 puits aux state alors que c'est le pays ou la presse est , soit disant, la plus libre. j'espère que nos dirigeants seront des résistants hors-paire. n'est ce pas monsieur Montebourg. à moins que ce monsieur, jadis animé d'autres vertus, aurait prévu quelques test de faisabilité non loin des volcans d'Auvergne. parait que les americains se rapprochent de yellow stone et ils ont de trés bons résultats, enfin pour l'instant !!!