dimanche 21 avril 2013

Vous y croyez toujours à la lutte des classes, vous ?


L’accord national interprofessionnel (ANI) sur la sécurisation de l’emploi n'est pas un sujet populaire. D'ailleurs Gérard Filoche l'explique très bien, fort de ses 30 ans d'inspecteur du travail : le code du travail est le plus méconnu de tous les codes, et c'est la hantise des chefs d'entreprise.

C'est bien pour cela qu'on s'arrange pour ne pas trop en parler. Sur l'audiovisuel public, le sujet est déprogrammé, ainsi que les interventions de Filoche. Arrêt sur Images l'a évoqué il y a peu, et avait déjà constitué un solide dossier sur le sujet, en détaillant les dangers de cet accord trop inspiré des désirs du Medef (A lire ici).

L'article cite la vidéo ci-dessus en ces termes : "Invité à Argelès-sur-Mer le 14 mars dernier, Filoche tient conférence pendant une heure et quart. Sans notes. Juste un micro. Autant le site est confus, autant sa parole est limpide. Excellent tribun, l’homme nous tient jusqu’au bout de sa démonstration. Son fil rouge est de nous prouver que le diable se cache dans les détails", et se conclu en ces termes : "Je vous invite à regarder entièrement cette vidéo. Sans elle vous aurez du mal à comprendre l'ensemble des enjeux de l’ANI."

Mais comme 35 députés socialistes ont préféré s'abstenir sur le projet de loi la semaine dernière, le gouvernement a utilisé samedi la procédure du vote bloqué pour accélérer l’adoption du projet de loi sur l'emploi au Sénat, où Marie-Noëlle Lienemann est une des socialistes les plus opposée au texte. "Un déni de démocratie", attaque le PCF vent debout contre cette procédure. Eliane Assassi, chef du groupe communiste déclare au JDD : "Je leur avais dit que le temps prévu ne suffirait pas. Ce coup de force lourd de conséquences ne restera pas sans lendemain", menace-t-elle. Avant de conclure lapidaire que ce projet n’est pas "un texte de gauche".

Bien moins médiatique que l'affaire Cahuzac ou le Mariage pour tous, cette loi sur l'emploi est pourtant l'acte de trahison du gouvernement a son idéologie fondée sur la lutte sociale.
Cahuzac, justement, lançait il y a quelques temps à Jean-Luc Mélenchon, pendant leur débat télévisé : "vous croyez toujours à la lutte des classes vous ?  je n'y ai jamais cru."

Cahuzac le traître si commode, comme Goldstein dans 1984 d'Orwell, n'est plus là, mais la vraie trahison est toujours présente, pour rompre avec des siècles de progrès continu des conditions de travail.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

je ne l'ai pas regardé tout de suite parce que 1h15 mais à regarder, c'est très intéressant et actuel et ça regarde tous les salariés de droit privé !