jeudi 4 juillet 2013

Ce qu'implique le limogeage de Delphine Batho



Le limogeage de Delphine Batho est une erreur de communication. Que cette dernière fut incompétente, comme le suggèrent certains, qu'elle soit un danger pour les industriels et exploitants d'hydrocarbures (dont le mari de la dir-cab du président)  comme elle vient de l'affirmer… peu importe en réalité. Si la ministre devait être écartée, cela devait se faire autrement.

Le coup de sang et la réaction à chaud sont du plus mauvais effet. L'utilisation de Twitter pour convoquer la ministre est grossière et déplacée.
Surtout, on ne peut s'empêcher de penser aux longues semaines qui ont été nécessaires avant de démissionner Cahuzac.

Et par association, on pense aussi à cette liste de noms que Pierre Condamin-Gerbier a livré à la Justice. Selon les rumeurs, il y aurait des politiques dedans… des ministres ? Des anciens ministres ? Le doute a été lancé dans le Journal du Dimanche, le 15 juin :
"Je peux simplement dire aujourd'hui qu'il y a dans cette liste de très grands noms de la politique française, des gens que l'on est habitué à voir sur les écrans de télévision. Il s'agit de personnages beaucoup plus familiers du grand public que ne l'était Jérôme Cahuzac." Antoine Peillon (frère du ministre) déclare le même jour à Sud-Ouest qu'il connait cette liste et qu'il y a dedans "un membre éminent de l’actuel gouvernement". Le nom de Fabius est cité sur Médiapart, même si on ne peut y accoler encore avec certitude un prénom…

La décision prise à l'encontre de Delphine Batho, coupable d'un mot malheureux, est un acte d'autorité conforme a la pensée unique du présidentialisme si singulier de la Ve République.
Elle appelle la même sévérité pour ceux qui seraient suspects de fraude fiscale ou même d'optimisation un peu trop poussée.

C'est bien le moins. Et cette sévérité ne tolère plus aucun laxisme. Toute la communication présidentielle va-t-elle changer après cette colère élyséenne ? Antoine Peillon, Fabrice Arfi, la Justice, et les lecteurs de Médiapart depuis quelques heures, sont au courant de cette liste et des personnes mises en cause.

François Hollande ne peut plus dire qu'il l'ignore, ou alors c'est l'homme le moins informé de France, et son absence de réaction sur ce point est incompréhensible, maintenant qu'il a fait la démonstration qu'il pouvait agir en quelques heures, contrairement à ses habitudes. On attend donc son retour de Tunisie et la marque de son autorité, puisque c'est sa nouvelle posture.

2 commentaires:

Alexis Logié a dit…

au niveau erreur de communication, y a un championnat en ce moment… Y en a qui devrait se calmer sur le gaz de sh, de schiste, pardon.

Salvadorali a dit…

excellent billet, merci pour cette justice rendue à delphine batho et à son idéal écolo, bien vu le hollandisme à travers les "postures" du françois président, je comprends que Sarko se sente autant incité à rempiler...
à part ça je te souhaite un délicieux Ramadan ;-)