mardi 20 août 2013

éloge de l'islamophobie



"Je ne peux pas imaginer un Dieu qui récompense et punit l'objet de sa création. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui réglerait sa volonté sur l'expérience de la mienne. Je ne veux pas et je ne peux pas concevoir un être qui survivrait à la mort de son corps. Si de pareilles idées se développent en un esprit, je le juge faible, craintif et stupidement égoïste."
(Albert Einstein, Comment je vois le monde, 1934)

Je partage totalement cette réflexion du célèbre physicien.
Le sentiment religieux, qui n'est qu'une opinion parmi d'autres ne me dérange pas. Je suis pour la liberté de penser, même des absurdités. Rien n'est plus salutaire que d'entendre un imbécile se vanter de ses stupidités : on sait tout de suite à qui on a à faire. D'autre part, il faut bien avoir conscience qu'on est toujours l'imbécile d'un autre, et que si on devait interdire l'expression stupide, on devrait interdire l'expression tout court.

Je suis par contre très inquiet quand un groupe d'esprits faibles, craintifs et stupidement égoïstes, se constitue pour tenter d'imposer ses croyances et ses coutumes aux autres. La liberté individuelle, la liberté de conscience, n'est pas la liberté d'imposer aux autres des interdits ou des commandements.

C'est bien ce qui est insupportable dans la religion, aujourd'hui. Une organisation qui entend édicter des lois pour définir la morale et les mœurs, comme les font les religions monothéistes, est contraire au fonctionnement démocratique où seul un parlement défini les lois, après un débat contradictoire. Les religions sont donc par essence anti-démocratiques.  Bien pire, elles utilisent la démocratie pour mieux la détruire et tenter de prendre le pouvoir, comme on l'a vu récemment en Egypte, en Algérie, ou en Libye, par exemple.

La démocratie n'est d'ailleurs qu'un outil, pas un but en soi. Les pires régimes politiques utilisent souvent cet outil pour mettre en place leur totalitarisme, et le plébiscite est un des instruments préféré des dictateurs pour parer leur pouvoir d'une légitimité trompeuse.
Cet outil qu'est la démocratie n'a de sens que si les esprits qui l'utilisent sont libérés de l'obscurantisme.
C'est en effet bien cela le but ultime : libérer l'esprit humain, lui rendre son libre-arbitre, le préparer à la connaissance, en perpétuelle évolution. L'esprit des Lumières philosophiques et scientifiques qui cherche à libérer l'homme et ses pensées n'est pas la conséquence de la démocratie, bien au contraire, il la précède, et sans lui cette démocratie n'est qu'un leurre.

S'opposer à toute organisation religieuse est donc une forme d'humanisme, et on a bien vu comment les catholiques savaient s'organiser pour s'opposer aux lois républicaines et à l'évolution sociétale, en France, pour exprimer leur homophobie.
En Israël, c'est un juif intégriste qui assassine le premier ministre Yitzhak Rabin, "au nom de Dieu", et c'est encore des religieux qui militent pour instaurer une ségrégation sexuelle dans les transports publics.

Les religions ont sans doute été très bénéfiques, il y a un millénaire, quand l'humanité n'avaient pas d'autre réponse pour transcender ses angoisses existentielles. Mais au XXIe siècle, c'est la science qui produit des miracles (guérir de maladies, marcher sur la Lune ou voler dans les cieux…) et apporte une réponse étayée par des faits aux interrogations que motivent les mystères de la nature.
La religion aujourd'hui ne fait plus qu'alimenter les guerres et l'opposition entre les peuples, elle ne cherche plus qu'à préserver son sexisme biblique présent dans "les trois religions du livre".

Alors oui, si l'islam est bien une religion, je suis islamophobe.
N'en déplaise à monsieur Plenel.

Mise à jour :
ce billet a 2 suites, à consulter sur Médiapart :
- Les Kabyles de Tizi-Ouzou sont-ils racistes ? (21-08)
Des kabyles ont mangé en public en plein ramadan pour protester contre "la pression des imams"…
- Pourquoi j'ai renié l'islam (24-08)
Walid al Husseini a fait 10 mois de prison pour s'être déclaré athée…

9 commentaires:

Stéphanie ...... a dit…

J'ai lu le coran et ......
Je suis devenue islamophobe ....
Une sorte de révélation divine .

Jeff Melclalex a dit…

Jean-Marc tu découvres l'eau chaude? Les hommes se font la guerre en raison de leur religion depuis des millénaires et il n'y a aucune espèce de raison que cela change

Anonyme a dit…

bonne analyse

Alexis Logié a dit…

Jeff, tu découvres Jean-Marc ?

Étonnant que l'autre Goux soit pas venu mettre son grain de sale… Ça va vieindre…

solveig a dit…

La religion aide certains à vivre.
Le problème est qu'elle provoque la mort de tant d'autres que le rapport bénéfices/dommages est déséquilibré.

Gwendal DENIS a dit…

Je ne peux qu'applaudir des deux mains à ce qui pour moi est une évidence, mais qu'il convient tout de même de rappeler de temps en temps.
Toutefois, et en réponse à Jeff, les hommes ne se font pas foncièrement la guerre en raison de leur religion, mais utilisent celle-ci comme alibi pur justifier des sentiments plus vils. Comme la cupidité, l'égoïsme, le désir de pouvoir.

Salvadorali a dit…

@ rimbus

ta profession de foi c'est donc l'islamophobie. tu te sens mieux à présent que c'est dit ?

mais pas de panique, les phobies ça se soigne dieu merci, d'ailleurs j'ai un ami médecin à rabat qui vient de soigner le fils d'un pote pharmacien qui avait peur des araignées depuis qu'à l'âge de six ans le gamin avait vu un documentaire sur les araignées sauteuses(et tueuses) de je ne sais plus quelle jungle.

la transition est facile entre les araignées sauteuses et les musulmistes qui se font sauter, ce qui confirme que ton cas mon cher n'est pas si désespéré :-) veux-tu les coordonnées de ce médecin ?

cela étant, quel dommage que tu adhères ainsi à cette nouvelle "religion" qu'est l'islamophobie, rejoignant ainsi VGenest et tous les irresponsables qui se se complaisent à confondre les causes et les conséquences et à jeter le prophète avec l'eau de la mer morte.

mohammed ben abdallah ibn el mouttalib, autrement dit le prophète de l'Islam, avait bien raison de se méfier des croyants faibles. ce que devait confirmer plus tard saint charlie (hebdo) : c'est dur d'être adoré par des c.

Salvadorali a dit…

PS
c'était pas la peine de commencer par citer einstein, surtout si c'était pour impressionner la galerie, ce type n'était qu'un f. apprenti sorcier. comment dit-on déjà ? science sans conscience (religieuse) n'est que ruine de l'âme... sans compter le cauchemar pour l'humanité du recyclage et de l'enfouissement des déchets atomiques...

Avena a dit…

Vive la liberté d"expression