mardi 18 juin 2013

La stratégie des trois petits singes



Jérôme Guedj a eu cette belle formule au sujet de la 9e défaite électorale consécutive du PS :

La "stratégie des trois petits singes: ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre est la pire", dans le Lot-et-Garonne, où le candidat socialiste Bernard Barral a été éliminé dès le premier tour de l'élection législative partielle dimanche. (L'Express)

C'est pourtant la stratégie du président de la République et de son gouvernement.
En effet, François Hollande n'a rien vu, rien entendu et par conséquent rien dit, des différentes affaires concernant des élus socialistes, quand il était premier secrétaire du PS. Le Nord ? Rien à signaler. Marseille ? connais pas…

Quand DSK a défrayé la chronique avec ses frasques libidineuses, personne n'avait rien vu, rien entendu, rien dit. La surprise se disputait avec l'indignation… ce n'était pourtant qu'un début.

Avant que Jérôme Cahuzac ait avoué frauder le fisc, tout l'exécutif prenait la posture des trois petits singes.

Aujourd'hui, c'est Pierre Moscovici qui n'a rien vu, rien entendu, au sujet d'une liste d'évadés fiscaux médiatiques… une liste de noms que le frère du ministre de l'éducation déclare connaître, lui…

Quel est donc ce gouvernement où les ministres sont choisis sans qu'on ne connaisse qui ils sont, où le locataire de Bercy ne sait rien de ses contribuables, où les services de renseignements renseignent moins que les journalistes ?

On pourrait se rassurer en se disant que les trois petits singes sont un symbole de sagesse, chez les bouddhistes.

Hélas, il semblerait qu'Edwy Plenel ne soit pas bouddhiste.